Témara, le centre de torture du Maroc | Slate Afrique

Sur les routes de l'ardéchoise

rencontre obama mohammed vi

Le groupe d'études créé en continue de rédiger des rapports - à l'impact cependant limité. Saudi Arabia , , p. Le chah voyage dans beaucoup de pays dans la seconde partie des années , du reste. La Cité de l'Éducation a hébergé une série de prières et lectures religieuses dans le cadre du programme annuel du Ramadan durant un mois en Nombreuses perturbations TCL en soirée dans le centre de Lyon.

L'application mobile

La famille s'agrandira vite et accueillera trois autres enfants: Sur les Routes de l'ardéchoise Toute l'année, 13 boucles balisées, un réseau d'hébergeurs certifiés Composez votre itinéraire Carte interactive, parcours, hébergements, réservation en ligne L'application mobile Se challenger, retrouver ses performances en temps réel et toutes les infos utiles une fois sur les parcours. Un rapport semblable, émanant de l'armée, connaîtra le même parcours [ A 54 ]. Dans les articles qu'il écrivit en français pour le journal étudiant en et , Mohammed Reza remercia Le Rosey pour lui avoir élargi l'esprit et l'avoir éveillé à la civilisation française [ 16 ]. Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements Développeurs Déclaration sur les témoins cookies Version mobile. Perron , qui se prenait pour un poète, introduisit Mohammad Reza à la poésie française et sous son influence, Chateaubriand et Rabelais devinrent "[ses] auteurs français préférés" [ 20 ]. De ce fait, le wahhabisme prône la destruction de tout lieu historique, même islamique [ ].

Après des débats vigoureux, les docteurs wahhabites ont dû se résoudre à accepter l'usage du papier-monnaie en , l'abolition de l' esclavage en , la scolarisation des femmes en et l'usage de la télévision en [ ]. La musique, dont le son, fut un temps, aurait pu conduire à l'exécution sommaire, est maintenant couramment écoutée sur les ondes radios saoudiennes [ ].

Les minarets pour les mosquées et l'usage de marques funéraires, qui étaient autrefois prohibées, sont désormais autorisés. La flagellation de l'absent à la prière collective, n'est plus appliquée [ ]. Le grand imam saoudien, de son côté, a déclaré le football hala l légal [ ]. Le nettoyage culturel a heurté de nombreux musulmans opposés à la destruction de zaouïas , mausolées, et autres bâtiments et artefacts musulmans et non-musulmans [ ] , [ ] , [ ].

La plupart des musulmans non-wahhabites sunnites ou chiites sont en effet attachés aux lieux et aux mausolées associés à l'islam ancien [ ].

Les lieux saints du Hedjaz sont restés longtemps des lieux de pèlerinage en particulier la tombe du prophète Mahomet. La visite de sites archéologiques, religieux ou historiques, est formellement proscrite. Elle est assimilée à de l'idolâtrie par le culte wahhabite. Les villes saintes de La Mecque et de Médine ont subi la destruction d'une grande partie de leur patrimoine historique et archéologique [ ].

Parmi les pratiques que le wahhabisme interdit, il y a le tawassoul par les vivants , qui consiste à demander l'intercession d'un prophète ou d'un saint pour se rapprocher davantage de Dieu. De ce fait, le wahhabisme prône la destruction de tout lieu historique, même islamique [ ]. Ironiquement, en dépit du fait que les Wahhabites ont détruit de nombreux sites historiques, islamiques ou non, associés aux premiers musulmans, à la famille de Mahomet , à ses compagnons , et outre leur stricte prohibition de les visiter incluant même les mosquées , les Saoudiens ont rénové le tombeau de Mohammed ben Abdelwahhab , tournant son lieu de naissance en une attraction touristique majeure et en un important lieu de visitation à l'intérieur des frontières modernes du royaume [ ].

Depuis sa naissance et jusqu'à l'époque contemporaine, le wahhabisme alimente le feu roulant des critiques et controverses de tout ordre. Dans un premier temps, ce terme a été accepté par l'institution religieuse saoudienne elle-même [réf. En effet, les Saoudiens, opposés à tout intermédiaire avec Dieu - y compris le prophète Mahomet - rejettent ce terme qu'ils considèrent comme péjoratif dans la mesure où il sous-entend que ce serait une voie particulière minhaj en arabe.

Cette position est relayée à l'international par le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Joubeir [ 12 ]. Ainsi, il est incontestable que les notions de salafisme et de wahhabisme sont étroitement liées et que pour cette raison on a souvent tendance à les confondre [ ] , [ ] , [ ]. Cependant si le salafisme est un terme général qui désigne un ensemble varié de courants fondamentalistes sunnites salafisme cheikhiste, salafisme djihadiste… , le wahhabisme peut être considéré comme l'un de ces courants particuliers, celui fondé par Mohammed ben Abdelwahhab et surtout présent dans la péninsule Arabique.

En effet, il s'agit selon lui d'une doctrine islamique qui s'appuie sur l'alliance historique entre le pouvoir politique et financier, le sabre, représenté par Ibn Saoud et l'autorité religieuse, le goupillon, représentée par Mouhammad ibn Abd al-Wahhab et cette doctrine continue à exister depuis cette alliance jusqu'à nos jours par le financement de plusieurs chaines religieuses et la formation de plusieurs imams [ ].

Pour lui, le wahhabisme saoudien est donc un danger qui menace l'islam, les musulmans ainsi que l'humanité entière [ ]. En matière de credo , le wahhabisme s'est étroitement aligné sur l'école théologique atharite [ ] , [ ]. La théologie atharite se caractérise par la dépendance à la signification externe ou apparente zahir du Coran et du Hadith, et à l'opposition à l'argumentation rationnelle en matière de croyance telle qu'elle est favorisée dans les écoles théologiques asharite et maturidite [ ] , [ ].

Cependant, les wahhabites divergent sur certains points théologiques d'autres mouvements atharites [ ]. Cela inclut une tendance zélée à l'excommunication takfir , qui ressemble à celle des kharijites [ ] , [ ]. Compte tenu de leur lecture littéraliste du Coran et du Hadith, les wahhabites sont régulièrement accusés par les autres musulmans d'avoir une conception anthropomorphique de Dieu Allah en arabe , équivalente à du polythéisme shirk en arabe à l'unanimité des sunnites.

En ce qui concerne l'interprétation correcte des Attributs de Dieu comme décrit dans le Coran en Et Ibnou 'Outhaymîn affirma: La nature même du wahhabisme saoudien a fait débat, les sunnites ayant longtemps polémiqué pour savoir s'il s'agissait réellement d'une branche de l'islam sunnite hanbalite [ ] , [ 36 ] , [ ] , [ 33 ] , [ ].

Selon Jarman, la doctrine wahhabite ne cadre pas avec les enseignements traditionnels de l'école hanbalite: Pour Lamchchi, cette école prône notamment une pratique religieuse purement ritualiste [ ] , fondée sur un taqlid et un ijtihad orienté et laissant au second plan certains aspects du fiqh actuel [ ]. Selon Ibrahim, le wahhabisme est en quelque sorte un objet théologique non-identifié [ ].

Le Livre de la prévention de l'égarement et de la répression de l'ignorance , et rédigée par le théologien hanbalite Souleyman ben Abdelwahhab qui n'est autre que son propre frère [ ]. Pour d'obscures raisons remontant à son fondateur, le wahhabisme saoudien se caractérise par un fort antagonisme envers le chiisme iranien. Sur le plan intérieur, le Royaume wahhabite redoute l'instrumentalisation par l' Iran de la minorité chiite saoudienne de la province orientale du Hassa , outre celles des différents pays arabes.

Revenant sur les attentats-suicides du 11 septembre , Sean Carter, avocat des familles des victimes, affirme que l' Arabie saoudite serait obligée de les indemniser puisque: Ils ont donc continué à soutenir al-Qaida, puis plus récemment dans l'appui économique et idéologique à l' État islamique Daesh. En avril , Bob Graham a déclaré sur la chaîne de télévision Fox News qu'il aurait reçu un coup de fil de la Maison blanche l'informant de la décision du président américain de déclassifier les 28 pages litigieuses sous 60 jours [ ].

Pour la première fois, en mai , le Département du Trésor des États-Unis a dévoilé que le montant des bons du trésor détenus par l'Arabie saoudite s'élèveraient seulement à milliards de dollars , ce qui en ferait le treizième adjudicataire très loin derrière la Chine et le Japon [ ].

Par ailleurs, les sénateurs américains ont approuvé à l'unanimité la proposition de loi autorisant les victimes du 11 septembre à poursuivre l'Arabie saoudite [ ]. Dans le même sens, pour Pierre Conesa , ancien haut-fonctionnaire du ministère de la Défense ,.

Depuis la révolution iranienne de , l'historien britannique Charles Allen estime, quant à lui, que les autorités saoudiennes ont consacré plus de 70 milliards de dollars à la diffusion de leur idéologie [ ].

Cela va des plus jeunes aux plus âgés, depuis les enfants dans les madrasas jusqu'aux bourses d'études doctorales [ ]. Selon Jarman, c'est la méconnaissance et la crédulité de nombreux jeunes musulmans sincères qui en font des proies faciles et leur cible privilégiée [ ]. Sur la base de documents internes, une étude de droit comparé entre l' État islamique et l' Arabie saoudite fait ressortir que les deux États appliquent quasiment les mêmes châtiments corporels pour tout une série de crimes [ ].

Historiquement, le wahhabisme est originaire de la région centrale du Nejd [ ]. Ses pratiques conservatrices sont fermement soutenues là-bas plus que dans tout autre région du royaume plus à l'est ou à l'ouest de celui-ci [ ] , [ ] , [ ].

