Sa mère est venue nous rejoindre pendant que je lui bouffais la chatte

Harcèlement : que dit la loi ?

rencontre que nous avons eue

On nous rétorquera alors que seuls les ingénieurs peuvent mener la recherche et le développement, nécessaires aux améliorations et à la transition énergétique. La servante qui soignait le malade ouvrit bientôt ; et je vis la soutane noire disparaître dans cette forteresse de la libre pensée. Mais la parole ne nous est jamais donnée pour expliquer sereinement notre position. Chloe Hayling, droguée et enlevée: Désolé, dit-il, mais il ne comprend rien, i l rame. Nous vous conseillons de prendre éventuellement contact avec nos homologues en France:

Collectif de communistes de Lille

Et puis comme je suis fonctionnaire Et qu'sur mon badge on lit Jakin Dans les couloirs des Ministères On m'fait gli gli dans l'creux d'la main Sûr que si j'étais moins d'équerre En plus de piquer les oboles Des apprentis j'garderais le salaire Et je deviendrais roi du pétrole. Sa mère veut respecter les volontés de sa fille et permet qu'elle postule de nouveau. De là, il embarque et finit son trajet par bateau jusqu'à Tyr , Césarée et Jérusalem où il est arrêté. Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler étant les deux principes majeurs et rigoureux de ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir. Notre tronc de la veuve, à laquelle l'octroyer?

La source du combat et de la haine de la sensualité n'est autre que l'amour de Dieu, qui très vite s'avère plus facile. Ce traité se veut une démonstration de la place centrale du Christ dans le rôle de médiateur entre l'homme et Dieu [ B 36 ]. Au cours d'une image qu'elle développe, Catherine décrit l'importance du Christ comme un pont qui permet de traverser un fleuve où tout le monde se noie. Ce fleuve empêche d'accéder à l'autre rive, celle qui est décrite alors comme le paradis, le lieu de l'union à Dieu [ D 4 ].

Le pont qui permet de traverser ce fleuve est le Christ, avec trois marches. Ces trois marches représentent les trois étapes de la vie chrétienne, mais aussi les principales plaies du Christ en croix: La dernière marche est la bouche du Christ, symbole de l'union à Dieu et de la paix intérieure [ D 5 ].

Le pont n'est accessible qu'à travers la connaissance de soi, la pratique des vertus, mais aussi la miséricorde de Dieu [ D 6 ]. La pratique de la connaissance de soi et des vertus est le seul moyen de passer le pont. Ceux qui ne suivent pas cette voie sont alors emportés par les flots des divers désirs désordonnés comme l'avarice, la concupiscence charnelle, l'orgueil, l'injustice et le mensonge qui conduisent à l'enfer [ D 6 ].

Le libre arbitre a une place primordiale dans cette doctrine du pont. En effet, pour Catherine, l'homme étant libre et à l'image de Dieu, c'est par sa volonté et le désir de Dieu que l'homme peut le choisir ou non en succombant aux tentations: Je leur ai donné une volonté intrépide, en trempant dans le sang de mon Fils.

Cette volonté, ni démon, ni aucune puissance créée ne peut l'ébranler. Elle est à vous, uniquement à vous, c'est Moi qui vous l'ai donnée avec le libre arbitre. C'est donc à vous qu'il appartient d'en disposer, par votre libre arbitre, et de la retenir ou de lui lâcher la bride suivant ce qu'il vous plait. La volonté voilà l'arme que vous livrez vous même aux mains du démon: Mais si l'homme ne livre pas au démon ce glaive de la volonté, je veux dire s'il ne consent pas aux tentations, à ses provocations, jamais aucune tentation ne pourra le blesser et le rendre coupable de péché: Elle conduit à développer la vertu mais aussi la vie d'oraison [ D 8 ].

Le problème de la providence en théologie, pose celui de la liberté de l'homme, dans la mesure où Dieu aurait par la providence une action sur l'homme. La théologie cherche alors à concevoir dans quelle mesure l'homme peut être libre, et Dieu intervenir dans la vie. La réponse à cette question conduit à développer toute une vision de la providence , au point que Le Dialogue est considéré comme un traité sur la Providence [ A 18 ].

Néanmoins, la finalité de l'homme est décrite comme l'union à Dieu. Dieu cherche donc à faire miséricorde à l'homme. Outre le désir de l'eucharistie qui est décrite comme l'un des moyens de rapprocher l'homme de Dieu, Catherine affirme que Dieu donne aux pécheurs progressivement les conditions appropriées de la connaissance de leurs erreurs par des moyens pratiques et théoriques [ D 10 ].

Dieu agit avec la providence par le moyen de la charité qui unit les hommes les uns aux autres du fait de l'interdépendance de l'homme: Le deuxième moyen est celui de la conscience de l'homme, qui a progressivement du dégoût et des remords pour les actions liées à l'amour propre [ D 10 ].

Toujours selon Catherine, ces remords de conscience ont pour objectif de se connaître soi-même et donc de découvrir Dieu, donnant l'envie de commencer un chemin de vertu. En découvrant Dieu en lui, cela conduit à développer le désir de s'unir avec Dieu, contribuant à approfondir la vie spirituelle [ D 11 ].

