Les Zemmour. Essai d'histoire tribale (à suivre) - Persée

France Bleu

rencontre el hajeb

Officiellement, les négociations ont abouti à un accord: Et depuis , la capitulation des alaouites face aux envahisseurs et la démission de la monarchie est totale. Accueil Maroc Alerte météo: Les tribus de la montagne se soulevaient en masse pour renverser un sultan et le remplacer par un autre, inexcusable manque de maturité du peuple marocain qui s'est d'ailleurs répété, quarante ans plus tard, avec l'accueil stupide réservé au cheval de Troie du néocolonialisme Mohamed V. Des esclaves blancs en fait et désarmés ceux-là. Tous les fusils partirent en salve. Academic Innovation Oversees a number of sponsored initiatives to identify innovations with measurable results to suit unique needs of individuals and campuses, these include:

France bleu vous recommande

Nous étions un petit groupe mais c'était très enrichissant, n'hésitez pas à aller découvrir le sud du Maroc, les gens y sont très accueillants et le tourisme solidaire est vital pour certains…. Son descendant, Hassan II vante dans son "Défi" ses succès contre l'étranger. C'est un sanglant Western qui pourrait s'appeler: Pratiquement pas opérationnelles, les forces propres du sultan étaient incapables de le protéger. A Meknès, le 12ème avait été reconstitué avec des éléments de l'ancien 12ème de la 2ème D. Il avait reçu des ordres venus de Paris et les appliquait à la lettre.

L'ambiance est très émotionnelle. Le Régiment est bloqué à Alger à cause des évènements. Les départs s'étalent entre le 20 et le 23 mai de Maison Carré à Bordj Bou Arreridj où le Régiment s'installe en bivouac. De là, les trois escadrons sont dispatchés dans les quartiers qui leur sont attribués. Bien entendu, les équipages étaient alors munis de masques à gaz. Je fus désigné pour prendre le commandement de ce Peloton de marche équipé de 4 H.

Arrivé à El Kebab, le Peloton, très bien reçu par les A. Dès le début de la progression, le Peloton fut accueilli par une grêle de pierres et de moellons il y avait un chantier en construction , sans dommages sérieux car les grillages résistaient bien. Les robinets des jerrycans ouverts, un nuage très dense de lacrymogène se répandit et noya les abords de la route, favorisé par une absence de vent.

Les manifestants tentèrent bien de résister en se couvrant la tête de leur djellaba, mais ils ne purent tenir longtemps et finirent par se débander.

Un Half-Track avait calé son moteur en franchissant une barricade. Pendant que je faisais demi-tour pour aller à son secours, le chef de voiture descendit calmement pour dégager son véhicule, malgré les jets de pierres qui continuaient encore et réussit à se dégager. En arrivant au bordj, mission remplie, je vis le Général et quelques Officiers sortirent pour nous accueillir, puis rentrer précipitamment dans le bâtiment en faisant de grands gestes. Toujours équipés du masque à gaz très efficace, nous ne nous étions pas rendus compte que les robinets des jerrycans ne fermaient pas très bien!

Le lendemain matin, le calme était revenu et les palabres reprirent avec plus de sérénité. Les Hussards devaient être rapatriés, j'ai eu l'envie de rester au Maroc. Avec l'aide des deux Colonels, j'ai pu contracter un rengagement au 12ème Chasseurs d'Afrique, en novembre A Meknès, le 12ème avait été reconstitué avec des éléments de l'ancien 12ème de la 2ème D.

La tension entre ces deux origines a été sensible: Le matériel avait également changé. La vie de garnison à Meknès était agréable: Ifrane Azrou, volubilis et aussi la ville arabe. Notre camp d'été était situé à El Hajeb, à une trentaine de kilomètres de Meknès, nous y occupions le camp dit "des Tatas", genre de cases circulaires pas faciles à meubler!