Contrairement à l'Arabie saoudite, le Qatar a apporté des changements significatifs dans les années Des Qataris attribuent son interprétation différente de l'Islam à l'absence d'une classe cléricale indigène et à l'autonomie de la bureaucratie vis-à-vis de l'autorité des affaires religieuses, des dotations, du Grand Mufti , et au fait que les dirigeants qataris ne tirent pas leur légitimité d'une telle classe [ ] , [ ].

La Cité de l'Éducation a hébergé une série de prières et lectures religieuses dans le cadre du programme annuel du Ramadan durant un mois en Il existe d'autres allégations suggérant que le Qatar aurait renvoyé des professeurs en Amérique au motif qu'ils seraient juifs [ ] et que les étudiants fréquentant les universités américaines au Qatar seraient tenus de se vêtir de manière respectueuse au sens du wahhabisme [ ].

Instead of the Wahhabi label, they prefer either Salafi , one who follows the ways of the first Muslim ancestors salaf , or muwahhid , one who professes God's unity. This was the origin of the pact between religious mission and political power that has endured for more than two and half centuries, a pact that has survived traumatic defeats and episodes of complete collapse. Ibn Saud would protect and propagate the stern doctrines of the Wahhabi mission, which made the Koran the basis of government.

In return, Abdul Wahhab would support the ruler, supplying him with 'glory and power. The reformer … replied that God might compensate the amir with booty and legitimate taxes greater than the taxes on harvests.

He and his followers believe that they had a religious obligation to spread the call in Arabic, da'wa for a restoration of pure monotheistic worship. This was done at the expense of the overlords of the Ottoman Empire. Eventually, the house of Al Saud met with defeat at the hands of the Ottoman and Egyptian armies, resulting in the burning of Diriyah. Moreover links between Ibn Abdul Wahab and the house of Saud have been sealed with multiple marriages.

It allowed him to declare holy war jihad , otherwise legally impossible, against other Muslims. There is no reason to acquiesce in this assumption of a monopoly, and because the movement in question was ultimately the work of one man, Muhammad b. Thus, the idolater who call upon a saint for help must repent, If he does so, his repentance is accepted. If not, he is to be killed. Ibn Ghannam, Hussien, Tarikh najd.

However, even this defensive jihad remained limited in scope, as fighting was permitted only against those who had either attacked or insulted his followers directly.

After the conclusion of the pact of , Muhammad Ibn Sa'ud, who at the time ruled only the Najd village of Dir'iya, embarked on the conquest of neighboring settlements, destroying idols and obliging his new subjects to submit to Wahhabi Islam.

The Saudi emirate and the Wahahbi mission had been crushed once and for all. In turn, the Saudi realm could maintain its independence vis-a-vis Istanbul because of physical and technological factors: Its geographical isolation, its lack of valuable resources, the limits of nineteenth-century communications, transportation and military technologies made conquest and pacification too costly for both Cairo and Istanbul.

These outside powers decided to leave the Saudis alone so long as they did not revive the first amirate's impulse for expansion through jihad and refrained from attacking Hijaz, Iraq and Syria.

By the s, generations of Najdi townsmen had lived in a Wahhabi milieu. The strict monotheistic doctrine had been naturalized as the native religious culture. At the same time, he tempered Wahhabi zeal when he felt that it clashed with the demands of consolidating power in Hijaz and al-Hasa or the constraints of firmer international boundaries maintained by the era's dominant power in the region, Great Britain.

Simply put, political considerations trumped religious idealism. The same principle governed Ibn Saud's approach to adopting modern technology, building a rudimentary administrative framework and signing the oil concession with the Americans. When ibn Saud decided to curb the Ikhwan, he permitted the shiites to drive away Wahhabi preachers. The outcome of this approach was the preservation of a more relaxed atmosphere in Hijaz than in Najd.

Standards would stiffen when Ibn Saud arrived for the pilgrimage with a retinue of Wahhabi ulama and then slacken with his departure. In another sign of Ibn Saud's willingness to disregard Wahhabi sensibilities, he allowed Shiites to perform the pilgrimage. They openly practise religion or are compelled to reside among idolaters. The movement also shared with the Wahhabis that desire to revive the teachings of Ibn Taymiyya and a tendency to express intolerance toward other Muslims Ahl-i Hadith preachers compared Delhi's Muslims to idolaters.

It is, then perhaps, not surprising that persons of salafi tendency … casting around in desperation for a hero, should have begun to view Ibn Sa'ud with favor and to express sympathy for Wahhabism. Its constituent council, which met for the first time in December , was headed by the then chief mufti of Saudi Arabia, Muhammad b.

Ibrahim Al al-Shaykh, a lineal descendant of Muhammad b. Abd al-Wahhab, and the presidency remains to this day vested in the Saudi chief mufti. Included among its eight other members were important representatives of the Salafi tendency: In accordance with statute, the head of the league's secretariat has always been a Saudi citizen, the first to occupy the post being Muhammad Surur al-Sabban.

These efforts bore fruit in Nigeria's Muslim northern region with the creation of a movement the Izala Society dedicated to wiping out ritual innovations. Essential texts for members of the Izala Society are Muhammad ibn Abd al-Wahhab's treatise of God's unity and commentaries by his grandsons. No one could have foreseen that the Muslim Brothers would successfully spread their ideas in the kingdom and erode Wahhabism's hegemony.

The largely illiterate nation had few qualified teachers, so the government dispatched emissaries abroad, mostly to Egypt and Jordan, to recruit teachers with substantive skills who also were devout Muslims. When Nasser, a nationalist strongman and sworn enemy of Saudi Arabia, turned on his country's conservative Muslim Brotherhood, King Faisal welcomed those religious conservatives into Saudi Arabia as scholars and teachers, reinforcing the fundamentalist hold on the young Ministry of Education, founded in under his predecessor and half-brother, King Saud.

But the rhetoric of the Brotherhood dealt in change-promoting concepts like social justice, anticolonialism, and the equal distribution of wealth.

Politically they were prepared to challenge the establishment in a style that was unthinkable to mainstream Wahhabis, who were reflexively deferential to their rulers, and enablers, the House of Saud.

It was heady stuff for the young students of Jeddah, taking the Wahhabi values they had absorbed in childhood and giving them a radical, but still apparently safe, religious twist.

They had learned of jihad at school as an instantly romantic concept—part of history. Now they were hearing of its practical possibility today, and they could even make personal contact with jihad in the barrel-chested shape of Abdullah Azzam, who gave lectures in both Jeddah and Mecca in the early s.

The Saudi government had welcomed ideologues like Azzam and Mohammed, the surviving Qutub, to the Kingdom as pious reinforcement against the atheistic , Marxist -tinged thinking of their Middle Eastern neighborhood. But in the process they were exposing young Saudi hearts and minds to a still more potent virus—hands-on, radical Islam. Islamists see education as their base so they won't compromise on this.

In fact, the Muslim Brother imprint on this sample of Saudi schoolbooks is striking. Apparently members of the organization secured positions in the Ministry of Education, which they used to propagate their ideas. It is instead a part of contemporary jihadist tendency that evolved from the teachings of Sayyid Qutb…in other words; Al-Qaeda belongs to an offshoot of twenty-first century Muslim revivalist ideology, not Wahhabism.

Exactly how and when these elements combined has not yet been established beyond the common knowledge that Saudi Arabia opened its doors to members of the Muslim Brothers fleeing repression by secular regimes in Egypt and Syrian in the later s and s They spread their ideas by occupying influential positions in educational institutions and circulating their literature.

This blend of traditionalists and modern Islamist militants served the kingdom's interests well at first, because it countered the threat of a 'progressive', pro-Soviet Islam—the brand preached at Al Azhar University in Egypt during the Nasser regime.

But eventually this volatile mixture would explode in the Saudis' hands. According to Ottaway, the king boasted on his personal Web site that he established Islamic colleges, Islamic centers, mosques, and schools for Muslim children in non-Islamic nations.

The late king also launched a publishing center in Medina that by had distributed million copies of the Koran worldwide. Instead, it confined itself to calling on all Islamic states to cooperate with the UN secretary general in bringing an end to a situation that was 'prejudicial to the Afghan people. They were millenarians, they rejected the monarchy and they condemned the wahhabi ulama. But the s iteration of this tradition, the religious leaders called upon by the royal family to reestablish moral order were not Wahhabite clerics but were rather sahwa militants whose belief system was a hybrid of Salafism and Qutbist thought and whose allegiances lay outside the Saudi kingdom.

Foreign influences and bida'a were the problem. The solution to the religious upheaval was simple -- more religion. Saddam Hussein's annexation of the oil-rich amirate alarmed Riyadh and Washington, in large measure because his intentions were unclear: Did he intend to push south to seize the oil fields in Saudi Arabia's Eastern province.

One is publicly supportive of the House of Saud, and will endorse any policy decision reached by the Saudi government and provide scriptural justification for it. The second believe that the House of Saud should be forcibly removed and the wahhabi clerics should take charge. Osama bin Laden and al-Qaeda are from the second school. The sheikists had replaced the adoration of Allah with the idolatry of the oil sheiks of the Arabian peninsula, with the Al Saud family at their head.

Their theorist was Abdelaziz bin Baz… the archetypal court ulema ulama al-balat …. They had to be striven against and eliminated. Confronted by the sheikist traitors, the jihadist-salafists had a similarly supercilious respect for the sacred texts in their most literal form, but they combined it with an absolute commitment to jihad, whose number-one target had to be America, perceived as the greatest enemy of the faith.