Le don des larmes, ou doctrine des larmes, est un enseignement développé dans le livre du Dialogue de Catherine de Sienne aux chapitres 88 à C'est-à-dire la valeur spirituelle des larmes et leurs fruits respectifs [ B 37 ].

L'importance que Catherine de Sienne donne aux larmes dépasse la perspective théologique classique dans la mesure où le corps devient un instrument de communication privilégié avec Dieu [ D 12 ]. Catherine de Sienne développe dans Le Dialogue cinq sources de larmes, qui n'ont pas la même valeur spirituelle [ D 13 ]. Les premières sont celles qui découlent de l'amour sensuel, de l'attachement aux choses matérielles et aux plaisirs.

Elles n'ont pour Catherine pas de valeur spirituelle car elles proviennent de l'amour propre. Le deuxième type de larmes est celles qui sont le fruit de la peur du péché et de l'enfer. Même si elles sont décrites comme imparfaites, car très peu liées à l'amour, elles ont néanmoins une valeur spirituelle [ B 37 ]. Le quatrième type de larmes, sont celles qui proviennent de la charité pour le prochain, ceux qui pleurent, en aimant Dieu sans égard pour eux, elles ont une grande valeur spirituelle, puisqu'elles n'ont pour source que l'amour et la compassion du prochain [ B 37 ].

Ces pleurs sont le fruit de l'union à Dieu, dans la mesure où l'union entre l'âme et Dieu est telle qu'elle conduit à ne plus pouvoir se communiquer par les mots. Les larmes deviennent l'ultime langage, elle fait alors parler Dieu pour décrire la valeur du sentiment dont provient ces larmes: Quelle langue pourrait décrire l'excellence de cet ultime état unitif.

Catherine de Sienne, bien qu'elle ne soit pas contemporaine du fondateur de l' ordre des Prêcheurs , est néanmoins l'une des principales figures dominicaines [ D 15 ]. Elle est devenue la figure féminine de l'ordre dominicain, comme Claire d'Assise l'est pour les franciscains [ D 15 ]. Elle est d'autant plus importante qu'elle est, avec Albert le Grand et Thomas d'Aquin , l'une des trois personnalités dominicaines à avoir été déclarée docteur de l'Église du fait de l'importance de ses écrits spirituels et théologiques.

Catherine de Sienne et Raymond de Capoue jouent un rôle important dans le processus de rénovation de l'ordre des prêcheurs. Elle prend souvent pour modèle saint Dominique , et dans son ouvrage majeur, Le Dialogue , elle cite à plusieurs reprises le charisme originel donné par Dominique, mettant en garde contre ceux qui désobéissent à la règle qu'il donna [ 29 ] , [ D 16 ] , [ C 40 ].

Cette volonté de retourner aux sources de l' Ordre des Prêcheurs , faite avec Raymond de Capoue, qui devient maître général de l'ordre des prêcheurs, conduit à en faire une figure importante au sein des dominicains.

De plus la spiritualité et la vie de Catherine de Sienne correspondent sous de nombreux aspects à la spiritualité de saint Dominique: Le procès en canonisation de Catherine de Sienne commence dès , mais est suspendu du fait du Grand Schisme d'Occident et ne reprend qu'après le Concile de Constance et l'élection du pape Martin V [ A 31 ] , [ E 28 ]. Sa fête se célèbre initialement le jour de sa mort, le 29 avril.

Par ailleurs, il reconnaît à Catherine de Sienne la véracité des stigmates [ A 31 ]. La ville de Rome rend d'importants hommages à Catherine de Sienne par la restauration de l'église où elle est vénérée en présence du pape Pie IX en L'existence des stigmates de Catherine de Sienne est reconnue par l' Église catholique.

Au cours de l'histoire, seulement deux personnes ont bénéficié de la reconnaissance officielle des stigmates: François d'Assise et Catherine de Sienne [ 30 ]. Le pape Sixte IV , pape anciennement franciscain, interdit par une série de bulles entre et , de représenter la stigmatisation de Catherine sur les murs des églises, et d'en parler aux fidèles [ D 17 ] , [ D 18 ].

Ce n'est qu'en que le pape Urbain VIII reconnaît l'existence des stigmates, tout en précisant qu'ils n'étaient pas sanglants mais des stigmates lumineux, cela étant dû à la description que Catherine donne à Raymond de Capoue de sa stigmatisation: Catherine de Sienne ayant, d'après Raymond de Capoue , prié pour que les stigmates ne se voient pas [ D 17 ].

Cette reconnaissance tardive des stigmates est peut-être due aussi à la place des femmes dans la société [ D 17 ]. Les hommes ayant le contrôle intellectuel et spirituel de l'Église, ils admettent moins facilement la reconnaissance des révélations privées et le rôle public des femmes dans l'Église, même si Raymond de Capoue , supérieur de l'ordre des prêcheurs, reconnaît et valorise cette intervention publique [ D 19 ].

De plus, des critiques sur le rôle de Catherine de Sienne sont émises, lui attribuant du fait de ses mauvais conseils la responsabilité du Grand Schisme d'Occident par son manque de connaissance politique. La place de Catherine de Sienne et de ses écrits est au début critiquée, ce qui ne facilite pas la reconnaissance de sa stigmatisation [ D 19 ].

Les dévotions autour de Catherine de Sienne se développent rapidement. Très vite, elle reçoit les honneurs réservés aux serviteurs de Dieu.

