Stardust Lounge

Montagne de Lure

rencontre lure

Le fromage de chèvre du Mont-Ventoux est produit artisanalement à partir de lait de chèvre du Rove. La station de ski a été démantelée au printemps [ ]. Dès que la nouvelle du coup d'État fut connue, le 4 décembre, ce fut André Ailhaud qui proclama l'insurrection contre celui-ci [ ]. D'une moyenne de têtes, en , le troupeau passa à , en pour atteindre , en [ ]. Cette Restauration des Terrains de Montagne RTM fut une réussite d'ailleurs accentuée par le déclin rural qui suivit la fin de la Première Guerre mondiale. Tout d'abord les vallées sèches de montagne qui ne leur fournissent qu'un apport épisodique.

Menu de navigation

Cette culture est devenue la base fondamentale de l'économie agricole de Lure [ ]. Ces deux vents sont craints pour leur violence. Comment créer une page web en HTML5. Dès lors, la règle se relâcha et il y eut de moins en moins de moines qui restèrent l'hiver à l'abbaye. Si vous l'aviez écouté il y a quelque temps, vous auriez compris qu'il n'a jamais été très chaud pour vous suivre. Huit autres espèces sont protégées en région Provence-Alpes-Côte d'Azur , la lunetière à tige courte Biscutella brevicaulis , la dauphinelle fendue Delphinium fissum , l'euphorbe de Loiseleur Euphorbia seguieriana subsp.

Salut C'est l'équivalent de supprimer l'information important relié à ton problème Comme Salut Je pense que tu cherches des problèmes Je quitte le sujet Bonne chance Bye.

Merci beaucoup pour ces conseils. En fait nous avions besoin d'investir dans un Bonjour, êtes vous sur que la carte SIM est bien inséré? Avez vous des données importantes dans Depuis quelques moi, à chaque fois que je vais sur des sites pour regarder la Bonjour, bienvenue sur le forum, J'ai exactement eu la même chose aujourd'hui, et un ami aussi Combien de partitions dans votre disque de 8 To? Bon, passons à la méthode supérieure, Avez vous une clé USB vierge de disponible est un disque Bonsoir, c'est à nouveau moi.

Merci de la réponse rapide, j'viens de faire un tour sur le site Espace communauté et discussions. On en parle actu informatique Conseils avant achat 2 visiteur s. Résolu Choix pc par Lecabel Voir le profil Voir les messages.

Vente et achat de matériel d'occasion. Discussions informatique et High-Tech 2 visiteur s. Impossible de changer fond d'écran de vérouillage par tff Voir le profil Voir les messages.

Le café d'en bas 1 visiteur s. Les vidéos du net par bill morron Voir le profil Voir les messages. Logiciels 30 visiteur s. Bureautique , Utilitaires système , Jeux vidéo. Google Chrome qui se fige et nécéssité de redémarrer l'ordinateur par Adraeline Voir le profil Voir les messages. Hardware 49 visiteur s. Téléphones mobiles et Smartphones , iOS: Internet et réseaux 31 visiteur s.

Windows, Mac, Linux et systèmes d'exploitation 83 visiteur s. Audio, Photo et Video 9 visiteur s. Distance optimal video projecteur par bill morron Voir le profil Voir les messages. Test responsive par Zoxy Voir le profil Voir les messages Se rendre sur mon site. Informatique générale 16 visiteur s. Question Processus Windows par config 33 Voir le profil Voir les messages. Tutoriels et astuces de la communauté.

Le guide des meilleurs logiciels gratuits. Logiciels 3 visiteur s. Réseau et Internet 4 visiteur s. Sécurité Informatique 2 visiteur s. Windows XP, Vista, Seven 7 visiteur s. Votre conjoint pourrait attirer votre attention sur certains points qu'il aimerait voir avec vous.

Pourquoi pas simplement le programme des prochaines vacances. Mais vous lui prêtez assez peu d'attention, car vous êtes très occupé par vos amis, qui veulent vous parler. Cela pourrait le faire entrer dans sa bulle. Donc, accordez-lui un peu de ce temps qu'il vous réclame avec insistance. Vous allez vous fourvoyer si vous vous engagez dans des relations compliquées et complexes. Servez-vous de votre bon sens désarmant et de votre lucidité légendaire pour décortiquer une situation qui n'est pas claire à vos yeux.