Prince Talal bin Abdul Aziz.. The sheikhs and ulema had very valuable advice to offer, wrote the prince, but it was no more than that—advice. They should not consider that they were among 'those who govern. Turki's bid for a direct role in Saudi government was firmly slapped down, and the reverend doctor did not argue back. At present, the indications are not good for true believers in Wahhabi doctrine. But as its history demonstrates, the doctrine has survived crises before.

Prince Nayef defended the religious establishment and blamed instead a foreign import—the Muslim Brotherhood, the radical Islamic political organization founded in Egypt in the s—for the kingdom's problems. For years, Saudi Arabia sheltered and embraced the Brotherhood activists, and now, Prince Nayef told the press, the Brotherhood had turned against the Saudis and were destroying the Arab world.

Politically they were prepared to challenge the establishment in a style that was unthinkable to mainstream Wahhabis, who were reflexively defferential to their rulers, and enablers, the House of Saud. It is significant that whenever the term 'Muslims' occurs in Uthman b. But the Wahhabi dismissal of all Muslims other than themselves as non-believers is of more than historical significance.

Discreetly concealed over the years because of a variety of factors -- above all the desire of the Saudi regime to portray itself as a protector of Muslim interests, despite abundant evidence to the contrary -- this attitude of monopolistic rejection continues to inform the attitudes to Muslims held by contemporary Wahhabis and those under their influence, even when not fully articulated.

They complained that regardless of their subject of study, they were compelled to study 'Thaqafah Islamiyyah' Islamic Culture , …. I read these texts very closely: As Wahhabism began to exert its influence, a religious militia, the mutawaa — bearded men armed with cudgels and today, riding in shiny SUVs — was organized in Saudi Arabia to close down shops and office at prayer times five times a day.

The fatwa banned the giving of flowers when visiting the sick in the hospital. This is a custom imported from the land of the infidels by those whose faith is weak.

Therefore it is not permitted to deal with flowers in this way, whether to sell them, buy them or offer them as gifts. Bookshops in the holy cities of Mecca and Medina, for example, sell a 1,page souvenir tome that is a kind of "greatest hits" of fatwas on modern life. It is strewn with rulings on shunning non-Muslims: The faithful who must live abroad should "harbor enmity and hatred for the infidels and refrain from taking them as friends," it reads in part.

The Salafi Group That Commands Right and Forbids Wrong was originally intended to focus on moral improvement, not on political grievances or reform. Furthermore, this enmity and hostility of Muslims toward non-Muslims and heretical had to be visible and unequivocal. For example, it was forbidden for a Muslim to be the first to greet a non-Muslim, and even if a Muslim returned a greeting, a Muslim should never wish a non-Muslim peace.

This was particularly true of the Hejaz, with its more cosmopolitan traditions and the traffic of pilgrims which the new rulers could not afford to alienate. Thus, although the sound of a trumpet calling reveille in Mecca when it was newly conquered was enough to cause riot among the Wahhabi soldiers -- music was forbidden -- such that only energetic intervention on the part of the young Prince Faysal, later King, prevented a massacre, today music flows freely over the radio and television.

Therefore, using words like foul or penalty kick is forbidden. The country's grand mufti, Sheikh Abdul Aziz bin Abdullah al Ashaikh, rejected that fatwa and called on the religious police to track down and prosecute its author. Their school is generally associated with an insistence on avoiding the use of rational argumentation in matters of belief, and a reliance solely on transmitted content Qur'an and Hadith. This show of international power, along with the nation's astronomical increase in wealth, allowed Saudi Arabia's puritanical, conservative Wahhabite faction to attain a preeminent position of strength in the global expression of Islam.

And slowly they have convinced the Southeast Asian Muslims, and indeed Muslims throughout the world, that the gold standard is Saudi Arabia, that that is the real good Muslim. As with the merchants of the Hijaz and al-Jouf, the tribes of Asir have never fully embraced Wahhabi doctrine.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire de l'Arabie saoudite. Création de l'Arabie saoudite. Prise de la Grande Mosquée de La Mecque. Ordonnance du bien et interdiction du mal et Hisba. Al Wala' Wal Bara'. Destruction de sites liés à l'Islam précoce. Tauris, , ix: Seemingly his recognition with the Banu Tamim tribe thought is in line with the justification by some scholars of being the inheritor of the teachings of Ibn Taymiyyah. It is an austere form of Sunni Islam that insists on a literal interpretation of the Quran.

Wahhabis believe that all those who don't practice their form of Islam are heathens and enemies. Wahhabism's explosive growth began in the s when Saudi charities started funding Wahhabi schools madrassas and mosques from Islamabad to Culver City, California.

Antoine Sfeir , Arabie saoudite: English , Infidel behind the paradoxical veil , vol. Together they began a jihad against the backsliding Muslims of the peninsula.

Under the banner of religion and preaching the unity of God and obedience to the just Muslim ruler, the Al Saud by had expanded their dominion across the peninsula from Mecca to Bahrain, installing teachers, schools, and the apparatus of state power.

So successful was the alliance between the Al ash Shaykh and the Al Saud that even after the Ottoman sultan had crushed Wahhabi political authority and had destroyed the Wahhabi capital of Ad Diriyah in , the reformed religion remained firmly planted in the settled districts of southern Najd and of Jabal Shammar in the north.

It would become the unifying ideology in the peninsula when the Al Saud rose to power again in the next century. La présence de conseillers militaires américains tendit rapidement les relations avec l' Union Soviétique. Le chah voyage dans beaucoup de pays dans la seconde partie des années , du reste.

Les États-Unis attendaient de la part du chah que l'Iran verrouille la frontière à l'Union Soviétique, garantissant des puits de pétrole au Golfe persique et essaie d'adoucir les tensions israélo-arabes. Le 2 mars l'Iran expliquait qu'il ne reconnaissait plus les articles 5 et 6 du traité d'amitié soviétique-iranien de encore en vigueur qui accordait à l'Union Soviétique le droit de disposer en tout temps des troupes en Iran. Avant même que le nouvel accord pétrolier fut signé en , il nomma Abol-Hassan Ebtehadj responsable du développement économique de l'Iran.

Il est cependant congédié par Eghbal en , qui le soupçonnait de favoriser les experts économiques américains. Sous le gouvernement Eghbal, le décollage économique est particulièrement réussi, toutes les mesures phares attirant, la France organisant à Téhéran une exposition industrielle en [ A 38 ].

Mais de graves problèmes économiques vont se faire sentir quand le Shah lance une réforme agraire: Plusieurs mesures, une aide financière et conseillère est proposée, mais Eghbal refuse, y voyant là une ingérence.

Manoutchehr Eghbal démissionne le 31 août [ A 40 ]. Il est remplacé par Jafar Sharif-Emami , son ancien ministre de l'Industrie. Au printemps , Soraya part en vacances en Suisse , seule. Elle ne reviendra plus en Iran: On consulte Pie XII pour savoir si leur différence confessionnelle sera acceptée par le Saint-Siège , car Marie-Gabrielle est catholique et le chah musulman chiite.

En été , par un concours de circonstances, le Chah rencontre Farah Diba , amie de sa fille Shahnaz en rendant visite à cette dernière. Les deux personnes se plaisent, et lorsque Farah doit repartir en France pour poursuivre ses études, le mariage est décidé.

En , la reine est enceinte. Le 31 octobre , la reine accouche dans un hôpital public, dans le sud de Téhéran et dont elle a la présidence [ 96 ]: Reza , désormais héritier du trône, qui consolide la position de la dynastie fondée en La famille s'agrandira vite et accueillera trois autres enfants: Le Chah d'Iran sera très proche de ses enfants et son épouse, malgré ses obligations, et s'occupera quotidiennement de sa famille [ 98 ].

La naissance du prince héritier est un de ces éléments consolidateurs de sa position. À la suite des élections législatives en hiver en qu'il a lui-même organisé, Sharif-Emami est reconduit en tant que Premier Ministre le 11 mars Il applique rapidement le plan du FMI, mais dans le but de réduire la poussée inflationniste , ces mesures provoquent une récession économique , la baisse de l'activité et la montée du chômage [ A 41 ].

La visite de l' économiste Averell Harriman en Iran avec le contexte d'alors provoque une montée et le début d' antiaméricanisme en Iran. Sa visite de courtoisie au chah se termine par une invitation pour le souverain et son épouse à se rendre aux États-Unis par le nouveau président John F.

Kennedy [ A 41 ]. Auparavant, le futur président américain a beaucoup critiqué le chah, la brutalité de ses méthodes, le manque de démocratie en Iran et le soutien américain à son égard pendant la campagne présidentielle.

Un autre événement, plus grave, tend les relations et serait à l'origine de la visite en recherche d'apaisement: Flairant un coup d'état téléguidé par Washington pour le renverser et le remplacer par Bakhtiar, Mohammad Reza Chah destitue Bakhtiar, en outre critiqué par beaucoup - dont l'administration Kennedy - pour ses mauvais traitements, le 15 mars [ 99 ]. Il est remplacé par Hassan Pakravan , figure beaucoup plus aimable qui, rompant avec l'image effrayante donnée par Bakhtiar, interdit toute torture et humiliation des détenus [ ].

Puis vient le voyage officiel du couple impérial à Washington , qui se passe officiellement très bien. Les critiques envers le régime impérial sont plus discrètes ou assouplies de la part de l'administration américaine, peut-être faisant le dos rond car démasquée dans le projet Bakhtiar et une tentative de renversement du chah, comme ce fut parfois prétendu [ ].

La première loi de réforme agraire, portée sous le gouvernement d'Eghbal par le ministre de l'Agriculture Jamshid Amouzegar , soutenant une redistribution fondamentale de la propriété foncière, est adoptée le 6 juin Le 4 mai , des manifestations entraînent la mort d'un enseignant, ce qui provoque la démission du cabinet Sharif-Emami, qui ne veut pas que les contestations pacifiques fassent des morts.