Trois ans après sa mort, le 3 octobre , son cercueil est transporté du cimetière du couvent à la basilique Santa Maria sopra Minerva de Rome par Raymond Delle Vigne [ A 33 ]. C'est en que l'archevêque de Florence, Antonino Pierozzi , décide de donner un tombeau à Catherine de Sienne. Il fait faire, par le sculpteur Isaia da Pisa , une châsse qui est le reliquaire actuel de Catherine de Sienne [ A 31 ]. Raymond delle Vigne décide de séparer la tête du reste du corps et l'envoie à Sienne [ A 33 ].

Sa tête est translatée lors d'une cérémonie le 5 mai à l'église Saint-Dominique de Sienne, avec une grande fête, en présence de plus de filles vêtues de blanc, ainsi que des dominicains, sa mère Lapa et de nombreuses personnes. Dans le même temps, un doigt de Catherine de Sienne est donné à Stefano Maconi, chartreux, relique qui est aujourd'hui exposée dans la basilique Santa Maria sopra Minerva [ A 34 ]. Un reliquaire avec une phalange du pouce de la sainte figure également dans la vitrine des reliquaires de la basilique San Domenico de Sienne, près de sa chapelle [ 31 ].

Une autre relique, celle de son pied gauche, est exposée dans la Basilique de San Zanipolo de Venise [ 32 ]. Des églises portent le nom de Catherine de Sienne. Reliquaire du pied de la sainte à San Zanipolo Venise. Châsse-reliquaire de Catherine de Sienne, attribué à Isaia da Pisa fait entre et , maître-autel de la basilique de la Minerve à Rome. Les principales sources biographiques de Catherine de Sienne sont assez précoces après sa mort. Bien que ces sources soient en grandes parties hagiographiques , dans la mesure où elles insistent principalement sur les évènements extraordinaires de sa vie en cherchant à les crédibiliser, elles ne sont cependant pas reniées comme sources historiques [ C 42 ].

Ces sources n'offrent pas une description historique rigoureuse selon les critères modernes de l'histoire, mais elles permettent quand même une analyse historique, dans la mesure où de nombreux évènements de la vie de Catherine sont vérifiables à travers d'autres sources [ C 42 ]. Il s'appuie sur sa connaissance de Catherine de Sienne mais aussi sur les confidences qu'il a pu recevoir des proches amis de Catherine de Sienne tels Tommaso della Fonte son confesseur, sa mère Lapa, ou des proches de sa famille [ A 36 ] , [ C 43 ].

Les autres sources importantes de la biographie de Catherine de Sienne sont les nombreuses lettres qu'elle écrit. Ces lettres permettent de connaître ses différentes correspondants et le contenu de sa correspondance. Bien que recopiées à diverses reprises, elles sont cependant considérées par les recherches historiographiques de l'historien R.

Les écrits spirituels de Catherine de Sienne, les Oraisons , et le Dialogue , écrit ou recueillis par ses secrétaires ou ses proches sont les principales sources de sa pensée, permettant de connaître son évolution et sa pensée doctrinale [ C 44 ]. Catherine de Sienne est rapidement devenue un sujet des peintres pendant la Renaissance [ A 39 ]. Cette représentation sur un mur de l'église Saint-Dominique à Sienne a été déplacée dans la Chapelle des voûtes, en , où elle est encore présente [ A 39 ].

Les peintres représentent aussi Catherine tenant un lys dans ses mains, symbole de sa virginité, ou des écrits [ A 40 ]. Les peintres la représentent à côté de la Vierge, ou d'autres saints, notamment les représentations de Notre Dame du Rosaire qui la représentent avec saint Dominique [ A 39 ].

Le pape Pie IX la fait représenter dans la mosaïque de sa tombe, d'après un dessin de Lodovico Seitz, comme protectrice de la papauté, en train de tenir la tiare et la rapporter à Rome [ A 41 ]. Représentation de Notre Dame du Rosaire donnant un chapelet à saint Dominique en présence de Catherine de Sienne, représentation du sculpteur Franz Tavella.

Catherine de Sienne est entrée dans la postérité du fait de l'importance qu'ont prise ses écrits. Catherine de Sienne, ne sachant pas écrire, dictait ses écrits. On note cependant trois grands types d'écrits de Catherine de Sienne: La première édition des oraisons a été publiée en , dans une édition des lettres de Catherine de Sienne dans laquelle les Oraisons ont été publiées en appendice.

En , elles furent réimprimées, puis réimprimées de façon régulière à partir de [ C 45 ]. Ces Oraisons ont été écrites entre et , sans doute par des disciples de Catherine de Sienne: Le Dialogue , dicté par Catherine de Sienne à ses secrétaires, connaît une renommée grandissante à partir de la canonisation de Catherine de Sienne. La première édition de son ouvrage a lieu à Bologne en , alors que l'imprimerie n'est présente en Italie que depuis 5 ans [ D 18 ]. Les rééditions à Venise sont particulièrement nombreuses: Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pour les articles homonymes, voir Sainte Catherine. Guerre des Huit Saints. Dévotion au Précieux Sang. Sur les autres projets Wikimedia: Caffarini donne pour sa naissance la date du 25 mars , jour de l'Annonciation, date marquant le début de l'année dans le calendrier de Sienne de l'époque. Une étude critique de R. Fawtier de , ramène de dix à quinze ans en arrière la date de sa naissance. Cependant la date du 25 mars , celle de la tradition reste la plus communément admise.