Votre persévérance et votre obstination vont vous permettre de vous sortir de là. Vous prendrez conscience aujourd'hui d'avoir involontairement délaissé votre partenaire ces derniers temps et vous couperez les cheveux en quatre pour y remédier. Pour ce faire, vous serez véritablement aux petits soins pour l'être aimé.

Ce dernier appréciera grandement à condition de ne pas en faire trop et au final l'étouffer par votre amour. Vous penserez que l'amour sera l'affaire la plus importante de votre vie.

Ce qui n'aura pas été toujours le cas, car ces derniers temps, vous étiez pas mal préoccupé par votre travail. Vous serez très attentionné envers votre conjoint. Franchi par la route D53, il permet de passer de l'adret à l'ubac vers Noyers-sur-Jabron. Cette route est fermée pendant la saison hivernale. La route reliant Saint-Étienne-les-Orgues à Valbelle permet d'abréger certains parcours [ 9 ].

Son nom est une déformation du col de l'Orme Mort. Il permet de rejoindre Montbrun-les-Bains et Barret-de-Lioure [ 22 ] , [ 23 ].

En l'empruntant du côté des Baronnies, on devine encore le tracé de nombreuses drailles [ 22 ]. Du col lui-même, on peut rejoindre par l'une de celle-ci, bien tracée à flanc de montagne, un ancien jas , la cabane de Cyprien [ 23 ]. Ce sont les actuelles D et D qui ne furent goudronnées qu'entre les deux guerres. Elle permettait aussi de communiquer avec le pays d'Apt et de Forcalquier. On sait que dès la fin de ce siècle, le Revest-du-Bion était relié à Apt , un jour par semaine, le samedi jour de marché.

Le voyage aller durait 4 heures, celui du retour 10 heures [ 25 ]. L'itinéraire septentrional, qui suit le cours du Jabron, affluent de la Durance, réunit cette vallée à la vallée du Rhône , via les vallées de l' Anary , du Toulourenc et de l' Ouvèze. Quant au tronçon reliant Les Omergues à Sisteron, il fut aménagé au cours des années en empruntant le col de la Pigière. Ce ne fut qu'en que fut achevé la partie faisant communiquer Les Omergues et Montfroc.

Cet ensemble qui forme l'actuelle D ne fut goudronné qu'en Les drailles , chemins de transhumance ou de déplacement de troupeaux vers de nouveaux pâturages, datent du début de l' élevage lors de la Préhistoire. Leur usage n'est cependant bien renseigné qu'à partir du Moyen Âge grâce essentiellement aux abbayes. La transhumance du sud vers le nord, ou transhumance vraie, était aussi pratiquée puisque Lure et ses alpages accueillaient en été les ovins de la Crau et ses forêts de chênes les porcins en automne [ 26 ].

En , se furent porcs venus de Cotignac qui s'installèrent dans les glandages de Redortiers et de Montsalier du 29 septembre à la Noël [ 27 ]. La fréquence de ces allers-retours nécessitait l'existence d'une grande draille. Elle est parfaitement attestée dès , bien que fréquentée sans doute depuis des siècles déjà. Elle atteignait la haute Provence par Viens , passait par l' abbaye de Valsaintes , près de Simiane , remontait sur Banon , pour longer l'adret de la chaîne de Lure jusqu'à La Rochegiron et Saumane , puis traversait la montagne pour atteindre Châteauneuf-Miravail , Saint-Vincent et Noyers , de là elle se dirigeait via Bevons vers Sisteron , porte des Alpes [ 27 ].

La grande draille était soit desservie soit doublée par toute une série d'autres qu'utilisaient les hommes, les transports de marchandises et les troupeaux. Le premier à avoir entrepris une étude sur la géologie de la montagne de Lure fut Wilfrid Kilian , un géologue français , originaire de Schiltigheim [ 30 ]. Inscrit à la Sorbonne pour passer une licence de géologie [ 30 ] , il fut remarqué par Edmond Hébert.

C'est sous sa direction qu'il paracheva sa thèse de doctorat [ 31 ]. Il la présenta avec succès en , et obtint le grade de docteur es sciences [ 30 ]. Formée au début de l'ère tertiaire , à l' Éocène , il y a 40 à 35 millions d'années, par le soulèvement du bassin sédimentaire de Forcalquier, dans la phase de formation des plissements pyrénéo-provençaux , la montagne de Lure est un anticlinal issu du même système que le mont Ventoux.