Le 6 mai , Ali Amini devient Premier Ministre. Intègre, se déclarant en guerre contre la corruption, compétent financièrement et ouvert au dialogue on remarque dans son cabinet des anciens du Tudeh et des cabinets de Mossadegh , il n'obtiendra jamais vraiment la confiance du chah, qui le soupçonne d'être surtout le relais des volontés américaines: À la suite de quoi les propriétaires terriens ne pouvaient posséder qu'un seul village au maximum.

Le reste de leurs terres sont rachetées par l'état, qui les revend ensuite à un prix nettement inférieur aux paysans sans terre. Mais ces ventes à perte ne résolvent en rien les problèmes économiques dont le pays parvient à peine à se relever depuis Ces mauvais calculs ont vite raison de la sympathie de la population à l'égard du Premier Ministre, et cela, plus le soupçon puis l'agacement du shah, l'hostilité du clergé le plus grand propriétaire foncier du pays avant la réforme et des autres propriétaires fonciers, provoquent la démission d'Amini, le 19 juillet [ ].

Ce dernier est un proche du chah, voire son meilleur ami, et il est cependant très libre dans ses choix politique, passant ainsi en premier plan [ A 43 ]. La situation n'est pas fantastique: Alam et le chah décident que les grands moyens s'imposent. Le chah lui donne le nom de Révolution du Roi et du Peuple, mais elle sera plus connue comme la Révolution Blanche.

Avec la Révolution Blanche Mohammad Reza Shah saisit l'occasion de coordonner les réformes économiques et sociales en Iran. Il fut souvent dit que c'était Kennedy qui avait incité -ou forcé- le shah à mettre en place ces réformes, pour se refaire une légitimité [ ].

Mohammad Reza Chah s'en défend dans ses mémoires, expliquant qu'il voulait appliquer ce programme de réformes modernisatrices d'envergure dès son avènement, en , mais que les différentes crises et son manque de pouvoir ne lui avait pas permis, jusqu'à ce qu'il se débarrasse d'Amini [ 30 ]. Et une réforme agraire d'envergure était envisagée depuis Ghavam , en , et la création d'une banque de crédit en avait permis de redistribuer une grande partie des terres de la Couronne [ A 43 ].

Il fut prévu pour janvier La Révolution blanche concerne une série de mesures destinées à moderniser le pays, comme une grande réforme agraire , la constitution du corps de Sepah-e Danech l'armée du savoir pour alphabétiser les populations, la relève du suffrage universel , y compris pour les femmes, la mise en place d'un examen professionnel pour les aspirants théologiens islamiques les mollahs et ce en rupture avec les vieilles traditions religieuses.

Ce qui allait heurter la sensibilité des musulmans radicaux. Et cela arriva vite. En octobre , une loi autorise n'importe qui même une femme à être élu e aux conseils départementaux, et même un non-musulman, qui peut prêter serment sur son livre saint, pas forcément le Coran. De nombreux dignitaires religieux bondissent, dont Rouhollah Moussavi , dit Khomeini , qui envoient de nombreux messages de protestations. Malgré les appels du chah à considérer l'histoire en marche, ils ne cessent pas et finalement la réforme est suspendue.

Mais les partisans des réformes manifestant à leur tour, on ouvre des négociations en novembre [ A 44 ]. Du 9 au 12 janvier , le chah réaffirme dans son discours au Congrès des coopératives agricoles sa volonté de rénover en profondeur la société.

Il est acclamé et de nouvelles manifestations en faveur des réformes éclatent ensuite [ A 44 ]. Le 27 janvier , le référendum proposant un programme en 6 points est organisé. La mort de l' ayatollah Kachani le 13 mars avait laissé libre le poste d'un leader d'un certain extrémisme religieux, auquel Khomeini prétend.

Il est en effet proche des Fedayin de l'Islam , comme Kashani. Son discours se radicalise vite: Il est cependant peu soutenu par l'autorité islamique nationale. Le chah et lui se répondent par discours interposés, Mohammad Reza Chah commençant, comme Reza Chah , à considérer les mollahs comme avant tout des obstacles à la modernité.

Puis Khomeini devient injurieux avec le chah, et commence à orienter son discours contre Israël , lui faisant prendre une profonde marque antisioniste et antisémite [ ]. Pour 'Ashura , le 3 juin , il appelle carrément le pouvoir à se protéger d'un soulèvement imminent [ ]. Le pouvoir, et surtout Alam , souhaite réagir, et on fait arrêter Khomeini à Qôm, qui se présente rapidement à la police.

Mais des manifestations éclatent le surlendemain, et durent jusqu'au 7 juin. Elles gagnent vite Téhéran et sont visés principalement des édifices à connotation américaine ou possédés par des juifs - réels ou supposés. La peur gagne la capitale, où des pillages ont lieu, menés par la pègre qui reçoit des pots-de-vin des partisans de Khomeyni. Les bazaris se soulèvent, et de nombreux manifestants arrivent de Qom sur la capitale iranienne. Devant l'inquiétude et l'hésitation du chah, Asadollah Alam convoque le conseil des Ministres, qui l'approuve: Il est assuré de soutien populaire dans la menée de cette répression [ A 45 ].

La révolte est écrasée: Pour Khomeini, le gouvernement reste divisé sur la question: Alam le désigne comme le responsable des désordres, et souhaite le faire passer devant les tribunaux. Khomeyni est relâché en août et regagne sa résidence à Qom , où il ne fait plus parler de lui pendant un certain temps. En tant que vainqueur des élections, Mansour lui succède le 7 mars Son mandat se déroule assez calmement, Mansour souhaitant relancer l'économie, toujours essoufflée, par des projets ambitieux.

Mais assez vite, les experts du FMI viennent freiner cette avancée, qui rejouerait le scénario économique de et proposent d'augmenter les impôts. Soutenu par le chah et au prix d'un bras de fer, Mansour refuse les nouveaux impôts mais calme ses ardeurs [ A 46 ]. Khomeini fait alors de nouveau parler de lui, et les prêches recommencent le 26 octobre, Khomeini comparant le traité aux capitulations signés par la Perse des Qâdjars avec la Russie et le Royaume-Uni.

En novembre, il est de nouveau arrêté. Le ministre Mohammad Nassiri organise alors le départ de l'ayatollah, auquel il fait comprendre que c'est pour lui la meilleure chose à faire. Khomeini quitte l'Iran pour l' Irak , s'installant à Nadjaf.

Mais la situation s'aggrave le 21 janvier Le chah écourte en catastrophe ses vacances, et Mansour est emmené dans une clinique [ ]: Proche de Mansour, il est attendu qu'il perpétue son action - ce qu'il s'attelle à faire. Il restera très longtemps Premier Ministre, pendant plus de 12 ans. Il admit aussi avoir été à l'origine de l'autre attentat de l'année, mais qui visait directement Mohammad Reza Chah.

Le 10 avril , le chah arrive au palais de Marbre , où il travaille, quand un soldat de sa garde personnelle lui fonce dessus et décharge sur lui sa mitraillette. Hoveida, qui aura ainsi de très mauvaises relations avec Zahedi, se vengera quand Nassiri, chef de la SAVAK , informera peu après le souverain que Zahedi était en fait le vrai commanditaire de l'attentat.

Après perquisition chez lui, il semble évident qu'il n'en était rien [ A 47 ] , et que les vrais commanditaires de l'attentat étaient les Fedayin de l'Islam. Le chef du groupe, Parviz Nihk-Nakh, gracié par le chah, deviendra cependant directeur de la télévision nationale quelques années plus tard [ A 47 ].

L'économie iranienne commence à se détendre: Le 3 e plan économique adopté en prévoit des subventions d'investissements pour l'économie d'un montant de 2,7 milliards de dollars US. En , lors de l'adoption du 4 e plan économique, les subventions d'investissements avaient déjà augmentées pour atteindre 6,7 illiards de dollars US.

À cette époque, le Shah et sa famille font souvent la couverture des tabloïds étrangers, surtout européens, mais aussi, et notamment après , de périodiques où il était bien plus critiqué, notamment pour la violence de ses services secrets.

Dans les années , l'implication du chah dans la Guerre Froide prend une autre forme: Bien que la révolution - en fait un coup d'état - avait été mené par des communistes, les États-Unis refusent d'intervenir pour sauver leur allié, contre l'avis du général Zahedi, que Mohammad Reza Chah avait consulté [ A 48 ]. Le chah, qui se projeta peut-être à la place du roi d'Irak, prit conscience de la relativité de la protection qui découlait de son alliance avec les américains, et décida de réviser ses alliances.

Or, De Gaulle est un modèle pour le chah, de même qu' Atatürk en avait été un pour son père. Et particulièrement son indépendant vis-à-vis des deux blocs que le chah va vite émuler: L' empereur d'Iran re vient en France en rendre visite au général. Au cours de la visite française, la reine Farah, qui partageait l'amour de la culture et de la langue française - dans laquelle elle avait vécu, se lia d'amitié avec le ministre de la Culture, André Malraux , qui organisa l'échange d'objets culturels entre les musées et les galeries d'art françaises et iraniennes, une politique qui resta un élément clé de la diplomatie culturelle iranienne jusqu'en [ ].

Beaucoup de dispositifs légitimes du régime tels que l'utilisation constante des référendums furent inspirés du régime de de Gaulle [ ]. Grands francophiles , Mohammad Reza et Farah préféraient parler français plutôt que persan à leurs enfants [ ]. En ce qui concerne l' URSS , il y a du travail à faire: D'abord réticent, le chah est surpris du bon accueil qui lui est fait en décembre par Nikolaï Podgorny , président du Soviet Suprême , contrastant beaucoup avec la visite qu'il avait effectuée en , le président soviétique louant les effets de la Révolution Blanche.