Des représentations picturales représentent Catherine chassant des démons. Louis Réau , Iconographie de l'art chrétien , Presses universitaires de France, , p. Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu. Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata Article de Wikipédia avec notice d'autorité Portail: Espaces de noms Article Discussion.

Navigation Accueil Portails thématiques Article au hasard Contact. La dernière modification de cette page a été faite le 2 janvier à En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence. Je sens ses lèvres aspirer mon petit bouton.

Je vais te prendre en levrette, tu veux? Je la sens exciter mon petit bouton, pénétrer ma chatte. Je ne me souvenais plus que Guy ait un tel calibre. Ce salaud me ceinture, fait rouler le bout de mes seins entre ses doigts.

Lentement, il se retire, taquine mon petit trou. Je sens le gland contre mon petit trou, qui sous la pression, se dilate. Mais il me donne tellement de plaisir. Et ça le fait, finalement, je prends énormément de plaisir, même si je ressens un peu douloureux. Je suis en train de me le faire mettre grave. Guy est un phénomène au lit. Vers quatre heures du matin, nous décidons de prendre une douche. Là encore, il me demande de lui tailler une pipe.

Il attendait que je le supplie de me baiser dans toutes les positions. Il voulait être le maitre pour mieux nous humilier, Eric et moi. Il avait même programmé une partie à trois avec sa femme. Après un mois de relations intenses, nous avons mis un terme à nos rencontres.

Eric est revenu du Brésil, et Guy a été muté dans une autre région. Maître, dit un baveux, c'est trop de bonne foi ; Vos scrupules font voir trop de délicatesse ; Eh bien, dans le sens du poil, faire moult caresses Est-ce un délit? Vous les fîtes Grand Maître En les flattant, enfin paraître. Et quant au Véné l'on peut dire Que l'aveuglait la fatuité, Étant de ces gens là qui sur les initiés Se font un chimérique empire. Ainsi dit le baveux, et faux-culs d'applaudir.

On n'osa trop approfondir Des Élus, des Illustres, ni des autres puissances, Les moins pardonnables déviances. Les plus encordonnés boursouflés de dédain Au dire de chacun, étaient de petits saints. Un frère vint à son tour et dit: J'en avais certes le droit, mais quelle prétention! A ces mots on cria haro sur ce bouffon. Un Orateur en verve prouva par sa harangue Qu'il fallait dégrader ce débris de métal, L'impudent, l'effronté d'où venait tout le mal.

Sa remontrance fut jugée un cas pendable. Semoncer un vieux sage! Dépouillé, fut le misérable De son humble maillet, aussi de son sautoir. Selon que vous serez capé ou dégradable, Le pavé paraîtra ou tout blanc ou tout noir. Paroles de Yves Lal. Les Loges de la Folie. Un Très Illustre Frère tout couvert de bijoux, Sous le faix des honneurs aussi bien que des ans Gémissant et courbé allait en se mirant, Et tâchait d'accrocher un sourire à ses joues.

Enfin, n'en pouvant plus d'effort et de grimace, Il met bas ses métaux, il s'observe la face. Quel plaisir a-t-il eu depuis qu'il est en loge? En est-il un plus triste pendant le tour d'horloge? A l'Orient tant de fois, mais jamais de maillet. Les saluts, les hochets, les Convents, les Congrès Les bougies, les voûtes d'acier Lui font d'un Dignitaire le portrait tout craché.

Il appelle un Bouffon, il arrive enjoué, Lui demande ce qu'il faut faire C'est dit-il afin de m'aider A briser ce miroir ; il pourrit ma carrière. Un bon rire vient tout guérir Mais ne bougeons d'où nous sommes Plutôt paraître et mentir Semble la devise des hommes. On a l'âme sereine Et les bras ballants, tournés vers l'Orient Nos regards se promènent ça nous fait passer l'temps.

On cache notre concupiscence On fait pas voir qu'on est pressé De mieux faire leur connaissance Et par trois fois d'les embrasser. Mais comme on s'fait traiter d' " phallo " Alors on reste comme deux ballots.

Aux agapes on s'empresse à table Pour lui servir double ration. Dans l'atelier, moi et Boaz, Comme nous y'a pas plus méritant. Comme on a lu tout Anderson On a même eu d'la promotion. Et plus tard trent' troisième, On s'dira souvent: Au Grand-Orient, tu t'en souviens Boaz? Texte collectif sous la direction de Dominique. Devant nous Salomon, comparaissent ce jour Madame Isis, veuve Osiris l'astre du jour. Elle vient de Memphis faire sa plaidoirie.

Veuve de Tyr, de la tribu des Nephtali, Madame Hiram mère prétend nous réclamer La somme qu'à son fils nous n'aurions pas payée. La troisième dame enfin est Reine de Saba Et se dit veuve aussi sous le prétexte bas Qu'elle partagea la couche du regretté Hiram. Vous avez la parole ; je vous écoute, Mesdames.

Vous que l'on nomme ici les Fils de la Lumière, De votre mère Isis vous pouvez être fiers. Fidèle au souvenir de mon défunt époux Que son frère découpa en de tout petits bouts, Je travaille sans relâche à ce puzzle complexe.