Le chevauchement vers le nord de cet anticlinal s'est accentué dans la seconde moitié du Miocène , soit entre 10 à 6 millions d'années [ 32 ]. La montagne est composée principalement de roches sédimentaires originaires du Crétacé et du Jurassique. Elles se diversifient en calcaires à silex, strates marno -calcaires et marnes. Ce substrat calcaire a façonné le paysage puisque les roches les plus dures du Tithonien ont formé des escarpements et des petites falaises.

Tandis que les marnes, plus tendres, ont composé des reliefs plus doux aux formes arrondies qui se retrouvent dans les ravines. Les éboulis recouvrent localement des surfaces importantes en pied de versant ou de barres rocheuses [ 5 ]. Sur le pourtour de la montagne, des nodules d' ambre résine fossile ont été découverts dans des sédiments marins à céphalopodes du Crétacé. Ces ambres, par leurs caractéristiques spécifiques, se distinguent à la fois des ambres plus récents du Crétacé supérieur provençal Santonien , mais aussi des ambres tertiaires de la mer Baltique.

Ces nodules de résine fossilisés ont été apportés par des courants marins avant de se sédimenter sur les hauts-fonds du secteur Ventoux-Lure. La présence de cet ambre témoigne de terres émergées proches qui sont apparues lors des mouvements tectoniques de l'Albo-cénomanien [ 33 ].

De régime pluvial, ils sont le plus souvent à sec et ne se remplissent que par gros orages ex: La vallée sèche est un talweg situé sur l'adret sans l'écoulement apparent ou à écoulement très épisodique. Ce type de fonctionnement est dû tant à la sécheresse estivale qu'au faciès karstique du calcaire qui entraîne de rapides pertes d'eau. Le creusement de ces vallées sèches remonte aux deux grandes glaciations du Quaternaire [ 36 ].

La riaille est un ruisseau semi-permanent alimenté par des sources qui coulent au moins au cours de l'hiver. La plus connue est la riaille de Banon qui passe sous le village ruiné de Redortiers, résultat de la confluence du ravin de la Croix et du ravin de Font-Brune alimenté par les sources du même nom.

Ce type d'alimentation se retrouve dans quelques affluents de la Laye près de Saumane [ 37 ]. La vallée du Jabron marque la frontière entre la montagne de Lure et les Baronnies.

Le Lauzon , le Largue et la Laye se situent au sud-est de l'adret de Lure et sont assez semblables. Tout d'abord les vallées sèches de montagne qui ne leur fournissent qu'un apport épisodique. Le seul véritable apport d'eau commence dans le secteur collinaire marno-gréseux du Crétacé aux couches imperméables qui drainent vers leurs lits les eaux de ruissellement puis celui des vallées incisées du bassin oligocène de Forcalquier qui jouent le même rôle.

Ces trois rivières sont donc typiques du régime pluvial méditerranéen avec une alimentation hydrique due uniquement aux précipitations automnales et à la fonte des neiges. La domestication de l'eau a été une nécessité pour tous les villages et hameaux de la montagne de Lure [ 40 ]. Les sources sont rares, surtout sur le versant méridional où aucun ruisseau permanent n'existe.

Absorbée par le sol fissuré relief karstique , l'eau de ruissellement resurgit à la Fontaine de Vaucluse qui se trouve à 60 kilomètres ou rejoint la Durance et ses affluents [ 9 ].

Il existe plus de sources sur l'ubac que sur l'adret de Lure. On trouve aussi des sources non pérennes, généralement sur le versant nord qui sont désignées sous le nom de sorgue. La rareté des sources sur l'adret les a faites soigneusement protéger pour servir à l'usage public.

Après captage, elles ont été le plus souvent conduites vers des lieux habités villages ou hameaux , fréquentés chapelles ou de passage carrefour, draille. Le second problème crucial, spécifique à un pays calcaire, a été celui de la conservation de l'eau potable.

Le remplissage de celles-ci était aisé puisqu'elles étaient remplies par la récupération des eaux pluviales par les toitures. Un certain nombre de sites dans la montagne étaient aptes à conserver la neige d'hiver toute l'année après tassage dans une excavation qui était ensuite plus ou moins bien isolée au niveau de son ouverture.