J'ai été deux fois au 12ème R. La première fois en , en Lorraine. La seconde de à au Maroc. En , rentrant d'Indochine Capitaine, j'ai été réaffecté au 12ème, à Meknès au Maroc. Etait-ce par une amicale décision de l'Etat-major de Paris? Toujours est-il que j'ai retrouvé là plusieurs bons camarades du 12ème de la guerre. Meknès était une garnison interarmes importante.

J'en ai gardé un excellent souvenir. Célibataire d'abord, puis avec mon épouse. J'ai commandé avec plaisir jusqu'en un escadron de chars et retrouvé au 12ème plusieurs camarades de Nous avions des chars moyens et aussi quelques chevaux pour les monter en concours hippiques.

Outre l'équitation, nous pouvions skier à Ifrane et à Azrou, et aussi chasser bécassines et cailles sédentaires. Le camp d'El Hajeb était très souvent animé par nos exercices, chars et groupes portés. Il y avait là, comme à Meknès, une occupation permanente interarmes.

En Algérie, de à , j'ai encore été aux Chasseurs d'Afrique, mais au 6ème. Je fus conduit à la gare de Rabat pour être acheminé en train jusqu'à Meknès où mon arrivée fut enregistrée le 18 mai à 23 heures.

Heureusement, j'avais eu la possibilité d'avertir mon frère ainé, Mdl-Chef au 3ème escadron, qui m'accueillit et me conduisit au quartier Baudot. Je fus introduit en pleine obscurité dans une chambrée du 3ème escadron où mon frère m'indiqua le châlit qui m'était attribué. Une fois déshabillé, la tête encore pleine des récits de bizutage, je me mis avec hantise à genoux sur mon matelas une chaussure dans la main droite, prêt à repousser les assauts des anciens.

Je pensais voir, dans la "grande obscurité", des ombres se diriger vers moi, mais après plusieurs minutes d'attente, aucune attaque ne s'étant produite, je repris mes esprits et enregistrai enfin les ronflements sonores qui me confirmèrent que toute la chambrée était en plein sommeil. Le lendemain au réveil, j'apprenais que tous mes voisins étaient aussi "bleus" que moi. Ils étaient arrivés par le train d'Oujda quelques heures avant moi, après leur débarquement dans un port algérien.

En guise de petit déjeuner, nous eûmes droit à un morceau de pain accompagné d'une sardine, et comme nous n'avions aucun ustensile pour récupérer notre part de café, nous avons dû, à tour de rôle, boire au bouteillon. La même transmission de sardine s'est faite le lendemain et le surlendemain, mais pour le quatrième matin, la fatigue du début de l'instruction et la faim se faisant sentir, j'ai ingurgité ce fameux poisson. J'ai même regretté qu'il n'y en eu pas un deuxième Comme quoi, le service militaire était une excellente école de vie.

D'ailleurs, tout au long de mes 18 mois, je n'ai jamais compté les jours et jamais réclamé la quille. Il fallait donner à la Nation une certaine période de notre jeunesse, c'était un devoir républicain. Aujourd'hui, autres temps, autres moeurs Pour en revenir au premier jour d'incorporation, sous la conduite des deux brigadiers de chambrée, MULLER et PIERRET, nous avons perçu nos paquetages et l'instruction a débuté sous le commandement d'un aspirant dont j'ai oublié le nom.

L'instruction a duré jusqu'à la mi-juillet. A notre retour à l'Escadron, le Capitaine commandant le 3ème, avait changé: Nous avions comme Brigadiers: J'y suis resté jusqu'à ma libération fin septembre L'Escadron a comptabilisé deux nouveaux MDL de carrière: Tout mon séjour a été entrecoupé de différentes missions individuelles; patrouilles en ville ou le long de la voie ferrée, Chef de poste au Quartier Baudot, au Quartier réservé ou au dépôt d'essence de la Division de Meknès, Chef de voiture pour convoyages de denrées alimentaires, de bois de chauffage, de personnels.