J'en ai tous les morceaux: Rechercher des morceaux et sur l'eau et sur terre N'est pas un tri marrant mais bien une galère. D'autant que pauvre veuve ayant à charge Horus, J'ai perdu mon argent avec de l'emprunt russe! Il me manque un morceau de ce pauvre Osiris Pour qu'il repose entier sur la terre de Memphis. Donnez moi les moyens de continuer ma quête: Envoyez moi l'argent de tout's les loges qui quêtent. Pour rendre à Osiris tout' sa virilité S'il faut payer, madame, une rente à l'année De 4 Millions d'Euros, c'est un bien lourd tribut Que ne justifient pas les plus beaux attributs.

Chassez donc hors du Temple cette dame de Memphis. Cet argent est à moi, car Hiram, c'est mon fils! C'est moi qui l'ai conçu au cours d'un trie à Tyr. Et mon si bel enfant, il a voulu partir, Il a quitté sa mère, la laissant éplorée Pour s'en aller construire des demeures sacrées. Des Maîtres bâtisseurs j'ai conçu le premier, Et tous les Francs Maçons me doivent un denier.

Nourrissant de mon lait cet enfant tant chéri, Mon sein je l'ai donné à la Maçonnerie. Cachez ce sein, madame, de l'innocent regard Des Frères que réunissent l'Amitié et les Arts. La mixité ici n'y est qu'occasionnelle Et la soudaine vue d'une paire de mamelles, Fut elle nourricière de leur bon Maître Hiram Serait à l'origine d'un satané ramdam. Mais faites donc la taire, cette folle hystérique.

Car c'est pour moi Balkis que Hiram à la trique Mena ses ouvriers pour construire l'ouvrage Qui devait à jamais traverser tous les âges. Il l'a bâti pour moi, il l'a fait par amour Et devant tous ici je le dis sans détour Si vous vous réclamez porteur de sa mémoire, A celle qu'il a aimé, offrez donc dès ce soir Le fruit de vos efforts.

Toutes les grandes reines: Voilà bien un discours de grande courtisane! D'abord elle se couche, ensuite elle pavane. Il est temps maintenant, Salomon, de juger. Notre tronc de la veuve, à laquelle l'octroyer? Tu es très belle Iris, et tu es jeune encor. Nul besoin de parure, diamant, argent ou or. Au concours de beauté de la ville de Memphis, Tu seras Miss Raïm ; et tu auras des fils Qui dans les temps futurs toujours t'honoreront.

Pour ton seul souvenir, ils se réuniront. Ne t'arrêtes pas ainsi ; continue ton voyage. De l'argent pas besoin: Voyager sans argent, il croit que c'est facile Toujours faire la manche, et tendre la sébile.

Avec pour seul viatique mon très vieux passeport, Je serai la madone de vos aéroports. Et toi Balkis, saches que la noblesse N'est pas uniquement une histoire de fesses. Tu évoques le travail de tous les ouvriers Crois tu que d'un salaire ils soient tous assurés?

Tu seras reine, Balkis, la reine du reggae. Le monde entier dans'ra sur l'air de Bob Marley. Être de la jeunesse toujours l'inspiratrice, Vaut mieux que de toucher une part des bénéfices. Et dire que pour me prendre le peu de la vertu Qu'il me restait encore', à mes pieds je l'ai eu Déjà ne pas avoir ma part de la caillasse, Mais penser que le tout est pour cette radasse.

Te voilà donc debout, ô mère courageuse. Mater Dolorosa, vouée au rôl' de pleureuses. Ô combien de Pieta devant les ossuaires, Femmes du Kosovo, folles de Buenos Aires Comme toi simplement veulent reconnaissance. L'argent ne remplaça pas une éternelle absence. Sache que ton fils est mort sans livrer son secret. Garde le souvenir, sans demander de prêt. Tu me parles de haut, car tu portes une paire De gants qui te sépare d'un monde trop vulgaire. Je n'aurai rien, mais moi, je peux te l'affirmer Ton Temple, ta bâtisse, va bientôt s'écrouler.

Salomon a coutume de trancher dans le vif. Les voilà toutes trois payées au même tarif, Et pour dire le vrai toutes trois éconduites. Que va-t-il faire du Tronc: Décidons maintenant que faire de ce pactole Sans cesse alimenté, c'est vrai, par vos oboles. Surtout que tout se sache, se fasse dans la clarté. Ici pas d'argent sale au mont de piété. Créons donc un principe, une veuve symbolique, Ensuite qu'ils se débrouillent: Et l'argent continue, chaque tenue de tomber.

Quel casse tête chinois que d'être trésorier. Cinq mille ans que ça dure, que se posent les questions A quoi est employé, à quoi sert ce pognon? Cependant vous mettrez votre main à la poche La solidarité se donne sans reproches.

L'oeil de la veuve est là, au fond du Tronc tapi. Il surveille, il attend, et nous, nous avons dit. J'me voyais déjà Présidente de l'Ordre Sous voûte d'acier et maillet battant j'étais accueillie J'me voyais déjà à donner des ordres A des Vénérables qui n'étaient pour moi que des apprentis J'étais la plus grande des Sérénissimes Même les 33 ème du Suprême Conseil m'accueillaient debout J'étais tout en haut de la pyramide Nul ne portait mieux que moi ce sautoir pendu à mon cou.