Le nom de ces glacières se retrouve dans la toponymie de Lure. Pour faciliter les interventions de lutte contre le feu, la loi impose le débroussaillement dans un rayon de 50 mètres autour des habitations et de 10 mètres de part et d'autre des voies privées d'accès.

Pour les phénomènes météorologiques tels que les tempêtes, les chutes de neige exceptionnelles ou les canicules, Météo-France diffuse tous les jours, à l'intention des autorités et des particuliers, une carte de vigilance informant des risques susceptibles de survenir dans les 24 heures [ 43 ].

Les mouvements de terrain à haut risque sont les effondrements de cavités souterraines gouffre, aven. Ce risque est principalement localisé à l'ouest de la RD Pour les séismes , la France est divisée en 5 zones de 0 à III, le secteur de la montagne de Lure est classé en zone à risque faible 1b [ 44 ]. Ce massif possède toutes les caractéristiques climatiques des Alpes du Sud , dont il est, avec le mont Ventoux , le chaînon le plus occidental.

De méditerranéennes au bas, elles évoluent en fonction de l'altitude vers un climat tempéré puis continental de type montagnard au sommet [ 45 ]. Lure ne possédant pas de station météo, l'analyse de son climat a été réalisée à partir des données fournies par des stations de basse altitude comme celles de Saint-Étienne-les-Orgues mètres , Banon mètres et Châteauneuf-Miravail mètres.

Pour obtenir des séries météorologiques plus longues, seule la station de Saint-Auban mètres permet de mieux appréhender les caractéristiques du climat de la montagne de Lure. L'étude de ces données a permis de déterminer deux constantes. L'importance des précipitations jointe à la rigueur hivernale avaient imposé à la partie sommitale un manteau neigeux qui a commencé à diminuer sous l'influence du réchauffement climatique [ 46 ].

Jusqu'à présent celui-ci n'a pas influencé le rythme des précipitations qui reste de type méditerranéen. Le massif a été aussi touché par des vagues de froid intenses. La montagne de Lure, tout comme le département des Alpes-de-Haute-Provence, est l'une des régions des Alpes où le nombre de jours d'orages est supérieur à la moyenne [ 9 ]. On compte plus de 40 jours par an essentiellement réparti sur cinq mois.

Le plus orageux est celui de juin, suivent juillet et août, puis mai et septembre. Ce type très rapide de montée des eaux est spécifique de rivières comme le Lauzon, le Largue et la Laye [ 48 ]. Il souffle en moyenne 50 jours par an, peu ou prou, puisque ses deux extrêmes sont 10 jours et 90 jours. Si ce vent est courant au cours du mois d'avril, il devient beaucoup plus rare en juin et en octobre [ 49 ].

Non seulement il ne chasse pas les nuages mais apporte avec lui des nuées noires. Ce vent fantasque, qui souffle aussi bien de l'est que de l'est-nord-est ou du nord, est assez chaud pour faire fondre la neige en particulier à la station de Lure qui peut perdre un mètre de poudreuse en deux jours. Cette rapidité de fonte engorge d'eau les champs et les chemins qui deviennent impraticables à cause de la boue.

L'aura bruna est considérée sur place comme le plus mauvais vent de la montagne [ 50 ]. Après le mistral et l'aura bruna vient le marin, dit encore marinade, un vent qui vient de la mer Méditerranée et souffle du sud-est. Il apporte toujours la pluie. Deux vents de montagne suivent, la montagnière, qui vient du nord-est et le levant, qui souffle de l'est et uniquement à l'aube.

Le seguin est le vent du soleil. Il vient du sud-est et ne souffle que l'été de la fin de la matinée jusqu'à ce que le soleil se couche [ 51 ]. Ces vents, tous plus ou moins bénéfiques, ont leurs pendants en vents plus redoutés. Il existe un mistral bastard. C'est le nom donné à un vent venu du nord-nord-ouest, le vrai mistral soufflant du nord-ouest, et qui produit les mêmes effets que lui. Le long de l'ubac de Lure, dans la vallée du Jabron, descend le rosau, le vent du Rhône, chargé de nuages.