Le même Podgorny sera un invité privilégié des fêtes de Persépolis , un an plus tard, n'étant jamais placé très loin de chah dans les cérémonies officielles [ ]. Léonid Brejnev , dirigeant de facto de l' Union Soviétique voyage à Téhéran en pour rencontrer le couple impérial, qui lui renvoie sa visite en venant à Moscou la même année.

Une nouvel ligne de chemin de fer du nord au sud est tracée afin de faire voyager les minerais et le charbon produits à Kerman et Ispahan jusqu'en URSS [ A 49 ]. Cependant, le régime impérial reste très lié au bloc de l'Ouest , notamment pour les questions d'armement militaire: Maintenant , l'Iran est un partenaire stratégique militaire des États-Unis.

Le seul partenaire qui pouvait garantir cette protection, était pour lui les États-Unis. Son voyage de retour l'a conduit directement à Téhéran pour discuter avec le Shah du développement politique. Au début des années , les relations de l'Iran se tendirent avec son voisin irakien, notamment à cause d'une question de frontière [ ]. Le 7 mai , Mohammad Reza déclara au président Richard Nixon que l' Union soviétique essayait de dominer le Moyen-Orient en se rapprochant de l'Irak proche, et contenir les ambitions irakiennes serait aussi contenir les ambitions soviétiques [ ].

Nixon accepta de soutenir les allégations iraniennes d'avoir sa frontière avec l'Irak au-delà du talweg du Chatt el-Arab et de soutenir généralement l'Iran dans son affrontement avec l'Irak [ ]. Mohammad Reza Chah finança les rebelles séparatistes kurdes en Irak, et ce, avec des armes soviétiques qu' Israël avait saisies aux régimes arabes soutenus par les Soviétiques, puis qui avaient été remises à l'Iran à la demande du Shah.

Mais le climat devait finalement s'apaiser. En , les deux pays signèrent l' Accord d'Alger , qui accordait à l'Iran des droits de navigation égaux à ceux de l'Irak dans la rivière Chatt el-Arab alors que le talweg -le point le plus profond de la rivière- devint la nouvelle frontière, Mohammad Reza acceptant de cesser de soutenir les rebelles kurdes irakiens [ ]. La relation entre les États-Unis et l'Iran devinrent plus litigieuses lorsque les États-Unis devinrent dépendants de l'Iran pour être une force stabilisante au Moyen-Orient.

En juillet , le président Richard Nixon énonça la doctrine Nixon lors d'une visite à Guam , où il déclara que les États-Unis honoreraient leurs engagements en matière selon les traités signés avec les pays d'Asie, mais que " en ce qui concerne les problèmes de sécurité internationale [ La nation asiatique particulièrement visée par la doctrine Nixon était le Vietnam du Sud , mais Mohamed Reza saisit dans la doctrine Nixon le message selon lequel les nations asiatiques devraient être responsables de leur propre défense, pour affirmer que les Américains devaient lui vendre les armes sans limitation, une suggestion acceptée par Nixon [ ].

Une dynamique particulière fut établie dans les relations américano-iraniennes à partir de où les Américains cédèrent à Mohammad Reza presque tout ce qu'il voulait [ ] , car ils estimaient qu'ils avaient besoin d'un Iran fort en tant que force pro-américaine au Moyen-Orient et ne pouvaient pas se permettre de perdre ce précieux allié [ ].

Pour permettre aux deux pays de continuer à avoir de bonnes relations et parce que Mohammad Reza Chah soutenait les États-Unis dans la guerre du Vietnam, on minimisait le ton souvent très anti-américain de la presse iranienne, de même que les américains firent mine d'ignorer les efforts du Shah pour augmenter les prix du pétrole, même si cela coûtait beaucoup aux consommateurs américains [ ].

Le conseiller américain en sécurité nationale, Henry Kissinger , écrivit à cause de la guerre du Vietnam, qu'il n'était pas politiquement possible dans les années pour les États-Unis de se battre dans une guerre majeure avant Le Congrès n'aurait pas toléré un tel engagement, et la population ne l'aurait pas soutenu.

Heureusement, l'Iran était disposé à jouer ce rôle " [ ]. En tant que tel, les Américains avaient vraiment besoin de l'Iran comme un allié, ce qui permit à Mohammad Reza de leur imposer certaines de ses décisions, lors notamment de la crise de Bahreïn [ ] , une expérience qui stimula fortement son ego, car il imposait sa volonté à la plus puissante nation du monde [ ].

Lorsque Nixon et Kissinger effectuèrent une visite à Téhéran en mai , le Shah les a convaincus de jouer un rôle plus important dans ce qui a été jusqu'alors une opération essentiellement israélo-iranienne pour aider les Kurdes irakiens dans leurs luttes contre l'Irak et ce, malgré les avertissements de la CIA et du Département d'État disant que le Shah laisserait finalement tomber les kurdes.

Ce qui arriva en mars avec la signature des accords d'Alger , réglant les différends frontaliers irakiens-iraniens, une action prise sans consultation préalable des États-Unis, après quoi il cessa d'aider les mouvements séparatistes kurdes et empêcha les États-Unis et Israël d'utiliser le territoire iranien pour leur fournir de l'aide [ ].

Le chah, cependant, considérant les kurdes comme des Aryens, c'est-à-dire des Iraniens au sens large du terme, obtient de Saddam Hussein qu'il laisse partir tous les kurdes vers l'Iran, organisant leur fuite.

Des villes permettront de les accueillir, où ils trouveront des emplois, Mostafa Barezani , leader du mouvement kurde, s'installant avec sa famille dans une grande propriété à Karaj , en banlieue de Téhéran [ A 50 ]. Le 15 septembre , le Majles accorde au chah, pour services rendus à la nation, le titre d' Aryamehr Lumière des Aryens , qui devient une sorte de second titre [ ]. Ce choix de différer le couronnement s'explique non seulement en raison de l'instabilité politique du pays mais aussi de l'absence d'héritier mâle [ ].

Puis la cérémonie prend une tournure sans précédent: Puis elle s'agenouille, et , geste unique dans l'histoire post-islamqiue de la Perse, elle est couronnée par le Chah. Puis après de nombreuses formules d'usage et serments, le cortège quitte le palais du Golestan et parade dans tout Téhéran. Le chah a organisé du 12 au 16 octobre une fête spectaculaire, pour les deux mille cinq cents ans de l'Empire perse, sur le site de Persépolis, siège des rois d'Iran depuis des siècles.

Monarques et présidents de monde entier ont fait le déplacement pour assister à cet anniversaire célébrant la prodigieuse modernisation de l'Iran ainsi que son glorieux passé. Les Iraniens sont censés prendre conscience du prestige de leur pays dans le monde.

Mais les opposants ne virent que les dépenses de trois cents millions de dollars en tentes de soie équipées de toilettes en marbre, et en mets et vins pour vingt-cinq mille personnes, venues en avion depuis Paris. De festivités populaires, le projet s'est transformé de à en une véritable garden-party de chefs d'état et d'officiels étrangers, ce dont le chah se rendit compte à la fin des célébrations [ ] , et qui fut regretté par la chahabnou également qui aurait préféré que les médias couvrent un peu plus les actions populaires et tout ce qui avait été fait à côté, selon elle l'essentiel [ ].

L'Ayatollah Khomeiny condamna ces excès depuis Nadjaf , évoquant les millions d'Iraniens pauvres qui, selon lui, réclamaient l'aide du clergé pour la construction de bains publics: Que sont devenues ces belles promesses, ces allégations prétentieuses selon lesquelles le peuple serait prospère et heureux?

Pour compléter le message, Mohammad Reza termina les célébrations en ouvrant un nouveau musée à Téhéran, le Shahyad Aryamehr , logé dans un bâtiment -une tour- très moderniste et assista à un autre défilé dans le nouveau stade Aryamehr, un nouvel exemple de sa politique alliant l'histoire antique et la modernité [ ]. Une brochure proposée par le comité de célébration énonçait explicitement le message: Dans les années , Mohammad Reza a été considéré comme l'un des leaders les plus efficaces et capables du monde.

Les courtisans de sa cour flattant toujours son ego, et le reste du monde, surtout les États-Unis, l'estimant beaucoup selon le discours de Rockefeller, Mohammad Reza Chah devint de plus en plus assuré dans ce qu'il entreprenait [ ]. Toute cette louange stimula l'ego du chah, qui passa d'un homme simplement narcissique à un mégalomane, se croyant choisi par Allah lui-même pour transformer l'Iran et créer la "Grande Civilisation" [ ] , [ ]. Ainsi, Mohammad Reza commença à faire des revendications extravagantes pour la "Grande Civilisation", comme ce qu'il raconta à la journaliste italienne Oriana Fallaci dans une interview en En d'autres termes, l'un ou l'autre est révolutionnaire ou exige la loi et l'ordre.

On ne peut pas être révolutionnaire en demandant la loi et l'ordre. Et encore moins avec la tolérance Je suis aussi capable d'user de la force, et j'ai l'intention de le faire si ça peut aider à accomplir un grand nombre de choses, car il faut s'en donner les moyens quand le vieux socialisme et ses effets sont finis. Je réalise pour mon pays plus que les Suédois Il n'a même pas nationalisé l'eau et les forêts.