Ma pierre s'est fêlée bien sur sous de maints taillages Mais le geste est là, mes coups sont précis et j'ai du ressort Mes sens ont faibli un peu en prenant de l'âge Mais sur le métier, j'connais les outils et je planche encore. Rien que sous mes pieds, de tenir l'équerre Et voir devant moi des frères éblouis j'ai le coeur battant Je perçois toujours un maigre salaire Mais au fond de moi je suis sur pourtant d'être méritant. Ce cordon bleu, y'a trente ans que j'le porte Et mes gants blancs sont bouffés aux 10 doigts.

Pour être élue j'ai écouté aux portes J'ai intrigué, j'ai dit n'importe quoi. Je n'ai connu que des plateaux faciles Des loges bleues qui étaient sans éclat J'ai tenté d'essaimer pour porter un cordon J'ai spéculé sur mon initiation.

J'me voyais déjà paraître à la Une Des plus grands hebdos et dans Paris-Match en photo couleur J'me voyais déjà signer de ma plume Des déclarations reprises au journal télé de 20 heures. Je représentais si bien l'Obédience Que la République braquait sur mon nom tous ses projecteurs.

Je parlais si fort avec éloquence Que j'épouvantais les vols de corbeaux et les imposteurs. Je n'aurais jamais eu droit au Chapitre D'autres ont réussi avec peu de foi et beaucoup de bruit J'étais trop secrète, muette comme une huître Mais un jour viendra je leur montrerai Maupassant avait été pressenti par l'écrivain Catulle Mendès pour devenir franc-maçon en L'auteur de Bel ami refusa car il méprisait les idéaux quels qu'ils fussent. Il n'est donc pas étonnant de voir la franc-maçonnerie mise à mal par Maupassant dans la nouvelle " Mon oncle Sosthène ".

Mon oncle Sosthène était un libre-penseur comme il en existe beaucoup, un libre-penseur par bêtise. On est souvent religieux de la même façon. La vue d'un prêtre le jetait en des fureurs inconcevables ; il lui montrait le poing, lui faisait des cornes, et touchait du fer derrière son dos, ce qui indique déjà une croyance, la croyance du mauvais oeil. Or, quand il s'agit de croyances irraisonnées, il faut les avoir toutes ou n'en avoir pas du tout. Moi qui suis aussi libre-penseur, c'est-à-dire un révolté contre tous les dogmes que fit inventer la peur de la mort, je n'ai pas de colère contre tous les temples, qu'ils soient catholiques, apostoliques, romains, protestants, russes, grecs, bouddhistes, juifs, musulmans.

Et puis, moi, j'ai une façon de les considérer et de les expliquer. Un temple, c'est un hommage à l'inconnu. Plus la pensée s'élargit, plus l'inconnu diminue, plus les temples s'écroulent. Mais, au lieu d'y mettre des encensoirs, j'y placerais des télescopes et des microscopes et des machines électriques.

Mon oncle et moi nous différions sur presque tous les points. Il était patriote, moi je ne le suis pas, parce que le patriotisme, c'est encore une religion. C'est l'oeuf des guerres. Mon oncle était franc-maçon. Moi, je déclare les francs-maçons plus bêtes que les vieilles dévotes. C'est mon opinion et je la soutiens. Tant qu'à avoir une religion, l'ancienne me suffirait. Ces nigauds-là ne font qu'imiter les curés. Ils ont pour symbole un triangle au lieu d'une croix.

Ils ont des églises qu'ils appellent des Loges avec un tas de cultes divers: Puis, qu'est-ce qu'ils veulent? Se secourir mutuellement en se chatouillant le fond de la main. Je n'y vois pas de mal. Ils ont mis en pratique le précepte chrétien: Mais, est-ce la peine de faire tant de cérémonies pour prêter cent sous à un pauvre diable?

Les religieux, pour qui l'aumône et le secours sont un devoir et un métier, tracent en tête de leur épîtres trois lettres: Les francs-maçons posent trois points en queue de leur nom. Dos à dos, compères. Mon oncle me répondait: Nous faisons de la libre pensée l'arme qui tuera le cléricalisme. La franc-maçonnerie est la citadelle où sont enrôlés tous les démolisseurs de divinités. Au lieu de détruire, vous organisez la concurrence ; ça fait baisser les prix, voilà tout.

Et puis encore, si vous n'admettiez parmi vous que des libres penseurs, je comprendrais ; mais vous recevez tout le monde. Vous avez des catholiques en masse, même des chefs du parti. Pie IX fut des vôtres, avant d'être pape. Si vous appelez une Société ainsi composée une citadelle contre le cléricalisme, je la trouve faible, votre citadelle. Nous sapons, d'une façon continue et sûre, l'esprit monarchique.

Si vous me dites que la Franc-maçonnerie est une usine à élections, je vous l'accorde ; qu'elle sert de machine à faire voter pour les candidats de toutes nuances, je ne le nierai jamais ; qu'elle n'a d'autre fonction que de berner le bon peuple, de l'enrégimenter pour le faire aller à l'urne comme on envoie au feu les soldats, je serai de votre avis ; qu'elle est utile, indispensable même à toutes les ambitions politiques parce qu'elle change chacun de ses membres en agent électoral, je vous crierai: Ils se rencontraient d'abord et se touchaient les mains avec un air mystérieux tout à fait drôle, on voyait qu'ils se livraient à une série de pressions secrètes.