Toujours dans la même vallée souffle la traversière, dite aussi mistral de l'ouest. Ces deux vents sont craints pour leur violence. Ultime vent répertorié soufflant sur Lure, la rispa ou cisampa. En dépit de sa situation sur une dalle de calcaire, plus ou moins rigide et plane, car largement arasée [ 3 ] , [ 4 ] , la montagne de Lure possède une grande diversité de paysages et d'espèces végétales à travers toute sa chaîne.

Une végétation subalpine, variée mais pauvre en quantité, s'est développée au niveau des plus hautes crêtes, dans les situations les plus froides et les plus exposées [ 5 ]. Sur les versants, c'est la forêt qui domine. Il s'agit de grandes forêts domaniales ou privées forêt de Cruis, bois du Défends, forêt de Saint-Étienne, bois Croumpa, etc. Elles se composent de chênes pubescents, de pins sylvestres sur l'adret, tandis que l'ubac accueille des hêtres , qui peuvent ponctuellement s'associer au sapin blanc Abies alba [ 5 ].

Ponctuellement se rencontrent des zones de pins noirs d'Autriche implantées lors des reboisements [ 52 ]. C'est ici que Natura a caractérisé une hêtraie acidophile fort rare en Provence. La protection de l'ensemble forestier a permis d'établir un conservatoire de gènes in situ pour le hêtre et le sapin. Pour cette dernière essence, c'est l' écotype de Lure qui a été retenu au niveau national pour le programme forestier européen.

De plus le site est d'un intérêt primordial pour sa forêt modérément exploitée. Cette gestion a permis le développement d'une biodiversité importante, tant dans la forêt que sur les écotones et les milieux ouverts associés [ 6 ].

Au pas de la Graille, jouxtant la partie supérieure de la hêtraie , s'est développée une lande à Genista radiata , rare dans les Alpes françaises. Il est à noter que sur l'ubac, les hêtres ont laissé la place à un reboisement de mélèzes d'Europe. Deux autres essences appartiennent à cet étage, le pin sylvestre , qui pousse mêlé au hêtre et au chêne pubescent, et le sapin blanc.

Ce dernier partage le même habitat que le hêtre sur les versants nord et sud dans les zones les plus humides et les plus froides [ 53 ]. Sur la crête, s'étagent d'abord les essences subalpines telles que le mélèze , l' épicéa et le pin à crochets puis des formations basses où se retrouvent des landes à genévrier nain et des pelouses à brome [ 53 ].

Cette végétation se heurte pourtant au développement des loisirs motorisés [ 6 ]. La flore, d'une grande valeur patrimoniale, possède vingt-sept espèces végétales déterminantes , dont six sont protégées au niveau national. Il s'agit de l'ancolie de Bertoloni Aquilegia bertolonii , qui est endémique, de la gagée des prés Gagea pratensis , de l'orchis de Spitzel Orchis spitzelii , du Panicaut blanche-épine Eryngium spina-alba , de la pivoine velue Paeonia officinalis subsp.

Huit autres espèces sont protégées en région Provence-Alpes-Côte d'Azur , la lunetière à tige courte Biscutella brevicaulis , la dauphinelle fendue Delphinium fissum , l'euphorbe de Loiseleur Euphorbia seguieriana subsp. D'autres espèces sont plus spécifiques à l'ubac comme la pivoine officinale et le jasmin ligneux [ 55 ]. De plus, le site abrite autres espèces remarquables.

Trois sont protégées au niveau national, la gagée jaune Gagea lutea , la gagée des champs Gagea villosa et la tulipe sylvestre Tulipa sylvestris. Une espèce est protégée régionalement, c'est le grémil à pédoncule épais Lithospermum incrassatum [ 5 ].

Parmi les champignons comestibles, les plus prisés sont [ 56 ]:. Les morilles ou barigoules, champignons de printemps, qui affectionnent les brûlis ou les passages dégagés à la broyeuse. Ils sont suivis dans le temps, vers la Saint-Jean d'été, par les girolles ou chanterelles qui foisonnent après les pluies aux pieds des hêtres.

À la même période, la mi-juin, apparaissent les premiers cèpes et bolets qui poussent en colonies dans les hêtraies et les chênaies. Un mois plus tard, vers la mi-juillet, peut se rencontrer l' oronge ou amanite des césars.

