F.R.S.-FNRS - Accueil

F.R.S.-FNRS - Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS

rencontre scientifique

Econ Innov New Techn Les sociétés savantes étaient éclectiques. Ainsi, pour André Pichot , dans La Naissance de la science [ 25 ] , la science naît en Mésopotamie , vers - , principalement dans les villes de Sumer et d' Élam. Les scientifiques accomplissent souvent des tâches technologiques en concevant l'équipement expérimental et les prototypes de construction et quelques ingénieurs font la recherche scientifique de premier ordre. Dès lors commence l'industrialisation de la production de chercheurs, qui accéléra la spécialisation du savoir.

Menu de navigation

Mais c'est surtout le sociologue Pierre Bourdieu qui a su analyser l'économie du champ scientifique. Les questions éthiques limitent également cette définition de la science comme un progrès [ note 51 ]. Les scientifiques accomplissent souvent des tâches technologiques en concevant l'équipement expérimental et les prototypes de construction et quelques ingénieurs font la recherche scientifique de premier ordre. Ainsi, selon les sociologues relativistes Barry Barnes et David Bloor de l' Université d'Édimbourg , les théories sont d'abord acceptées au sein du pouvoir politique [ note 62 ]. Pour les articles homonymes, voir Science homonymie. Empirisme , Modèle , Théorie et expérimentation. En d'autres termes, la science serait, sinon une expression élitiste, une opinion majoritaire reconnue comme une vérité scientifique et le fait d'un groupe, ce que démontrent les travaux d' Harry Collins.

Mercredi 21 Mars Suivez l'actualité des sciences et des technologies, découvrez, commentez. Bons plans et avis Gearbest , codes promo Gearbest. Photo Mystérieuse Que représente cette image? Activité aérienne Avion civil Aéronef expérimental Avion militaire Aéroport Compagnie aérienne Aérostation Constructeur aéronautique Aile volante Construction aéronautique Armée de l'air Hélicoptère Aviation légère Type d'aéronef Avion à décollage et atterrissage vertical Vol libre.

Barrage hydroélectrique Énergie nucléaire Carburant Énergie renouvelable Compagnie d'électricité Groupe pétrolier Énergie Propulsion alternative. Animation Microsoft Windows Apple Computer Moteur de recherche Communication Partage de fichiers Constructeur informatique Périphérique informatique Droit de l'informatique Personnalité en informatique Droit de l'Internet Progiciel Éditeur de logiciel Programmation informatique Entreprise de télécommunication Réseau informatique Gestion de projet Système d'exploitation Informatique Technique de la télévision Informatique et législation Télécommunications Internet Vidéo Logiciel Virus informatique Logiciel libre.

La distinction entre science, science appliquée et technologie n'est pas toujours claire, mais on admet que ingénieurs ont des buts plus pratiques alors que les scientifiques étudient plutôt des phénomènes fondamentaux. Tous deux procèdent à partir de problèmes ou hypothèses et cherchent des solutions. Les scientifiques accomplissent souvent des tâches technologiques en concevant l'équipement expérimental et les prototypes de construction et quelques ingénieurs font la recherche scientifique de premier ordre.

Les ingénieurs mécaniciens, électriciens, chimistes et en aérospatiale sont souvent au premier rang de l'étude de nouveaux phénomènes et matériaux. Peter Debye reçut un degré en électrotechnique et un doctorat de physique avant de remporter par la suite un prix Nobel de chimie. Claude Shannon , un ingénieur, fonda la théorie moderne de l'information.

Les statistiques montrent aussi qu'à partir des années , les équipes scientifiques tendent à devenir plus étoffées et grâce à Internet notamment les collaborations interrégionales et internationales ont un coût qui diminue et se font plus nombreuses [ 3 ].

Une position dominante d'un scientifique dans un domaine donné peut l'amener à agir comme un mandarin ainsi que le présente Jean Labarre [ 6 ]. MOOCs pourraient encore modifier la formation, la formation tout au long de la vie et le travail des scientifiques. Par extension, est utilisé comme qualificatif synonyme de caractère propre à la science: Ainsi, sur cette base, les mathématiques appliquées souvent perçus davantage comme une branche mathématique au service d'autres sciences comme le démontrent les travaux du mathématicien Jacques-Louis Lions qui explique: A contrario , les mathématiques possèdent un nombre important de branches, d'abord abstraites, s'étant développées au contact avec d'autres disciplines comme les statistiques , la théorie des jeux , la logique combinatoire , la théorie de l'information , la théorie des graphes entre autres exemples, autant de branches qui ne sont pas catalogués dans les mathématiques appliquées mais qui pourtant irriguent d'autres branches scientifiques.