Quand je voulais mettre mon oncle en fureur je n'avais qu'à lui rappeler que les chiens aussi ont une manière tout franc-maçonnique de se reconnaître. Puis mon oncle emmenait son ami dans les coins, comme pour lui confier des choses considérables ; puis, à table, face à face, ils avaient une façon de se considérer, de croiser leurs regards, de boire avec un coup d'oeil comme pour se répéter sans cesse: J'aimerais encore mieux être jésuite.

Or, il y avait dans notre ville un vieux jésuite qui était la bête noire de mon oncle Sosthène. Chaque fois qu'il le rencontrait, ou seulement s'il l'apercevait de loin, il murmurait: Et voici comment l'accident se produisit par ma faute. La fin de l'histoire? A l'occasion de la semaine sainte, l'oncle eut l'idée d'organiser un repas gras pour le vendredi. Après force " tournées de l'Archevêque " qui consistaient à vider coup sur coup six petits verres remplis de liqueurs différentes, l'oncle dut être ramené chez lui ivre mort.

Maupassant eut alors la diabolique idée de lui envoyer le vieux jésuite aux fins d'extrême onction Le jésuite veilla l'oncle toute la nuit et le lendemain, le prêtre et le maçon étaient devenus les deux meilleurs amis du monde. Et Maupassant de conclure: Mon oncle est converti radicalement. Clérical ou franc-maçon, pour moi, c'est bonnet blanc et blanc bonnet ; mais le pis, c'est qu'il vient de tester, oui, de tester et de me déshériter, monsieur, en faveur du père Jésuite.

Alors, mon oncle eut l'idée d'organiser un dîner gras pour le vendredi, mais un vrai dîner, avec andouille et cervelas. Je résistai tant que je pus ; je disais: C'est idiot, votre manifestation. En quoi cela vous gêne-t-il que des gens ne mangent pas de la viande? Il invita trois amis dans le premier restaurant de la ville ; et comme c'était lui qui payait, je ne refusai pas non plus de manifester. Dès quatre heures, nous occupions une place en vue au café Pénélope, le mieux fréquenté ; et mon oncle Sosthène, d'une voix forte, racontait notre menu.

A six heures on se mit à table. A dix heures, on mangeait encore ; et nous avions bu, à cinq, dix-huit bouteilles de vin fin, plus quatre de champagne.

Alors mon oncle proposa ce qu'il appelait la " tournée de l'archevêque ". On plaçait en ligne, devant soi, six petits verres qu'on remplissait avec des liqueurs différentes ; puis il les fallait vider coup sur coup pendant que des assistants comptaient jusqu'à vingt. C'était stupide ; mais oncle Sosthène trouvait cela " de circonstance ". A onze heures, il était gris comme un chantre. Il le fallut emporter en voiture, et mettre au lit ; et déjà on pouvait prévoir que sa manifestation anticléricale allait tourner en une épouvantable indigestion.

Comme je rentrais à mon logis, gris moi-même, mais d'une ivresse gaie, une idée machiavélique, et qui satisfaisait tous mes instincts de scepticisme, me traversa la tête. Je rajustai ma cravate, je pris un air désespéré, et j'allai sonner comme un furieux à la porte du vieux jésuite. Il était sourd ; il me fit attendre.

Mais comme j'ébranlais toute la maison à coups de pieds, il parut enfin, en bonnet de coton, à sa fenêtre, et demanda: Je lui racontai d'une voix haletante, que mon oncle libre penseur, saisi soudain d'un malaise terrible qui faisait prévoir une très grave maladie, avait été pris d'une grande peur de la mort, et qu'il désirait le voir, causer avec lui, écouter ses conseils, connaître mieux les croyances, se rapprocher de l'Église, et, sans doute, se confesser, puis communier, pour franchir, en paix avec lui-même, le redoutable pas.

Et j'ajoutai d'un ton frondeur: Si cela ne lui fait pas de bien cela ne lui fera pas de mal. J'ai même refusé de venir vous chercher ; aussi je vous prierai de ne pas avouer que vous m'avez vu, mais de vous dire prévenu de la maladie de mon oncle par une espèce de révélation.

La servante qui soignait le malade ouvrit bientôt ; et je vis la soutane noire disparaître dans cette forteresse de la libre pensée. Je me cachai sous une porte voisine pour attendre l'événement. Bien portant, mon oncle eût assommé le jésuite, mais je le savais incapable de remuer un bras, et je me demandais avec une joie délirante quelle invraisemblable scène allait se jouer entre ces deux antagonistes?

Je riais tout seul à me tenir les côtes ; je me répétais à mi-voix: Le révérend Père ne sortait point. Mon oncle était-il mort de saisissement en le voyant? Ou bien avait-il tué l'homme en soutane? Ou bien s'étaient-ils entremangés? Cette dernière supposition me sembla peu vraisemblable, mon oncle me paraissant en ce moment incapable d'absorber un gramme de nourriture de plus.

Le jour se leva. Inquiet, et n'osant pas entrer à mon tour, je me rappelai qu'un de mes amis demeurait juste en face. J'allai chez lui ; je lui dis la chose, qui l'étonna et le fit rire, et je m'embusquai à sa fenêtre. A neuf heures, il prit ma place, et je dormis un peu.