C'est un champignon aussi rare que délicieux [ 56 ]. Quelquefois, au début août, dans les alpages se trouve un agaric , le rosé des prés, qui est le champignon de Paris à l'état sauvage [ 57 ]. Après le 15 août et jusqu'aux premières gelées, on assiste à une reprise des girolles et chanterelles ainsi que des cèpes et des bolets, mais en moindre quantité qu'au printemps.

En revanche, début septembre, commence la saison d'autres champignons qui arrivent en quantité. Nombre de ces champignons ne sont pas récoltés par les locaux qui se contentent de trois ou quatre espèces bien identifiées [ 57 ].

Sur l'ubac, où l'on trouve de véritables truffières, dont quelques-unes de plusieurs hectares, elle se récolte entre Saint-Vincent-sur-Jabron et Montfroc, de à mètres d'altitude [ 58 ]. Lure abrite une faune d'un intérêt biologique très élevé. On y a relevé quarante espèces animales patrimoniales, dont vingt-deux espèces déterminantes [ 5 ].

C'est un site majeur pour la vipère d'Orsini et d'une très grande richesse en papillons et coléoptères [ 6 ]. La montagne est peuplée de grands ongulés, parmi lesquels des cerfs élaphes [ 5 ] , des sangliers , des chevreuils et des chamois [ 9 ]. Le site abrite nombre de chauves-souris dont une forte population de barbastelle et trois espèces d' oreillards [ 6 ]. Il a été identifié le grand rhinolophe , le petit rhinolophe , la barbastelle d'Europe , le grand murin , le petit murin , le vespertilion de Capaccini , le vespertilion de Bechstein et le minioptère de Schreibers [ 59 ].

On y trouve aussi des blaireaux , des renards ou encore, parmi le petit gibier, des lièvres [ 9 ] , des lapins , des perdrix , des grives , des bécasses et de rares coqs de bruyère [ 60 ]. Jean-Paul Clébert rappelle que le loup et l'ours étaient présents dans la montagne de Lure jusqu'à la période moderne [ 61 ].

Pour ce dernier, en atteste toujours la combe de l'Ours [ 62 ]. Depuis le milieu des années , les spécialistes prévoyaient le retour du loup en Haute-Provence où cerfs, sangliers, chamois et chevreuils n'avaient aucun prédateur naturel. En , ce furent quarante à cinquante individus tout proches qui furent comptabilisés [ 62 ].

La vallée du Jabron fut leur premier lieu de passage. La présence du loup fut confirmée par l'analyse d'une crotte relevée en juillet sur la commune de Saint-Étienne-les-Orgues [ 63 ]. Conséquence logique, dans le mont Ventoux , les premiers indices de présence furent détectés durant l'été , par observations visuelles, puis par des carcasses de proies sauvages en et [ 64 ].

Cette année-là cent attaques avaient été dénombrées, soit deux fois plus qu'en , et trois-cent brebis avaient été tuées par le loup. Le député-maire de Sisteron commenta: Heureusement, le Luberon est habité par toutes les stars de notre pays. On a donc une chance que des mesures soient prises [ 65 ]. À la suite de ce massacre, les parlementaires du département lancèrent à nouveau un appel aux pouvoirs publics pour autoriser les bergers à tirer sur les loups [ 66 ]. L' avifaune est variée.

Elle se compose d'oiseaux rupicoles tels que le vautour fauve [ 9 ] , le faucon pèlerin , le grand-duc d'Europe , le monticole de roche , le crave à bec rouge et le bruant fou [ 10 ]. Viennent ensuite des espèces forestières comme l' aigle royal , l' aigle botté , le tétras lyre , la gélinotte des bois et la chouette de Tengmalm [ 10 ]. Enfin, on trouve des espèces liées aux milieux ouverts et d'affinité méditerranéenne dont le circaète Jean-le-blanc , le busard cendré , la huppe fasciée , le petit-duc scops et le guêpier d'Europe [ 10 ].

L' herpétofaune est composée de vipères d'Orsini [ 10 ] , de vipères aspic , de couleuvres , de lézards verts [ 9 ] et de lézards ocellés [ 10 ]. Couple de lézards ocellés, sur un rocher. Le mâle, à droite, présente une tête épaisse et robuste, aux bajoues fortes, celle de la femelle est plus menue. Les arachnides sont représentées par le scorpion noir des Carpates Euscorpius carpathicus [ 10 ].