Une première distinction de cet ordre peut être faite entre les sciences nomothétiques et les sciences idiographiques:. Jean Piaget reprendra le vocable de nomothétique pour désigner les disciplines cherchant à dégager des lois ou des relations quantitatives en utilisant des méthodes d'expérimentation stricte ou systématique.

Il cite la psychologie scientifique, la sociologie, la linguistique , l'économie et la démographie. Il distingue ces disciplines des sciences historiques, juridiques et philosophiques [ 74 ].

Gilles-Gaston Granger récuse par ailleurs de faire de l'étude du phénomène humain une science proprement dite [ 77 ]. Le sens commun associe une discipline à un objet. Néanmoins, ce critère n'est pas absolu. Pour le sociologue Raymond Boudon , il n'existe pas une scientificité unique et transdisciplinaire. Les mathématiques et la logique formalisées composent ce type de raisonnement. Cette classe se fonde par ailleurs sur deux principes constitutifs des systèmes formels: Il s'agit également du type qui est le plus adéquat à la réalité, celui qui a fait le plus ses preuves, par la technique notamment.

Le maître-mot du type formel pur est la démonstration logique et non-contradictoire entendu comme la démonstration qu'on ne pourra dériver dans le système étudié n'importe quelle proposition [ 81 ]. En d'autres termes, il ne s'agit pas à proprement parler d'un raisonnement sur l'objet mais bien plutôt d'une méthode pour traiter les faits au sein des démonstrations scientifiques et portant sur les propositions et les postulats.

Cependant, en dépit d'une stabilité épistémologique propre, a contrario des autres types, le type formel pur est également largement tributaire de l'historicité des sciences [ 82 ]. Le modèle de ce type, fondé sur l' empirisme , est la physique. L' objet est ici concret et extérieur, non construit par la discipline comme dans le cas du type formel pur. Ce type est en fait la réunion de deux composantes:.

Le type empirico-formel progresse ainsi de la théorie — donnée comme a priori — à l' empirie , puis revient sur la première via un raisonnement circulaire destiné à confirmer ou réfuter les axiomes.

Il s'agit d'une schématisation permettant d'éprouver ponctuellement la théorie. L' expérience au sens de mise en pratique est ici centrale, selon l'expression de Karl Popper: Parmi les sciences empiriques, on distingue deux grandes familles de sciences: Néanmoins, l' empirisme seul ne permet pas, en se coupant de l' imagination , d'élaborer des théories novatrices, fondées sur l'intuition du scientifique, permettant de dépasser des contradictions que la simple observation des faits ne pourrait résoudre [ note 42 ].

Il existe néanmoins des débats quant à la nature empirique de certaines sciences humaines, comme l' économie [ note 43 ] ou l' histoire , qui ne reposent pas sur une méthode totalement empirique, l'objet étant virtuel dans les deux disciplines. Ce type de discours scientifique est caractéristique des sciences humaines , où l'objet est l'homme. Dans la méthode herméneutique , les effets visibles sont considérés comme un texte à décoder, à la signification cachée.

La phénoménologie est ainsi l'explication philosophique la plus proche de ce type [ 84 ] , qui regroupe, entre autres, la sociologie , la linguistique , l' économie , l' ethnologie , la théorie des jeux , etc.

Il peut s'agir dès lors de deux catégories de discours:. Les sciences de la nature ne cherchent qu'à expliquer leur objet, tandis que les sciences de l'homme, et l' histoire en particulier, demandent également à comprendre de l'intérieur et donc à prendre en considération le vécu.

Ces dernières ne doivent pas adopter la méthode en usage dans les sciences de la nature car elles ont un objet qui lui est totalement différent. La connaissance acquise ne peut être qualifié de scientifique que si la scientificité des processus d'obtention a été démontrée.

Elle est étroitement liée au but recherché et à l' histoire des sciences [ note 45 ]. La méthode scientifique suit par ailleurs cinq opérations distinctes:. La scientificité est la qualité des pratiques et des théories qui cherchent à établir des régularités reproductibles , mesurables et réfutables dans les phénomènes par le moyen de la mesure expérimentale , et à en fournir une représentation explicite.