Il faut avouer que l'offre ne m'a pas laissé indifférent, mais j'avais déjà tracé ma voie, avant l'appel sous les drapeaux, en déposant un dossier de recrutement dans la Police chérifienne, et en préparant, dès février , le concours d'officier de police. J'ai gardé un excellent souvenir de cette période passée sous les drapeaux, et où la camaraderie n'était pas un vain mot. Le Chef TYMEN, lors de l'accueil des élèves dans le bâtiment du 3ème Escadron, nous communiqua l'emploi du temps pour nos 30 jours d'études.

En particulier le "décrassage" du matin, sitôt le réveil trompété, afin de parfaire notre forme physique. Chaque jour, un élève devait être responsable de l'ensemble du peloton et, pour le lendemain, je fus Donc, le jour dit, dès le réveil, je m'équipai en sport et constatai alors que mes petits camarades ne mettaient pas trop d'entrain pour suivre mon exemple.

Je les houspillai un peu et quittai la chambrée en annonçant que j'allais procéder au rassemblement. Arrivé au bas des escaliers du bâtiment, j'effectuai en hurlant mon appel. Je renouvelai mon ordre une fois, puis deux fois, sans succès! Nous n'avions pas fait cent mètres, quand une voix de stentor, ordonnant le rassemblement du peloton, se fit entendre vers le bâtiment du 3ème Escadron. Lorsque les cossards nous rejoignirent, il y eu, bien entendu, un échange de gentillesses dans une ambiance, cependant, bien détendue.

En juin , convoqué au bureau du Capitaine, je me vois remettre un cahier avec mission d'y inscrire les noms des 17 chars de l'escadron et d'y consigner, chaque soir, le plein d'essence de chaque engin. Chaque matin, je devais présenter cet état au Capitaine, pour émargement.

Je m'isolai dans ma chambre et je complétai tous les jours manquants. Destins tragiques de deux anciens du 3ème escadron du 12ème RCA nommés dans le récit ci-dessus: Quelques années plus tard, vers , je le rencontrai à Rabat, il dirigeait alors la Province d'Oujda comme Gouverneur.

Il me reconnut immédiatement et nous échangeâmes quelques paroles. Il était alors Lieutenant-colonel. Après avoir quitté définitivement le Maroc en juin , j'eus la très désagréable surprise d'apprendre par la presse sa participation, comme Colonel, à la tentative de renversement de la monarchie marocaine. Il ne participa pas à l'attaque du Palais de Skhirat, le 10 juillet , mais dirigea la prise du siège de l'Etat-major des F. Avec neuf autres Officiers supérieurs, il fut dégradé, fusillé et enseveli au champ de tir de Témara, près de Rabat, quelques jours après la tentative.

Ancien MDL du 12ème R. Ils furent fusillés le 30 avril à Souk-el-Arba, en Tunisie. Cette tragédie fut, entre autres, à l'origine de la manifestation du 13 mai à Alger. Là, perception des tenues et tout le sacerdoce pour le début des classes.

Passage des différents permis, hormis le VL que je possédais déjà. Un mauvais souvenir, l'acharnement des anciens et surtout des rappelés des classes précédentes à nous faire subir des bizutages incessants. L'école pilote hélico et avions légers m'intéressait et me tendait les bras puisque j'avais déjà 10 heures de vol en aviation civile, seulement il fallait signer un engagement de 5 ans, c'est ce qui ma bloqué, je n'étais pas mur pour faire carrière, déjà que l'on avait un fémur en travers de la gorge car nous avions été appelés pour faire le temps légal de 18 mois et nous avions été maintenus sous les drapeaux sans jamais savoir quand on allait être libérés.

On en a fêté des Pères Cent! Rentré en , j ai quand même continué à fayoter en participant aux séances d'instruction des cadres de réserve au niveau de la Gendarmerie Nationale, avec comme récompense un stage de fin d'année au camp de Coëtquidan et un méchoui dans la propriété du Général de Kersauson à Arradon.