Entomophage, elle se nourrit de sauterelles et criquets [ 10 ]. Elles sont au nombre de 26 situées à cheval sur la Drôme et les Alpes-de-Haute-Provence. Dans la Drôme se trouvent: Le milieu forestier de Lure et son évolution sont intimement liés aux hommes et leur histoire. Lure a tendance à devenir un arrière-pays à la portée de citadins à la recherche d'un mode de vie différent. Dans les faits cela se traduit par un renouvellement des populations villageoises [ 71 ].

Cette tendance s'est accélérée par l'urbanisation massive du Val de Durance jointe à une pression foncière dans le pays de Forcalquier. Loin d'être isolé, le territoire de Lure s'est intégré dans un ensemble dont il convient de comprendre la dynamique afin de prévoir son impact sur le milieu naturel du site [ 71 ].

La montagne de Lure abrita une population d'agriculteurs, d'apiculteurs, de sériciculteurs, de charbonniers, de bûcherons, de pâtres, de sabotiers, etc. Sa richesse en plantes aromatiques attira les herboristes, les droguistes de Lure [ 9 ]. Cette diversité d'activités impliqua une diversité d'occupation des sols qui se traduisit à la fois dans le type de maison nécessaire à l'activité professionnelle et dans l'architecture de celle-ci.

Comme l'ont expliqué, dès , Michel Chiappero, urbaniste, et Corine Corbier, paysagiste: Qu'ils soient encore accueillants et en pleine activité, qu'ils soient abandonnés et en ruines, tous permettent de découvrir la structure villageoise et ses différents habitats tels qu'ils étaient il y des siècles et tels qu'ils sont restés [ 73 ]. Ce type d'habitat est considéré comme typiquement provençal, il est surtout typiquement méditerranéen.

Ces villages perchés se trouvent essentiellement dans les zones collinaires dont le terroir est pauvre en alluvions et où l'eau est rare. De plus ce groupement en communauté refermée sur elle-même correspond à des régions de petites propriétés, où les seules terres fertiles se situent au fond de quelques vallons, et ce regroupement a facilité l'existence d'un artisanat rural indispensable aux villageois charron, forgeron, etc.

A contrario , l'habitat dispersé implique de grands domaines qui tendent à vivre en autarcie. Effectivement ce type d'habitation, qui se retrouve essentiellement dans un village, superpose sous un même toit, suivant une tradition méditerranéenne, le logement des humains à celui des bêtes.

La maison en hauteur se subdivise en une étable-remise au rez-de-chaussée, un logement sur un ou deux étages, un grenier dans les combles. Elle était le type de maison réservée aux paysans-villageois qui n'avaient que peu de bétail à loger, étant impossible dans un local aussi exigu de faire tenir des chevaux et un attelage [ 76 ].

Celles-ci finies, il y eut un mouvement de sortie pour établir dans la périphérie de l'agglomération des maisons à terre , plus aptes à recevoir des bâtiments annexes [ 77 ]. En effet, ce type d'habitation, regroupant gens et bêtes dans un village, ne pouvait que rester figé, toute extension lui étant interdite sauf en hauteur.

Leur architecture est donc caractéristique: Pour celles qui ont été restaurées avec goût, on accède toujours à l'étage d'habitation par un escalier accolé à la façade [ 77 ]. Compartimenté dans le sens de la longueur, ce type de maison représente un stade d'évolution plus avancé que la maison en hauteur. Il est caractéristique de l'habitat dispersé [ 79 ]. C'est l'habitation traditionnelle des pays de culture extensive [ 80 ]. Ce type de maison est divisé en deux parties très distinctes dans le sens de la longueur.

Le rez-de-chaussée est occupé par une salle commune dans laquelle est intégrée la cuisine. Très souvent se trouve à l'arrière un cellier contenant la réserve de vin et une chambre. Un étroit couloir, qui permet d'accéder à l'étage, sépare cet ensemble de la seconde partie réservée aux bêtes. Celle-ci se compose d'une remise qui peut servir d' écurie et d'une étable. L'étage est réservé aux chambres et au grenier à foin qui correspond par une trombe avec l'étable et l'écurie [ 80 ].