Ma révolution blanche [ Le 31 mars , Mohammad Reza énonça dans une conférence de presse ses projets pour l'Iran en , en disant:. Et, en outre, dans l'ère de la Grande Civilisation qui arrive pour notre peuple, il y aura au moins deux ou trois jours fériés par semaine. Dans vingt ans, nous serons devant les États-Unis. Il chercha à organiser les Jeux olympiques d'été de à Téhéran.

Pour la plupart des Iraniens ordinaires, luttant contre l'inflation, la pauvreté, la pollution atmosphérique les villes iraniennes étaient considérées dans les années comme étant parmi les plus polluées au monde , ayant à payer des paiements d'extorsion à la police qui exigeait de l'argent même de ceux qui pratiquaient des emplois légaux comme la vente de fruits dans la rue et luttant les embouteillages quotidiens, le parrainage des conférences internationales par le Shah n'était qu'un gaspillage de temps et d'argent [ ].

Les conférences sur les pratiques pré-islamiques telles que le culte de Mithra alimentèrent les angoisses religieuses [ ]. La famille impériale Pahlavi employait une riche héraldique pour symboliser son règne et le lier à l'ancien patrimoine perse. L'image de la couronne impériale fut incluse dans chaque document et symbole officiel de l'État - des badges des forces armées au papier-monnaie et à la monnaie. Le drapeau national iranien fut placé dans le quadrant supérieur gauche de chaque norme.

Le pavillon impérial approprié était hissé à côté du drapeau national lorsque l'individu dudit pavillon était présent. Parce que la Maison Pahlavi était une maison du genre " nouveau-riche ", Reza Khan ayant commencé sa carrière comme soldat dans l'armée perse, avant de devenir général puis de prendre le pouvoir dans un coup d'état en et devenant Shah en , Mohammad Reza cherchait souvent à gagner l'estime des anciennes familles royales du monde, quitte à dépenser d'importantes sommes d'argent pour [ ].

Outre le roi de Jordanie, l'autre monarque régional ami de Mohammad Reza Chah était l'empereur Hailé Selassie d'Éthiopie , comme en témoigne le fait qu'il était l'invité d'honneur lors des célébrations de Persépolis en L' Éthiopie et l'Iran, avec la Turquie et Israël, étaient considérés comme une "alliance de la périphérie", laquelle contrebalançait le pouvoir arabe dans le Moyen-Orient étendu. L'objectif de l'accord était de renforcer les échanges commerciaux entre les pays partenaires afin de réduire leurs déficits chroniques des paiements avec l'Occident.

À long terme, une union monétaire fut demandé. En plus des déclarations d'intention de coopération accrue, le traité visait également à améliorer les systèmes de communication, l'expansion des routes, liaisons ferroviaires et aériennes des pays signataires. Plus précisément, les frais de lettres, des télégrammes et des appels téléphoniques entre les pays furent réduits et améliorèrent les échanges entre les états. Les experts commerciaux furent échangés entre les pays, fournirent une assistance technique aux grands projets industriels et mirent en service une stratégie navale commerciale commune.

L'Iran fournissait du pétrole à des prix préférentiels au Pakistan et en Turquie. Afin de renforcer les liens culturels entre les pays, les manuels furent révisés pour permettre la mis en place d'échanges universitaires entre les pays du RCD en et les programmes se mirent à promouvoir la formation dans la langue et la culture des trois pays alternativement. La cessation de cette aide financière bienvenue contribua à renforcer une dépendance des pays voisins de l' Union Soviétique.

Avec ces fonds Daoud aurait pu réduire la dépendance économique presque totale de l'Afghanistan vis-à-vis de l'Union soviétique. La mort de Daoud, lors du coup d'état, entraîna aussi la disparition de la République d'Afghanistan. En retour, l'Iran prit le contrôle total de la Grande Tumb , de la Petite Tumb et d' Abu Musa dans le détroit d'Ormuz , trois îles stratégiquement sensibles, revendiquées par les Émirats arabes unis.

Au cours de cette période, le Shah a maintenu des relations cordiales avec les États du Golfe Persique et établi de solides relations diplomatiques avec l'Arabie Saoudite. Mohammad Reza Chah voyait l'Iran comme le pouvoir dominant naturel dans la région du Golfe Persique , ne tolérant aucun défi pour l'hégémonie iranienne, assurant son maintien par un important surarmement du pays dès le début des années [ ].

Mohammad Reza soutint les royalistes yéménites contre les forces républicaines dans la guerre civile du Yémen et aida le sultan d'Oman à mater une rébellion à Dhofar En , Mohammad Reza déclara à un journaliste: Quant aux limites de sécurité de l'Iran - je ne déclarerai pas combien de kilomètres nous avons à l'esprit, mais quiconque connaît la géographie et la situation stratégique, et surtout avec les forces aériennes et maritimes potentielles, sait à quelle distance de Chah Bahar cette limite peut se situer " [ ].

Le shah cherche, dès la fin des années , à développer ses relations avec ses voisins frontaliers ou proches, tout en gagnant en indépendance vis-à-vis des deux blocs, surtout celui de l'ouest.

Le principal architecte de cette politique étrangère est son ministre des affaires étrangères puis ambassadeur à Washington , Ardeshir Zahedi , fils du général Fazlollah , gendre puis ami proche du chah. Diversement apprécié à la cour, il est craint par beaucoup du fait de sa grande proximité avec l'empereur [ A 51 ] , son antagonisme avec le premier Ministre Hoveida , et dans une moindre mesure, avec Alam , étant un secret de polichinelle.

Les relations avec l' Irak , après , furent longtemps difficiles en raison de l'instabilité politique dans ce dernier pays. Mohammad Reza se méfiait à la fois du gouvernement socialiste d' Abd al-Karim Qasim et du parti arabe nationaliste Baas. Mohammad Reza rappela que la frontière internationalement reconnue entre les deux pays se situait sur la rivière Chatt al-Arab , et que, dans un traité de , la frontière se situait sur la rive du côté iranien, ce qui confié à l'Irak la plupart du Chatt al-Arab [ ].

Le 19 avril , Mohammad Reza abrogea le traité iranien-irakien de sur le contrôle du Chatt al-Arab et, par cela, l'Iran cessa de payer des taxes en Irak lorsque ses navires utilisaient le Chatt al-Arab, ce qui coûta à l'Irak une source de revenus lucrative [ ]. Il justifia son mouvement en soutenant que presque toutes les frontières des rivières dans le monde traversaient le thalweg profonde marque de canal et en prétendant que parce que la plupart des navires qui utilisaient le Shatt al-Arab étaient iraniens, le traité de était injuste pour l'Iran [ ].

L'Irak menaça le mouvement iranien de répercussions armées, mais lorsque le 24 avril , un navire-citerne iranien escorté par des navires de guerre iraniens traversa le Chatt al-Arab sans rien payer, l'Irak, l'État militairement le plus faible ne fit rien [ ]. L'abrogation iranienne du traité de marqua le début d'une période de tension irakienne-iranienne aiguë qui devait durer jusqu'aux Accords d'Alger de [ ].

Le 6 mars , en effet, l'Iran et l'Irak signèrent les accords d'Alger, une contribution importante à la paix au Moyen-Orient par le règlement des différents frontaliers, qui accordait à l'Iran des droits de navigation égaux à ceux de l'Irak dans la rivière Chatt el-Arab alors que le talweg -le point le plus profond de la rivière- devint la nouvelle frontière, Mohammad Reza acceptant de cesser de soutenir les rebelles kurdes irakiens [ ] , ce qu'il faisait jusque-là pour torpiller le régime de Saddam Hussein.

Les relations de l'Iran avec Israël , reconnu de facto en , restèrent longtemps florissantes, surtout militairement [ ]: Un bureau iranien ouvrit à Tel-Aviv , et un israélien à Téhéran dès les années [ ] , avant que des ambassades officielles n'ouvrent dans les années [ ]. Cependant, le chah défendit également la liberté des palestiniens à posséder leur propre état, s'abritant derrière le plan de partage de l'ONU de Ardeshir Zahedi était du même avis, mais estimait aussi que la Palestine devait d'abord cesser d'être la vainque éternelle pour qu'une paix équilibrée soit établie [ A 52 ].

La veille du début de la guerre du Kippour , le président Anouar el-Sadate , qui allait faire attaquer Israël le lendemain, fit escale à Téhéran: Après la fin de la guerre, relative victoire arabe, les relations entre l'Iran et Israël, qui s'estimait trahi, se détériorèrent, en même temps que s'améliorèrent les relations entre l'Iran et l' Égypte [ A 52 ] , à la fin du règne du chah l'un de ses plus sûrs alliés.

Le "règne" de Gamal Abdel Nasser fut encore pire, de par le soutien du président égyptien à Khomeini. Après sa mort, en , les deux pays se rapprochèrent. Là aussi, Zahédi contribua beaucoup aux rapprochement des deux pays. Concernant Israël, le chah estima ensuite que les israéliens intriguaient parfois contre lui, évoquant devant le journaliste Mike Wallace en le "lobby juif" qui aurait la mainmise sur une grande partie des médias américains [ ].

Le chah d'Iran eut du reste un rôle important dans la mise en place des accords de Camp David, faisant office de médiateur car entretenant des relations officielles avec tous, permettant par exemple la rencontre secrète d' Yitzhak Rabin et Anouar el-Sadate à Téhéran en juin [ ].

Deux autres alliés de poids vont émerger pour l'Iran dans les années L'Iran a également indiqué qu'il envisageait de mettre en place un embargo sur les approvisionnements en pétrole en Inde pour la durée des combats [ ].

Après la suspension de l'aide militaire des États-Unis au Pakistan, l'Iran aurait acheté neuf bombes à réaction sabre de l' Allemagne de l'Ouest et les aurait envoyées au Pakistan [ ]. L'Iran joua de nouveau un rôle vital dans le conflit pakistanais de avec l'Inde, cette fois fournissant du matériel militaire ainsi qu'un soutien diplomatique contre l' Inde.