De manière générale à toutes les sciences, la méthode scientifique repose sur quatre critères:. Néanmoins, chacun de ces points est problématique, et les questionnements de l'épistémologie portent principalement sur les critères de scientificité.

Le principe d'objectivité, qui est souvent présenté comme l'apanage de la science, est, de même, source d'interrogations, surtout au sein des sciences humaines.

Pour le sociologue de la science Roberto Miguelez: La sociologie des sciences étudie en effet de plus en plus les critères de scientificité, au sein de l'espace social scientifique, passant d'une vision interne, celle de l'épistémologie, à une vision davantage globale.

Elle repose sur des protocoles expérimentaux permettant de normaliser la démarche. La physique ou la biologie reposent sur une démarche active du scientifique qui construit et contrôle un dispositif expérimental reproduisant certains aspects des phénomènes naturels étudiés.

La plupart des sciences emploient ainsi la méthode expérimentale , dont le protocole est adapté à son objet et à sa scientificité. De manière générale, une expérience doit apporter des précisions quantifiées ou statistiques permettant de réfuter ou étayer le modèle.

Les résultats des expériences ne sont pas toujours quantifiables, comme dans les sciences humaines. L'expérience doit ainsi pouvoir réfuter les modèles théoriques. L'expérimentation a été mise en avant par le courant de l' empirisme. Néanmoins, le logicien et scientifique Charles Sanders Peirce , et plus tard mais indépendamment [ 88 ] , l'épistémologue Karl Popper , lui opposent l'abduction ou méthode par conjecture et réfutation comme étape première de la recherche scientifique. Elle consiste en l'invention a priori d'une conjecture précédant l'expérience.

En somme, cela signifie que l'induction fournit directement la théorie, alors que dans le processus abductif la théorie est inventée avant l'expérience et cette dernière ne fait que répondre par l'affirmative ou par la négative à l'hypothèse. Les scientifiques y ont recours principalement lorsqu'ils suivent une méthode empirique. C'est par exemple le cas en astronomie ou en physique. Il s'agit d'observer le phénomène ou l'objet sans le dénaturer, ou même interférer avec sa réalité.

Certaines sciences, comme la physique quantique ou la psychologie , prennent en compte l'observation comme un paradigme explicatif à part entière, influençant le comportement de l'objet observé. La philosophe Catherine Chevalley résume ainsi ce nouveau statut de l'observation: En physique , le terme de théorie désigne généralement le support mathématique, dérivé d'un petit ensemble de principes de base et d'équations, permettant de produire des prévisions expérimentales pour une catégorie donnée de systèmes physiques.

La théorie est ainsi bien souvent plus un modèle entre l'expérimentation et l'observation qui reste à confirmer. La conception scientifique de la théorie devient ainsi une phase provisoire de la méthode expérimentale. Claude Bernard , dans son Introduction à la médecine expérimentale appuie sur le rôle clé des questions et sur l'importance de l' imagination dans la construction des hypothèses, sorte de théories en voie de développement.

Le neurobiologiste Jean-Pierre Changeux explique ainsi:. Il les projette sur le monde ou les rejette en fonction de leur adéquation avec celui-ci sans toutefois prétendre l'épuiser. En effet, si l'expérimentation est prépondérante, elle ne suffit pas, conformément à la maxime de Claude Bernard: Il existe deux types de simulations:. La publication scientifique est donc la validation de travaux par la communauté scientifique.

C'est aussi le lieu de débats contradictoires à propos de sujets polémiques ou de discussions de méthodes. La scientométrie est en effet une méthode statistique appliquée aux publications scientifiques. Elle est utilisée par les organismes finançant la recherche comme outil d' évaluation. En France, ces indicateurs, tel le facteur d'impact , occupent ainsi une place importante dans la LOLF pour: Loi Organique relative aux Lois de Finances [ note 46 ]. Les politiques budgétaires dévolues aux laboratoires et aux unités de recherche dépendent ainsi souvent de ces indicateurs scientométriques.

Il s'agit d'un néologisme construit par James Frederick Ferrier , dans son ouvrage Institutes of metaphysics L'épistémologie permettra la reconnaissance de la science et des sciences comme disciplines autonomes par rapport à la philosophie.