À cet ensemble, s'ajoutaient des annexes. Une des principales était la tour du pigeonnier , mais la maison se prolongeait aussi d'une soue à cochons , d'une lapinière , d'un poulailler et d'une bergerie [ 80 ]. La construction d'un tel ensemble étant étalée dans le temps, il n'y avait aucune conception architecturale préétablie. Chaque propriétaire agissait selon ses nécessités et dans l'ordre de ses priorités. Ce qui permet de voir aujourd'hui l'hétérogénéité de chaque ensemble où les toitures de chaque bâtiment se chevauchent généralement en dégradé [ 81 ].

Chaque maison se personnalisait par son aménagement extérieur. Il y avait pourtant deux constantes. La première était la nécessité d'une treille toujours installée pour protéger l'entrée. Son feuillage filtrait les rayons de soleil l'été, et dès l'automne la chute des feuilles permettait une plus grande luminosité dans la salle commune [ 81 ].

La seconde était le puits toujours situé à proximité. Il était soit recouvert d'une construction de pierres sèches en encorbellement qui se fermait par une porte de bois, soit surmonté par deux piliers soutenant un linteau où était accrochée une poulie permettant de faire descendre un seau. L'approvisionnement en eau était très souvent complété par une citerne qui recueillait les eaux de pluie de la toiture [ 81 ]. Alors qu'aucune maison en hauteur ne disposait de lieu d'aisance, même en ville, la maison à terre permet d'installer ces lieux à l'extérieur de l'habitation.

Le pigeonnier devint, après la Révolution la partie emblématique de ce type d'habitat puisque sa construction signifiait la fin des droits seigneuriaux, celui-ci étant jusqu'alors réservé aux seules maisons nobles. Il était soit directement accolé à la maison mais aussi indépendant d'elle.

Toujours de dimension considérable, puisqu'il était censé ennoblir l'habitat, il s'élevait sur deux étages, le dernier étant seul réservé aux pigeons. Pour protéger ceux-ci d'une invasion de rongeurs, son accès était toujours protégé par un revêtement de carreaux vernissés qui les empêchait d'accéder à l'intérieur [ 80 ].

Ce type d'habitation est composé de bâtiments et de dépendances ordonnés autour d'une cour centrale. Cet ensemble est caractéristique des grands domaines céréaliers et prend souvent l'aspect d'un château avec des murs flanqués d' échauguettes et des tours d'angle.

Il est adapté à une vie agricole où le climat n'impose pas une grange pour engranger les javelles de blé avant le dépiquage , celui-ci ayant lieu aussitôt les gerbes coupées sur l'aire de terre battue.

Dans ce mode culturel, les grains sont entrés en sacs dans une remise tandis que les moissonneurs élèvent les meules de paille avec comme seule protection contre la pluie un mélange de poussier et de terre glaise. Seul est rentré le fourrage [ 82 ]. Cette structure agraire est rare en Provence [ 82 ]. C'est le style des grandes maisons seigneuriales qui va traverser les siècles même après la Renaissance.

Il s'agit de bâtisses isolées, avec ou sans cour intérieure, dont la façade est flanquée de tours d'angle [ 83 ]. La fortification des maisons de campagne est une pratique fort ancienne.

Imsges: rencontre lure

rencontre lure

Une des principales était la tour du pigeonnier , mais la maison se prolongeait aussi d'une soue à cochons , d'une lapinière , d'un poulailler et d'une bergerie [ 80 ]. Déjà des communes comme La Rochegiron et Banon, qui possèdent chacune chèvres se spécialisent dans la fabrication du fromage de chèvre plié dans une feuille de vigne ou de châtaignier et cerclé par un brin de raphia.

rencontre lure

OS alternatifs 2 visiteur s.

rencontre lure

Rencontre lure baron en fut pourtant chassé en après plusieurs escarmouches entre ses troupes et la garnison catholique de Forcalquier [ ][ ]. Il y avait pourtant rencontre lure constantes. Enil n'y avait plus que 40 élevages dans Lure, neuf ans plus tard, on en dénombra trois, totalisant bêtes, au Revest, et quatre avec bêtes à Noyers-sur-Jabron [ ]. Si la station de ski, pour cause de manque récurrent d'enneigement, a dû fermer, son site s'est transformé en lieu idéal pour le ski de randonnée et le ski nordique. Un étroit couloir, qui permet d'accéder à rencontre lure, sépare cet ensemble de la rencontfe partie réservée aux bêtes. I contacted Ou faire des rencontres amicales on Nov.