A deux heures, je le remplaçai à mon tour. Nous étions démesurément troublés. A six heures, le jésuite sortit d'un air pacifique et satisfait, et nous le vîmes s'éloigner d'un pas tranquille.

Alors honteux et timide, je sonnai à mon tour à la porte de mon oncle. Je n'osai l'interroger, et je montai, sans rien dire. Mon oncle Sosthène, pâle, défait, abattu, l'oeil morne, les bras inertes, gisait dans son lit. Une petite image de piété était piquée au rideau avec une épingle. On sentait fortement l'indigestion dans la chambre. Ça ne va donc pas? Mais ce qu'il y a de plus étrange, c'est que le père jésuite qui sort d'ici, tu sais, ce brave homme que je ne pouvais souffrir, eh bien, il a eu une révélation de mon état, et il est venu me trouver.

Il a entendu une voix qui lui disait de se lever et de venir parce que j'allai mourir. J'avais envie de rouler par terre. Au bout d'une minute, je repris d'un ton indigné, malgré les fusées de gaieté: Vous ne l'avez pas jeté dehors?

Et puis il m'a parlé de mon père. Il a connu mon père autrefois. Et il m'a soigné avec un grand dévouement toute la nuit. Mais vous m'avez dit tout de suite qu'il sortait seulement d'ici. Comme il s'était montré excellent à mon égard, je l'ai gardé à déjeuner. Il a mangé là auprès de mon lit, sur une petite table, pendant que je prenais une tasse de thé.

Cet homme m'a été en cette occasion plus dévoué qu'aucun parent ; j'entends qu'on respecte ses convictions. Et après le déjeuner, qu'avez-vous fait? C'est plutôt un livre de voyages et d'aventures. C'est très beau ce qu'ils ont fait là, ces hommes. Vous êtes un renégat. Elle a mal tourné, ma farce! Conte rimé déclamé par Hervé Texte de Julio. Version maçonnique du classique "Celui qui voulait devenir chef".

Puisque je commande à tous Et que je pense pour vous tous Ce serait bien le diable Que je ne sois point Vénérable! C'est alors que les jambes mirent les pieds dans le plat: C'est nous forcément qui serons Véné! A quoi le nez répondit en nasillant: Moi Véné, vous rendrez grâce à mon flair. Les mains se levèrent: Sans nous point de métier.

C'est nous qui serons Véné! Les yeux irrités sourcillèrent: Comment sans nous recevoir la lumière? Et sans lumière point de Véné!

Le ventre jusqu'alors un peu mou, A toutes les parties exprima son dégoût De devoir grassement les nourrir: Les parties intimes comme toujours chatouilleuses Et qu'on disait pourtant frileuses Se mouillèrent à leur tour: Faites la paix, soyons Véné et faisons l'amour! La bouche qui s'était tue, décida de l'ouvrir: Pourriez-vous sans moi retrouver la parole?

Ça c'est du vrai symbole! Les poumons restés effacés se gonflèrent, Balayant de chacun les arguments vulgaires. Les oreilles échauffées ne se montrèrent pas tendres: Et de conclure, rouges et tendues: La cause est entendue! Les autres parties du corps de rire! C'est incroyable, Le trou du cul veut être Vénérable!

Le cerveau devint fiévreux, les jambes molles refusèrent de le suivre. Les mains tremblaient si fort que les outils furent dispersés. Les oreilles sifflaient et le nez osait, osait, osait à peine éternuer. Quant au ventre le pauvre, mieux vaut n'en point parler. Les parties du corps n'en pouvant plus Supplièrent le cerveau de se laisser fléchir Et de permettre au trou du cul D'être Véné pour ne plus nuire.

Toutes les parties du corps regagnèrent les colonnes Tandis qu'à l'orient le trou du cul se parfumait à l'eau de Cologne. Il n'est nullement nécessaire d'être un cerveau pour devenir Véné, Un trou du cul a toutes chances d'être nommé. Ça vous paraît inconcevable? Pourtant moi qui vous parle, j'ai été Vénérable!

Imsges: rencontre que nous avons eue

rencontre que nous avons eue

Jusqu'au jour où elle a eu l'idée d'acheter un petit tableautin à broder, en se disant que le point de croix permettrait la communication quand même.

rencontre que nous avons eue

L'autre - Ah oui! Je me suis fait des réservoirs pour arroser des pépinières.

rencontre que nous avons eue

Pour nouss il vous faut une couronne en sapin ici une couronne Truffaut 1er prixdes santons achetés dans un vide grenier Sainte Familledeux trois décos de noël baies rouge, étoile, ange en verre ikéa un pistolet à colle, et un ruban. Je rencontre que nous avons eue me souvenais plus que Site de rencontres russe gratuit ait un tel calibre. Alors le trou rencontre que nous avons eue cul sur lui-même s'est refermé. Avec Campion, il a montré son cul ; avec Dac et Blanche, il a initié les Babus. Au concours de beauté de la abons de Memphis, Tu seras Miss Raïm ; et tu auras des fils Qui dans les temps futurs toujours t'honoreront. L'auteur de Bel ami refusa car il méprisait les idéaux quels qu'ils fussent.