Participation aux opérations de débarquement avec les américains, puis avec les allemands en baie de Quiberon. Ultime récompense offerte par notre ministre Messmer, la croix de Chevalier dans l'Ordre du Mérite Militaire.

En dehors de ça, pompier volontaire et sauveteur en mer. Exilé sur la région parisienne depuis , je crois avoir réussi un pas trop mauvais parcours malgré les avatars. Il a servi au 12ème R. Père Cent du 3ème Escadron de Cliquer sur les photos pour les agrandir. Pour revenir vers la page d'accueil. Contacter l'auteur Envoyer à un ami. Plan du Quartier Baudot Réalisation de D. Caudron Hiver - Ecole de pilotage avec char sans tourelle - Il y avait 3 chars et les tourelles étaient montées sur socle au fond du Quartier.

Caudron Ouarziha - Instruction au pas de tir pour un tir à mètres au fusil Garant. Caudron El Hajeb - Séance de tir à la Mitrailleuse de Jeannine et Thierry — Maroc. Encore un grand merci, Hassan, pour ton professionnalisme, doublé d'une personnalité attachante, qui a su nous faire partager la culture et les réalités vécues par les Berbères de ton Pays.

Bravo aux 2 Hassan qui nous ont épaté l'un par sa maîtrise et sa dextérité au volant et sa grande bonté , l'autre par sa maîtrise de tous les sujets économiques, politiques, sociologiques, religieux, historiques Tourisme et Développement Solidaires. Les séjours Présentation du pays Votre accueil Les projets de développement Témoignages.

Pays Berbère, paysages et traditions. Autre mois de départ: Découvrir le Maroc hors des sentiers battus et vous rendre dans des douars villages à la rencontre des communautés berbères. Le Maroc se caractérise par une grande diversité de paysages. Le Maroc compte deux massifs montagneux: Quant au Rif, il culmine à 2 m avec le Djebel Tidirhine.

Le nom même de "Maroc" apparaît, semble-t-il, sous les Saâdiens, dynastie ayant régné de à Il serait le résultat de la contraction du nom de la ville de Marrakech, la principale de leurs capitales.

Auparavant, pour désigner le Maroc, on parlait de Maghreb el-Aqça ou Maghreb extrême. Le Maroc s'est formé et organisé autour de la personne de ses souverains qui exercent une autorité à la fois spirituelle et temporelle. Dans la réalité, l'Etat traditionnel reposait sur deux principes essentiels: La conquête coloniale entreprise dès le XIXe siècle est une nouvelle étape essentielle dans l'histoire des populations marocaines.

Le traité du protectorat signé à Fès en provoque une vague d'immigration européenne particulièrement importante après la première guerre mondiale. Surtout, la mainmise sur les terres les plus riches et l'introduction des produits européens bouleversent la société et l'économie du pays. La contribution française porte principlament sur trois points: Dès , un fort courant nationaliste se développe, encouragé par le succès d'autres peuples dans leur volonté d'indépendance et par l'affaiblissement des colonisateurs engagés dans la deuxième guerre mondiale.

Le roi Mohammed V se rallie alors à la cause du parti de l'Istiqlal indépendance mais est destitué puis exilé à Madagascar en Devant l'ampleur du mouvement nationaliste, les autorités françaises ramènent le sultan de son exil et accordent finalement au Maroc son indépendance le 2 mars Méditerranéen et atlantique, avec saison sèche et chaude doublée d'une saison froide et humide.

Au Maroc, le berbère compte trois dialectes, le rifain au nord, le chleuh ou tachelhit au sud et le tamazight tout court ou braber au centre du pays. Le français, bien qu'il ne soit pas langue officielle, reste la langue de travail de beaucoup de ministères marocains et est la langue officieuse des domaines comme l'économie, les études supérieures scientifiques et techniques, entre autres.