Pour le prix Nobel de physique Steven Weinberg , auteur de Le Rêve d'une théorie ultime [ 95 ] la philosophie des sciences est inutile car elle n'a jamais aidé la connaissance scientifique à avancer. Selon cette étymologie le progrès désigne un passage à un degré supérieur, c'est-à-dire à un état meilleur, participant à l'effort économique [ note 48 ].

La civilisation se fonde ainsi, dans son développement, sur une série de progrès dont le progrès scientifique. La science serait avant tout un moyen de faire le bonheur de l'humanité, en étant le moteur du progrès matériel et moral. Cette identification de la science au progrès est très ancienne et remonte aux fondements philosophiques de la science [ note 49 ]. Cette thèse est distincte de celle de la science dite pure en elle-même , et pose le problème de l'autonomie de la science, en particulier dans son rapport au pouvoir politique [ note 50 ].

Les questions éthiques limitent également cette définition de la science comme un progrès [ note 51 ]. Certaines découvertes scientifiques ont des applications militaires ou même peuvent être létales en dépit d'un usage premier bénéfique [ note 52 ]. Selon les tenants de la science comme moyen d'amélioration de la société, dont Ernest Renan ou Auguste Comte sont parmi les plus représentatifs, le progrès offre:.

La thèse de la science pure pose, quant à elle, que la science est avant tout le propre de l' humain , ce qui fait de l' homme un animal différent des autres. Dans une lettre du 2 juillet adressée à Legendre, le mathématicien Charles Gustave Jacob Jacobi écrit ainsi, à propos du physicien Joseph Fourier: D'autres courants de pensée comme le scientisme envisagent le progrès sous un angle plus utilitariste.

Enfin des courants plus radicaux posent que la science et la technique permettront de dépasser la condition ontologique et biologique de l'homme. Le transhumanisme ou l' extropisme sont par exemple des courants de pensée stipulant que le but de l'humanité est de dépasser les injustices biologiques comme les maladies génétiques , grâce au génie génétique et sociales par le rationalisme , et que la science est le seul moyen à sa portée. À l'opposé, les courants technophobes refusent l'idée d'une science salvatrice, et pointent au contraire les inégalités sociales et écologiques, entre autres, que la science génère.

L'épistémologie pose un ensemble de questions philosophiques à la Science et à la "science en train de se faire".

Parmi ces questions centrales de l'épistémologie on distingue:. Nombre de philosophes ou d'épistémologues ont ainsi interrogé la nature de la science et en premier lieu la thèse de son unicité. L'histoire des sciences et de la philosophie a produit de nombreuses théories quant à la nature et à la portée du phénomène scientifique. Il existe ainsi un ensemble de grands modèles épistémologiques qui prétendent expliquer la spécificité de la science. Le discours sera également interrogé par la psychologie avec le courant du constructivisme.

Le Concile de Nicée de avait instauré dans l'Église l'argument dogmatique selon lequel Dieu avait créé le ciel et la terre en sept jours. Cette lacune théologique avait permis une certaine activité scientifique au Moyen Âge , dont, en premier lieu, l' astronomie.

À cette époque, dans l' islam , la science était particulièrement encouragée, le monde étant vu comme un code à déchiffrer pour comprendre les messages divins. Au sein du christianisme , le premier pas en faveur de l' héliocentrisme qui place la Terre en orbitation autour du Soleil est fait par le chanoine Nicolas Copernic , avec le De revolutionibus Le Concile de Trente encouragea les communautés religieuses à mener des recherches scientifiques.

Mais Galilée se heurte à la position de l'Église en faveur du géocentrisme , en vertu d'une interprétation littérale de la Bible , qui recoupait la représentation du monde des savants grecs de l'Antiquité Ptolémée et Aristote. Le procès de Galilée , en , marque un divorce entre la pensée scientifique et la pensée religieuse [ note 54 ] , pourtant initiée par l'exécution de Giordano Bruno en [ 99 ].

L'opposition des autorités religieuses aux implications des découvertes faites par des scientifiques, telle qu'elle s'est manifestée dans le cas de Galilée, est apparue a posteriori comme une singularité dans l'Histoire [ note 55 ]. Le procès de Galilée devint le symbole d'une science devenant indépendante de la religion, voire opposée à elle.