Le Premier ministre iranien, toujours Amir Abbas Hoveida , soulignant le fait que "le Pakistan a été soumis à la violence et à la force" [ ]. Les dirigeants iraniens ont souvent exprimé leur opposition au démembrement du Pakistan, craignant de nuire à la stabilité et à la sécurité intérieures du Pakistan mais aussi à l'Iran [ ] en encourageant les séparatistes kurdes à se lancer contre le gouvernement iranien [ ]. Dans le même ordre d'idées, l'Iran a tenté de justifier son approvisionnement en armes au Pakistan au motif que, dans son désespoir, le Pakistan pourrait tomber dans le tour chinois [ ].

D'autre part, l'Iran normalisa ses rapports avec l'Inde. La rupture du Pakistan en décembre convaincu l'Iran que des efforts extraordinaires étaient nécessaires pour protéger la stabilité et l'intégrité territoriale de ses frontières est. L'émergence du Bangladesh fit craindre à Téhéran des complications diplomatiques.

Lorsqu'une insurrection armée éclata dans la province du Baloutchistan au Pakistan en , l'Iran, craignant que l'insurrection puisse se répandre dans sa propre province du Balouchistan , offrait un soutien à grande échelle [ ]. Les Iraniens fournirent au Pakistan du matériel militaire y compris trente hélicoptères d'attaque Cobra Huey , du partage des informations et une aide de millions de dollars [ ].

En plus de l'aide militaire, pendant toutes ces années, le Chah d'Iran a offert une aide au développement considérable au Pakistan, y compris le pétrole et le gaz à des conditions préférentielles.

Un rapprochement initié dans les années , puis amorcé avec les visites des princesse Chams et Ashraf en , puis de la Chahbanou et du Premier Ministre en La première ambassade iranienne fut établie en décembre et Abbas Aram y fut nommé, devenant ainsi le premier diplomate iranien à servir en Chine [ ]. Dans les années , les deux pays devinrent des alliés dans l'idée de contrebalancer l' Union soviétique et les États-Unis pendant la guerre froide.

Après que l'URSS signa le traité d'amitié soviétique-indien , la relation devint un moyen de contrer l'influence croissante de l'URSS dans le golfe Persique [ ]. Le président de la République Populaire de Chine Hua Guofeng sera le dernier chef d'état à effectuer une visite officielle dans l' Empire d'Iran en octobre [ ].

La peur de manquer, les anticipations et le comportement moutonnier des acheteurs ne peuvent que faire monter les prix et donnent au Chah des coudées franches. Ce qui va asseoir son hégémonie va contribuer à sa chute cinq années plus tard.

La stratégie des enchères est payante pour le gouvernement de Mohammad Reza Pahlavi. Les interviews suivantes, accordées aux journalistes occidentaux, sont désormais plus axées sur la confrontation directe et la radiographie critique du régime impérial iranien, aux antipodes des bluettes et éloges diffusés par les médias quelques années plus tôt.

C'est dans ce même esprit, celui de la dénonciation et du ressentiment, que le magazine américain Time publie son numéro du 4 novembre La question commence donc à se poser: En parallèle, les crédits se font de plus en plus rares et le système bancaire international vacille, au bord du gouffre. La crise doit cesser et pour cela il faut impérativement stabiliser les prix du pétrole. Mais pour cela, il faut régler le problème à sa source.

Mais tout le monde ne partage pas ce point de vue à la Maison Blanche, notamment le très influent chef de la diplomatie Henry Kissinger qui soutient le Chah et défend que le développement engendre la stabilité tant économique que politique.

Les dépenses et les influx massifs de capitaux ont provoqué une augmentation rapide des prix. Mais la naphte, perçue par le souverain comme une bénédiction, la servate khoda-dadi richesse, don de Dieu , va se transformer en fléau à partir de Ce changement de donne prévisible avait été signalé, dès , par les experts. Aussi, le retournement de conjoncture est extrêmement brutal et pourtant toujours sous-estimé par le gouvernement Hoveida et la Cour impériale.

Mohammad Reza Pahlavi ne prend pas en considération les mises en garde de son ministre de la Cour et proche conseiller. De fait, en , le Chah voit se grands projets industriels se heurter à un problème de taille: Lors de cette rencontre le souverain iranien aurait déclaré: En six mois Mohammad Reza Pahlavi assiste à une situation incontrôlable: Corollaire de ces indicateurs économiques passés au rouge, les déracinés de la campagne envahissent les rues des grandes agglomérations, cherchant en vain un emploi.

La situation sociale, particulièrement dans les grandes villes, est alors décrite comme prérévolutionnaire mais Mohammad Reza Pahlavi ne semble pas accorder du crédit aux rapports alarmants tant il est obsédé par sa politique de grande marche en avant. Le mécontentement des religieux va engendrer les premiers troubles dans la ville sainte de Qom. Mohammad Reza Pahlavi ignore cet avertissement, croyant son régime invulnérable. À côté des problèmes pétroliers qui vont vite asphyxier l'économie, le régime souffre en cette fin de décennie de plusieurs autres problèmes: Ensuite, les abus des services secrets SAVAK , toujours dirigés par le général Nassiri , accusés notamment de torturer abusivement et inhumainement ses prisonniers, d'être absolument partout dans et hors de leur pays [ ].

L'agressivité de la police politique officieuse a surtout augmenté d'un cran depuis l' incident de Siahkal et le début des mouvements de guérillas [ ]. Les universités sont aussi des foyers de contestation, et les étudiants iranien à l'étranger sont généralement des ennemis déclarés du régime.

Les questions religieuses ne sont pas encore au centre des débats, mais les religieux ne sont pas en très bons termes avec le pouvoir, se sentant tenus à l'écart. Pour essayer de remédier à cette situation perceptible, le chah, lors du dixième anniversaire de la Révolution Blanche , charge des intellectuels de faire un véritable bilan de la situation du pays: Un rapport semblable, émanant de l'armée, connaîtra le même parcours [ A 54 ]. Le chah essaie aussi de contrecarrer l'influence de son premier ministre: Le chah peut également de moins en moins compter sur le soutien occidental cela en grande partie à cause de sa politique concernant le pétrole: Le chah le trouve bien moins grandiose que De Gaulle [ A 55 ] , et quand Khomeiny viendra s'installer en France, si le gouvernement français se défendit de tout soutien passif à l'ayatollah [ ] , il le laissa téléguider sa révolution à distance - après s'être assuré que le séjour de l'ayatollah en France ne dérangeait pas le régime iranien, ce qui semblait alors pas être le cas.

Quant à Jimmy Carter , démocrate , son attitude semble être celle d'un soutien malgré l'hostilité de l'administration américaine [ N 10 ]. Le voyage du couple impérial à Washington en novembre est ébranlé par des manifestations anti-shah lors de l'arrivée du souverain, qui feint de ne rien entendre. Des gaz lacrymogènes lancés par les manifestants aux prises avec les forces de l'ordre furent envoyés par le vent sur la tribune officielle, où les couples Carter et Pahlavi se retrouvèrent les larmes aux yeux [ 89 ].

Malgré tout, le chah et son épouse invitent Jimmy et Rosalynn Carter à passer le réveillon à Téhéran. Le 31 décembre , le président américain et la first lady arrivent en Iran. Lors d'un toast le soir même, Carter vante les mérites du chah " qui a fait de l'Iran un îlot de stabilité au milieu d'une région du monde si troublée " [ A 55 ]. L'entente cordiale semble être donc parfaite [ ] , et le chah apprécie le compliment. Plus tard dans la soirée, il apparaît en compagnie du roi Hussein de Jordanie , son invité et ami personnel [ A 55 ].

L'événement marquera les esprits et restera célèbre [ ]. C'est juste après que tous les mouvements ont commencé La politique du chah a donné lieu à une croissance économique très forte durant les années et Cependant, en , devant la brutalité des méthodes de la SAVAK, le faste ostentatoire des plus riches et de la famille impériale et une sclérose démocratique, Jimmy Carter demande au chah de libéraliser son pays.

Lui succède Jamshid Amouzegar. Mais mises à part quelques actions pour vaguement assainir la situation économique, le technocrate ex-ministre de l'Économie ne réussit pas vraiment à résoudre la crise qui couve.

Le groupe d'études créé en continue de rédiger des rapports - à l'impact cependant limité. Mais les actions du pouvoir sont trop molles, peu adaptées aux réels problèmes qui se posent. Khomeiny vit toujours à Najaf, en Irak, où il a été expulsé en Connu pour sa radicalité, il est assez marginalisé de par l'influence d' Abou al-Qassem al-Khoï , l'une des plus grandes autorités chiites de renom du monde entier [ ] , qui ne lui accorde pas beaucoup de crédit.

Ses partisans, trouvant suspect que Mostafa soit mort d'une crise cardiaque, accusèrent la SAVAK de l'avoir assassiné. Validé par le ministre de l'Information Dariush Homayoun du gouvernement d'Amouzegar qui n'est cependant au courant de rien , il est considéré comme l'étincelle qui mit le feu aux poudres de la Révolution islamique.

Quatre manifestants y perdent la vie [ ]. Le 10 mai, les manifestants sont poursuivis par les forces de l'ordre jusque dans la demeure de Shariat-Madari. Le 11 juin , le chah va profiter de la visite d'une université pour déclencher un incident public avec l'étouffante SAVAK. Comment la Savak se permet-elle de me dicter ma conduite?

Le 14 juin , Nassiri est remplacé par le général Nasser Moghaddam , militaire de bonne réputation qui va s'atteler à nettoyer la réputation de l'institution dont il vient de devenir directeur [ A 56 ].