Il est enseigné dans les écoles primaires, collèges et lycées, dans toutes les universités et dans les écoles supérieures. De plus, un phénomène nouveau semble prendre forme, à savoir que nombre de marocains en milieu urbain élèvent leurs enfants en français afin de leur donner un atout pour leur vie professionnelle.

L'espagnol reste pratiqué dans le nord du pays et dans le Sahara, du fait de l'ancienne présence espagnole. Le Maroc est aussi le pays arabe ayant le plus de juifs, on en comptait environ , aujourd'hui environ 1 de juifs d'origine et de souche marocaine vivent en Israël.

Une centaine d'élèves fréquente son école. Plusieurs associations et coopératives agissent pour le développement humain de Sidi Youssef Association Sidi Youssef pour le développement rural, association Taggourt pour la jeunesse rurale, coopérative multiservice Adoha, etc. Boutaaraart est un petit village enclavé dans la partie montagneuse du massif de Tamchachate, commune rurale de Tamchachate. Ce sont six familles apparentées qui partagent ce territoire. Quelques panneaux photovoltaïques alimentent le village en électricité.

Le fromage de chèvre est une des spécialités du village. Avec les habitants, vous pourrez découvrir les ateliers de tissage, partager la confection des repas mais également vous initier à l'art d'ahidous danse et poésie.

Le circuit proposé ne comporte pas de séjours d'immersion en Village TDS mais une série de visites, de rencontres et d'échanges dans les villages berbères de la plaine du Souss et les montagnes de l'Anti-Atlas avec quelques excursions à pied accessibles à tout marcheur moyen. L'hébergement se fait en chambres d'hôtes et gîtes ruraux familiaux.

L'Association TIWIZI Chtouka Ait Baha a été créée en à l'initiative de membres qui sont en majorité des cadres exerçant au sein de l'Administration, dans les professions libérales médecins, ingénieurs, Originaires de la Province de Chtouka Ait Baha Région du Souss Massa au sud Maroc et issus du milieu rural, ils partagent la cause du développement durable de leur province d'origine et du milieu rural en particulier.

À terme, son projet est la construction de gîtes communautaires. Le circuit proposé par TDS Voyage s'appuie sur ces associations et propose la visite de leurs réalisations. Tout était très bien organisé, dans des sites différents, dépaysants et très jolis. Les guides ont énormément de connaissances et parlent avec leur tripes. Ils se mettent en 4 pour nous faire découvrir les mets du pays et les différents paysages et façon de vivre de la population.

Nous avons découvert des sites importants pour le patrimoine et l'histoire du pays, même s'ils sont moins "touristiques". Les soirées musicales dans la maison d'hôte ont aussi été des moments d'échanges, de rires, de dégustations et d'ambiance très sympathiques.

C'est un séjour qui nous a énormément plu du fait de l'ambiance du groupe, le respect des autres dans le groupe.

Imsges: rencontre el hajeb

rencontre el hajeb

Ce système multipliait ses effets désastreux sur le peuple, selon une progression géométrique. Les troupes françaises et "marocaines" aux ordres de Vichy opposent une faible résistance armée, cependant les combats provoqueront plusieurs milliers de morts. Lui va opposer les Arabes aux Berbères:

rencontre el hajeb

Repoussé dans tout le Maroc, Rachid, dans la région de Taza, est à bout de forces. Le Maroc politique était alors divisé entre partisans d'Abdelaziz et de Moulay Hafid. Mais par trois fois, les cours du mechouar du Palais où se terrait Hafid furent balayés par un déluge de feu.

rencontre el hajeb

Lavage des chars sur le parc se faisait dans un pédiluve. Je règne, donc je mens. Le sultan justifiait ses pantalonnades devant les grandes puissances par la "médiocrité" de ses troupes, et de rencontre el hajeb armement, incapables de s'opposer aux armées chrétiennes Le crime de l monarchie est d'avoir empêché cette levée de résistance en masse. Benkirane, fin de parcours?