Les réussites scientifiques et techniques, qui améliorent la civilisation et la qualité de vie, le progrès scientifique en somme, bat en brèche les dogmes religieux, quelle que soit la confession. Les théories modernes de la physique et de la biologie avec Charles Darwin et l' évolution , les découvertes de la psychologie , pour laquelle le sentiment religieux demeure un phénomène intérieur voire neurologique, supplantent les explications mystiques et spirituelles. Enfin, nombre de philosophes ou d'épistémologues se sont interrogés sur la nature de la relation entre les deux institutions.

Nombre de religieux tentent, comme Pierre Teilhard de Chardin ou Georges Lemaître père de la théorie du Big bang , d'allier explication scientifique et ontologie religieuse.

Les explications de la science restent limitées aux phénomènes. La question des fins ultimes reste donc ouverte, et comme le remarquait Karl Popper [ ]:. Ce terme, de connotation normative , est utilisé dans le but de dénoncer certaines disciplines en les démarquant des démarches au caractère scientifique reconnu. Un ensemble de critères explique en quoi une théorie peut être classée comme pseudo-science. Karl Popper relègue ainsi la psychanalyse au rang de pseudo-science, au même titre que, par exemple, l' astrologie , la phrénologie ou la divination [ note 57 ].

De plus, Popper a été assez ambigu sur le statut de la théorie de l'évolution dans son système. Le terme anglophone de fringe science désigne un domaine situé en marge de la science, entre la pseudo-science et la protoscience. La technique couvre ainsi l'ensemble des procédés de fabrication , de maintenance , de gestion , de recyclage et, même d'élimination des déchets , qui utilisent des méthodes issues de connaissances scientifiques ou simplement des méthodes dictées par la pratique de certains métiers et l'innovation empirique.

La science est elle autre chose, une étude plus abstraite. Ainsi l'épistémologie examine entre autres les rapports entre la science et la technique, comme l'articulation entre l'abstrait et le savoir-faire. Néanmoins, historiquement, la technique est première.

Hervé Fischer parle, dans La société sur le divan , publié en , d'un nouveau courant artistique prenant la science et ses découvertes comme inspiration et utilisant les technologies telles que les bio-technologies, les manipulations génétiques, l'intelligence artificielle, la robotique, qui inspirent de plus en plus d'artistes. Par ailleurs, le thème de la science a été souvent à l'origine de tableaux ou de sculptures. Le mouvement du futurisme par exemple considère que le champ social et culturel doit se rationaliser.

Enfin, les découvertes scientifiques aident les experts en Art [ ]. Le laser permet de restaurer, sans abîmer les surfaces, les monuments. Le principe de la synthèse additive des couleurs restaure les autochromes. Les techniques d'analyse physico-chimiques permettent d'expliquer la composition des tableaux, voire de découvrir des palimpsestes.

La radiographie permet de sonder l'intérieur d'objets ou de pièces sans polluer le milieu. La spectrographie est utilisée enfin pour dater et restaurer les vitraux [ note 59 ]. La vulgarisation est le fait de rendre accessibles les découvertes ainsi que le monde scientifique à tous et dans un langage adapté.

Il s'agit du principal vecteur de la démocratisation et de la généralisation du savoir selon les sénateurs français Marie-Christine Blandin et Ivan Renard [ ]. En France, l' Éducation nationale a ainsi pour mission de sensibiliser l'élève à la curiosité scientifique, au travers de conférences, de visites régulières ou d'ateliers d'expérimentation. Le Futuroscope ou Vulcania ou le Palais de la découverte sont d'autres exemples de mise à disposition de tous des savoirs scientifiques.

Les États-Unis possèdent également des institutions telles que l' Exploratorium [ ] de San Francisco , qui se veulent plus près d'une expérience accessible par les sens et où les enfants peuvent expérimenter. Le Québec a développé quant à lui le Centre des sciences de Montréal. La vulgarisation se concrétise donc au travers d'institutions, de musées, mais aussi d'animations publiques comme les Nuits des étoiles par exemple, de revues, et de personnalités Hubert Reeves pour l' astronomie , qu'énumère Bernard Schiele dans Les territoires de la culture scientifique [ ].