Le nom d' Ali Amini est avancé pour remplacer le sympathique mais inopérant Jamshid Amouzegar, ce que refuse le chah, qui a toujours estimé que son ancien premier ministre était aux ordres des américains avant tout - même s'il pense aussi à changer de premier ministre [ A 57 ].

Le 5 août , Mohammad Reza Chah accède aux demandes des manifestants. Dans un discours prononcé à l'occasion de l'anniversaire de la Constitution, il annonce des réformes démocratiques et la tenue d'élections libres pour l'année prochaine:.

En , Mohammad Reza apprend de ses médecins français qu'il est atteint d'un cancer, lequel le tuera dans quatre à six années. Mais sa maladie ne franchit un stade critique qu'au début de la révolution. En mai , il annula soudainement un long voyage prévu en Hongrie et en Bulgarie [ ]. Mohammad Reza passa tout l'été en "vacances" à la mer Caspienne , où il était en fait traité pour son cancer par les deux médecins les plus compétents de France, le Dr Jean Bernard et le Dr Georges Flandrin [ ].

Pour tenter de stopper la maladie, le Dr Bernard et le Dr Flandrin prescrirent à Mohammad Reza de la prednisone , un médicament anticancéreux [ ]. L'isolement du Shah alimenta vite toute sorte de rumeurs [ ].

Les tentatives de dissimulation des médias, qui publièrent en juillet des photos de l'empereur et de l'impératrice marchant sur la plage sur la mer Caspienne, ne dissimulèrent pas les doutes de l'opinion concernant l'état de santé du roi [ ].

En juin , le gouvernement français appris par l'intermédiaire des médecins la maladie du chah et sa gravité de son cancer, et en informa le gouvernement américain, qui jusque-là n'avait aucune idée que le chah était malade depuis , en septembre [ ].

Dans le système autoritaire mis en place par Mohammad Reza Chah, il était le principal décideur et, comme l'a noté l'historien iranien-américain Abbas Milani , lorsque le Shah se retrouva au cours de l'été face à une crise qui, combinée à son cancer et aux effets des médicaments anticancéreux, rendit son humeur " Un jour, il était plein de verve et d'optimisme et le lendemain complètement catatonique ", ce qui paralysa en grande partie l'action du gouvernement [ ].

Les marches de protestation contre le gouvernement continuèrent et prirent une tournure violente. Ancien premier ministre , franc-maçon notoire, président du Sénat et de la Fondation Pahlavi , il est réputé assez corrompu. La vie politique essaie de se normaliser et semble se calmer avec la visite officielle du Premier ministre de la République populaire de Chine , Hua Guofeng , en Iran en août [ A 58 ].

Mais Bazargan décida rapidement de reconnaître Khomeiny comme chef suprême du mouvement d'opposition. En fait, Sharif Emami cherche à tout prix à ménager les opposants religieux: Concernant le massacre de la place Jaleh, les connaissances actuelles semblent confirmer les dires du gouvernement sur le nombre de victimes [ ]. Quelques jours après le massacre sont découvertes chez un des meneurs de la foule d'importantes sommes d'argent provenant de Najaf [ ].

En réalité, le pouvoir irakien ne veut pas d'un tel agitateur sur son terrain, tenant à conserver de bonnes relations avec le régime impérial, s'il venait à survivre à la révolution. Saddam Hussein aurait téléphoné au chah pour savoir s'il voulait qu'il fasse assassiner Khomeyni, ce que le chah refuse [ ].

Une nouvelle fois, je prête serment à la nation iranienne, et assure que les erreurs passées, l'injustice et la corruption, ne se reproduiront pas, et que les dommages causés par ces erreurs seront réparés.

Je protégerais la monarchie constitutionnelle qui est un don Divin, et je garantirais ce pourquoi vous avez fait des sacrifices. Je garantis que le gouvernement iranien sera basé sur la constitution et la justice sociale, loin de toute tyrannie, oppression et corruption. Nasr et Ghotbi, auteurs de ce texte, placent le chah en lucide acceptant de la révolution, pour tenter d'apaiser la situation sans effusion de sang.

Mais pour le chah, ils lui font reconnaître qu'il n'a pas respecté la constitution - ce qui est faux, et admettre qu'il a commis de nombreuses erreurs - ce qui l'énerve. Il en voudra beaucoup à Ghotbi et Nasr, et considéra que le discours était une ineptie pour plaire aux opposants, ou même un complot [ N 11 ] , [ 89 ] , [ ].

Néanmoins, le discours d'intronisation du Premier ministre Azhari, de même que l'arrivée des ministres militaires dans leurs ministères, sont accueillis avec beaucoup de succès.

Azhari, cherchant un dialogue avec l'opposition, sembla être l'homme de la situation. Au prix de quelques arrestations, les grèves et les manifestations cessent et la capitale retrouve son calme. Les opposants du gouvernement qui avaient été arrêtés furent libérés de prison, tandis que d'anciens ministres, fonctionnaires et officiers furent arrêtés. Le 1 er décembre Khomeiny attaqua directement le gouvernement militaire.

Après une crise cardiaque dont est victime le général Azhari, le chah cherche de nouveau un chef de gouvernement. Finalement, le 28 décembre , le chah fait appel à un autre opposant libéral, Chapour Baktiar , pour tenter de sauver le régime impérial.

Le 31 décembre, le général-premier ministre démissionne et Bakhtiar forme le nouveau gouvernement. La chahbanou semble avoir eu un rôle dans cette nomination [ A 59 ]. Le Front National annonça qu'il ne soutiendrait un gouvernement que sous la direction de Khomeiny - une décision qu'il regretta amèrement plus tard.

Selon l'ancien chef du protocole du shah, le 4 janvier , en raison des menaces que l'URSS faisait peser sur l'Afghanistan, et par souci de sécuriser le territoire alentour, Jimmy Carter aurait indiqué préférer Rouhollah Khomeini au shah [ ]. La conférence dériva ensuite vers d'autres sujets de discussions.

Sans le soutien des États-Unis, le régime était perdu. Il avait espéré que les États-Unis continueraient à le soutenir. Mais dans une semaine, le vent avait tourné The Liberal Left and World Chaos: Enfin, selon les partisans du chah, Carter l'aurait envoyé en Iran pour assurer l'installation du pouvoir de Khomeyni en neutralisant l'armée, vraie force encore susceptible de faire quelque chose.

Quoi qu'il en soit, Huyser rend visite au chah avec l'ambassadeur américain une seule fois et ne rencontrera même pas Bakhtiar, restant en Iran jusqu'en février , ne quittant le pays que peu de temps avant le triomphe final de Khomeini [ ]. Le nouveau Premier ministre Bakhtiar, pour pouvoir rétablir la situation, demande au chah de quitter l'Iran pour une durée indéterminée. En réalité, fatigué et malade, le chah lui-même voulait absolument quitter le pays, alors que depuis plusieurs mois, la rumeur de son départ s'était répandue.

Également, il y a bien longtemps que de nombreux proches du couple impérial, le reste de la famille royale et toute la cour ont déjà quitté le pays.

La chahbanou semble avoir cherché une dernière fois à rester, ce que le chah ne voulut pas [ ]. Si Zahedi est certain que les américains, profitant de l'escale égyptienne, se décommanderont, tout le monde ne pense pas que ce soit sans espoir [ 89 ]. Par mesure de sécurité, l'armée boucle tous les accès au quartier nord, la banlieue cossue où se situe la résidence des souverains.

Le chah et l'impératrice Farah quittent en hélicoptère le palais de Niavaran pour l' aéroport de Mehrabad. Le 16 janvier , l'avion transportant le couple impérial et quelques collaborateurs décolle: Le 1 er février , l'ayatollah Khomeiny reviendra d'exil en Iran. Le 11 février , l'armée se déclara neutre. Le soir et jusqu'au matin, les forces de Khomeyni s'emparèrent des points clés de la capitale.

Le matin du 12 février , c'est fini. L'empire d'Iran cesse d'exister et Bakhtiar s'enfuit [ ]. Il rejoint la chahbanou en fin de matinée.

Après avoir échangé quelques mots avec son Premier ministre, le chah salue les personnes présentes et monte dans un Boeing bleu et blanc. De son côté, la population iranienne est partagée entre liesse, désolation et incertitude. Accueillis dans un premier temps par le président Sadate , devenu au fil des années un allié et un ami fidèle, le chah et l'impératrice Farah séjournent à Assouan durant une semaine.

Imsges: rencontre obama mohammed vi

rencontre obama mohammed vi

Une description apocryphe de la fondation du wahhabisme largement diffusée, mais discréditée par Bernard Haykel et George Packer [ ] , [ ] , connue sous le nom de Mémoires de M. Que sont devenues ces belles promesses, ces allégations prétentieuses selon lesquelles le peuple serait prospère et heureux?

rencontre obama mohammed vi

All these practices are a great evil and trifle with this type of knowledge, which is part of prophethood.

rencontre obama mohammed vi

En marge de tous ces événements, la Cour est préoccupée par autre chose: Both rencontre obama mohammed vi regarded as giants in conservative Salafi Islam rencontre obama mohammed vi are still revered by its adherents. À Lyon, le prix de l'eau est "deux fois trop cher". En novembre, il est de nouveau arrêté. Même si, selon certaines traditions, le rencontre fille bosniaque doit répudier la reine après sept ans de mariage stérile. The Saudi emirate and the Wahahbi mission had been crushed once and for all. Le pouvoir, et surtout Alamsouhaite réagir, et on fait arrêter Khomeini à Qôm, qui se présente rapidement à la police.