La croyance en une universalité de la science constitue le scientisme. Il s'agit donc d'une foi dans l'application des principes de la science dans tous les domaines. Nombre de détracteurs [ note 60 ] y voient une véritable religion de la science, particulièrement en Occident. Sous des acceptions moins techniques, le scientisme peut être associé à l'idée que seules les connaissances scientifiquement établies sont vraies.

Il peut aussi renvoyer à un certain excès de confiance en la science qui se transformerait en dogme. Le courant zététique , qui s'inspire du scepticisme philosophique , essaye d'appréhender efficacement la réalité par le biais d'enquêtes et d'expériences s'appuyant sur la méthode scientifique et a pour objectif de contribuer à la formation chez chaque individu d'une capacité d'appropriation critique du savoir humain, est en ce sens une forme de scientisme.

Pour certains épistémologues, le scientisme prend de toutes autres formes. Ces clichés tiennent soit à l'histoire de la science, résumée et réduite à des découvertes qui jalonnent le développement de la société, soit à des idées comme celles qui met en avant que les lois, et plus généralement les connaissances scientifiques, sont des vérités absolues et dernières, et que les preuves scientifiques sont non moins absolues et définitives alors que, selon les mots de Thomas Samuel Kuhn , elles ne cessent de subir révolutions et renversements.

Enfin, c'est surtout la sociologie de la connaissance , dans les années à , qui a mis fin à l'hégémonie du scientisme. Les expériences ne constituent pas, en effet, des preuves absolues des théories et les paradigmes sont amenés à disparaître. Pour Paul Feyerabend , ce sont des forces politiques, institutionnelles et même militaires qui ont assuré à la science sa dominance, et qui la maintiennent encore dans cette position [ ].

Pendant la Première Guerre mondiale , les sciences ont été utilisées par l'État afin de développer de nouvelles armes chimiques et de développer des études balistiques.

C'est la naissance de l' économie de guerre , qui s'appuie sur des méthodes scientifiques. Néanmoins, c'est pendant la Seconde Guerre mondiale que la science est le plus utilisée à des fins militaires.

Les armes secrètes de l'Allemagne nazie comme les V2 sont au centre des découvertes de cette époque. Toutes les disciplines scientifiques sont ainsi dignes d'intérêt pour les gouvernements. Cette période est en effet celle qui a le plus compté sur les découvertes scientifiques, notamment la bombe atomique , puis la bombe à hydrogène.

De nombreuses disciplines naissent d'abord dans le domaine militaire, telle la cryptographie informatique ou la bactériologie , pour la guerre biologique. Amy Dahan et Dominique Pestre [ ] expliquent ainsi, à propos de cette période de recherches effrénées, qu'il s'agit d'un régime épistémologique particulier. Commentant leur livre, Loïc Petitgirard explique: La conception de ce qu'on nomme alors le complexe militaro-industriel apparaît, en lien très intime avec le politique [ note 61 ].

Dès , avec la constatation de la montée des tensions due à l'opposition des blocs capitalistes et communistes, la guerre devient en elle-même l'objet d'une science: Enfin, si la science est par définition neutre, elle reste l'affaire d'hommes, sujets aux idéologies dominantes. Ainsi, selon les sociologues relativistes Barry Barnes et David Bloor de l' Université d'Édimbourg , les théories sont d'abord acceptées au sein du pouvoir politique [ note 62 ].

Une théorie s'imposerait alors non parce qu'elle est vraie mais parce qu'elle est défendue par les plus forts. En d'autres termes, la science serait, sinon une expression élitiste, une opinion majoritaire reconnue comme une vérité scientifique et le fait d'un groupe, ce que démontrent les travaux d' Harry Collins. La sociologie des sciences s'est ainsi beaucoup intéressée, dès les années , à l'influence du contexte macro-social sur l'espace scientifique. Pour lui, la vision du monde des protestants de l'époque a permis l'accroissement du champ scientifique.

Historiquement, la science et la religion ont longtemps été apparentées. La philosophie des sciences modernes a abouti à la nécessité pour la science et la religion de marquer leurs territoires. Le principe aujourd'hui largement accepté est celui du non-recouvrement des magistères [réf. Selon ce principe, la pensée religieuse et la pensée scientifiques doivent poursuivre des buts différents pour cohabiter.

En grande partie, cette division est un corollaire du critère de réfutabilité de Karl Popper: La religion propose des énoncés qui doivent être crus sans pouvoir être vérifiés.

Les conflits entre la science et la religion se produisent dès lors que l'une des deux prétend répondre à la question dévolue à l'autre. Cette violation peut se produire dans les deux sens. La religion empiète sur la science quand des personnes prétendent déduire des textes religieux des informations sur le fonctionnement du monde. Le conflit de ce type le plus évident est celui du créationnisme face à la théorie de l'évolution. Scientifiquement, la création de l'ensemble des êtres vivants en six jours n'est pas tenable.

Mais différents courants religieux radicaux défendent l'exactitude du récit de la Genèse depuis, l'Église catholique, par exemple, a résolu la contradiction apparente en déclarant que ce récit est métaphorique, ce qui assure de ne pas empiéter sur le domaine scientifique. L'autre cas de violation est celui où on extrapole à partir de données scientifiques une vision du monde tout à fait irréfutable au sens de Popper , empiétant sur le domaine du religieux. Dans le cadre du non-recouvrement, les propositions scientifiques doivent rester compatibles avec toutes les positions religieuses qui cherchent à donner du sens à l'univers sauf celles qui violent elles-mêmes la démarcation.

Albert Einstein et Paul Dirac utilisent le concept de Dieu en commentant la physique quantique, mais les résultats qu'ils établissent ne dépendent pas de son existence. Si la science est avant tout une affaire de méthode, elle dépend aussi beaucoup du statut de ceux qui la font. L'ancêtre du chercheur reste, dans l'Antiquité, le scribe. Elles fournissent en effet des revenus et un cadre de recherche exceptionnels. C'est en Allemagne, avec Wilhelm von Humboldt , en , que la recherche est affiliée aux Universités.

Dès lors commence l'industrialisation de la production de chercheurs, qui accéléra la spécialisation du savoir. Depuis la Seconde Guerre mondiale , ce sont les instituts de recherche et les organismes gouvernementaux qui dominent, à travers la figure du chercheur fonctionnaire. Les sociologues et anthropologues Bruno Latour [ ] , Steve Woolgar , Karin Knorr-Cetina ou encore Michael Lynch ont étudié l'espace scientifique, les laboratoires et les chercheurs.

La communauté scientifique désigne, dans un sens assez large, l'ensemble des chercheurs et autres personnalités dont les travaux ont pour objet les sciences et la recherche scientifique , selon des méthodes scientifiques. Parfois cette expression se réduit à un domaine scientifique particulier: La sociologie des sciences s'intéresse à cette communauté, à la façon dont elle fonctionne et s'inscrit dans la société.

Elle leur permet de se rencontrer, de partager, confronter et exposer le résultat de leurs recherches, de se confronter avec leurs pairs d'autres sociétés du même type ou du monde universitaire, spécialistes du même domaine, et le cas échéant, de diffuser leurs travaux via une revue, des conférences, séminaires, colloques, expositions et autres réunions scientifiques. Un congrès ou conférence scientifique est un événement qui vise à rassembler des chercheurs et ingénieurs d'un domaine pour faire état de leurs avancées.

Cela permet également à des collègues géographiquement éloignés de nouer et d'entretenir des contacts.

Imsges: rencontre scientifique

rencontre scientifique

L'hygiène et la médecine firent également des progrès [ note 14 ]. National Aeronautics and Space Administration.

rencontre scientifique

En , Zhang Heng invente le premier sismographe pour la mesure des tremblements de terre et est la première personne en Chine à construire un globe céleste rotatif.

rencontre scientifique

Il sera suivi en cela par ses successeurs en matière d'astronomie, jusqu'à Copernicà l'exception d' Aristarquequi rencontre scientifique un système héliocentrique. Rencontre scientifique découvertes d' Isaac Newtonsa capacité à confronter et à assembler les preuves rencontre scientifique et sites de rencontre serieux et gratuit au senegal observations physiques en un système cohérent donnèrent le ton de tout ce qui allait suivre son exemplaire Philosophiae Naturalis Principia Mathematica. Le mot science est un polysèmerecouvrant principalement trois acceptions [ 9 ]:. À ces philosophes, s'oppose le courant épicurien. La notion ne possède néanmoins pas de définition consensuelle. En France, ces indicateurs, tel le facteur d'impactoccupent ainsi une place importante dans la LOLF pour: Il existe toujours des enseignants-chercheurs.