Sionisme — Wikipédia

Histoire du sionisme

rencontre sioniste

Tous ont en commun la volonté de créer un État juif. Ce déséquilibre amène un chômage important. Pour le détail de son histoire, voir aussi: Les relations resteront dès lors tendues jusqu'à l'indépendance d' Israël , qui sera obtenue par une politique de confrontation avec l'empire britannique, et non plus par une politique de coopération.

Menu de navigation

Sous l'influence du nationalisme, l'identité juive est redéfinie dans un sens moins religieux, et plus centrée sur une identité historique, ethnique et culturelle. Sur le plan politique, les affrontements entre droite et gauche se sont considérablement tendus, sans cependant atteindre la rupture et la guerre civile. Il reprend à son tour les actions armées à l'encontre des Britanniques. Le dirigeant du nouveau parti est un intellectuel né en Ukraine tsariste, Ber Dov Berochov L' Agence juive est formée en , comme une simple branche de l' OSM. Chaque fois, les jihadistes évadés rejoignirent des organisations combattantes en Syrie.

Puis, quittant Beyrouth, il inspecta la frontière syrienne et choisi les villages, notamment Ersal, qui devaient servir de base-arrière aux mercenaires lors de la guerre à venir. En définitive, un accord intervint et les pèlerins furent libérés. Les organisateurs du voyage ont publié cette photographie pour attester de la rencontre. Chaque fois, les jihadistes évadés rejoignirent des organisations combattantes en Syrie.

Mais quelle que soit leur étiquette, ils procèdent aux mêmes exactions: Il a participé à toutes les révolutions colorées des vingt dernières années. Au Venezuela par exemple.

Et un agent qui dispose de la meilleure couverture imaginable: John McCain est connu pour avoir été prisonnier de guerre au Vietnam, durant 5 ans et y avoir été torturé. Appliqué sous George W. John McCain, qui avait craqué au Vietnam, le comprend donc parfaitement. En , les États-Unis ont décidé de détruire leur ancien allié irakien.

Les États-Unis attaquèrent à nouveau le pays et renversèrent cette fois le président Hussein. Bien sûr, John McCain était un des principaux responsables du Comité.

Fuyant les atrocités des jihadistes, les minorités religieuses quittaient la zone sunnite, préparant ainsi la voie à la partition du pays en trois. Gulf Daily News est édité au Bahrein, un État occupé par les troupes saoudiennes. Celles-ci menaient des guerres de religion pour le compte des seigneurs qui les payaient, parfois dans un camp, parfois dans un autre.

Elle est généralisée par l'Agence juive au début des années en tant que milice chargée de défendre le Yichouv contre d'éventuelles attaques arabes. Mais ces dirigeants refuseront, considérant qu'il y aurait eu là une reconnaissance du mandat pro-sioniste de la SDN et de sa validité.

Ce refus a sans doute limité les possibilités d'action des nationalistes arabes en Palestine le nationalisme palestinien spécifique est encore en formation.

Mais il aura aussi pour conséquence d'inquiéter la direction britannique. Sans contester directement la présence britannique, les dirigeants arabes de Palestine contestent vigoureusement les termes du mandat, qui prévoient le renforcement indéfini de la présence sioniste en Palestine. Cette attitude est soutenue par les nationalistes arabes du Moyen-Orient.

Dès les premières émeutes de , les Britanniques se rendent compte que leur politique pro-sioniste risque de porter atteinte à leurs intérêts moyen-orientaux. Il y en aura d'autres au fur et à mesure du durcissement des oppositions. Cependant, jusqu'en , le Royaume-Uni continuera à autoriser une large immigration juive. Celui-ci devait au début comprendre les territoires de ce que l'on appelle aujourd'hui: Israël sans le Golan , la bande de Gaza , la Cisjordanie et la Jordanie. C'est à la fois une décision destinée à rassurer les nationalistes arabes, et un geste en faveur de la famille des Hachémites dont un des fils, Abdallah, reçoit l'émirat.

Bien que réticente, l'Organisation sioniste mondiale accepte ce détachement. La grande majorité des sionistes on note quelques exceptions, comme celle de Ahad HaAm considère après et l'obtention du mandat que le sionisme a maintenant deux objectifs concrets: La croissance vient de l'immigration, mais aussi d'une forte natalité.

Comme pour les deux premières aliyah et , ce sont les troubles antisémites en Europe qui ont rythmé les vagues d'émigration hors d'Europe, vers l'Amérique, l'Europe occidentale, et de plus en plus la Palestine. La troisième alya est liée aux troubles et guerres civiles qui suivent en Europe orientale la Première Guerre mondiale et la révolution bolchévique. Ils seront à l'origine, en , du premier vrai kibboutz Ein Harod, une ferme collectiviste et du premier moshav Nahalal, une ferme coopérative.

Ce sont majoritairement des Polonais membres des classes moyennes, chassés par les mesures économiques anti-juives du gouvernement de Varsovie. Même si beaucoup soutiendront la gauche, d'autres, plus conservateurs, iront vers les sionistes généraux, les révisionnistes de droite voir ci-dessous , voire les sionistes religieux.

La quatrième aliyah entraîne un développement urbain ces immigrants sont peu intéressés par les communautés rurales des pionniers sionistes - socialistes , du commerce, de l'artisanat.

En , le Technion université technique est fondé à Haïfa puis en , l' Université hébraïque de Jérusalem ouvre sur le mont Scopus. Mais cette vague d'immigration entraîne aussi un déséquilibre entre les capacités économiques du pays et l'afflux de populations nouvelles. Ce déséquilibre amène un chômage important. La crise est sévère et dure de à , entraînant un phénomène de départ de certains des nouveaux immigrants.

Ils viennent d'Europe orientale, où se structurent des régimes nationalistes autoritaires plus ou moins antisémites. La cinquième aliyah est particulièrement importante, non seulement parce qu'elle est la plus forte d'un point de vue démographique, mais aussi parce qu'elle amène une population relativement riche, éduquée, qui permettra une notable modernisation de la structure économique du Yichouv.

Cette immigration est également socialement et économiquement plus conservatrice que la troisième alya. En effet, les quotas britanniques d'immigration, quoique larges, deviennent insuffisants pour les demandes. Cette immigration illégale, qui suscite les réserves de l'Agence juive qui ne veut pas de problème avec les Britanniques, est à la fois organisée par la gauche kibboutznik les habitants des kibboutzim et par les activistes de la droite révisionniste.

Il s'agit d'une entreprise d'implantations surprises aboutissant, de à , à créer 51 nouvelles localités, chacune en une seule nuit, dans un contexte d'affrontement avec les Arabes. À compter de , les Britanniques réduisent fortement le nombre des visas accordés aux Juifs voulant se rendre en Palestine, alors même que la pression sur les Juifs d'Europe devient intenable avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, et surtout avec le début du génocide des Juifs en - L'immigration de à est dès lors largement illégale.

La majorité viennent dans l'immédiat après-guerre et sont des rescapés du génocide, essayant d'éviter le blocus britannique. Ceux qui échouent sont placés dans des camps de rétention, en Allemagne ou à Chypre , provoquant un sentiment de solidarité dans le monde occidental. L'Agence juive utilisera d'ailleurs ce sentiment en organisant une double immigration: Ces dernières tentatives, débouchant généralement sur un arraisonnement britannique, visaient à poser publiquement la question de l'immigration juive.

C'est en partie cette crise des réfugiés de qui explique la création de l'État juif par l' ONU en Finalement, l'immigration a été forte entre et Elle a surtout concerné des Juifs européens. La droite sioniste, d'ailleurs assez centriste, était dominée depuis la fondation de l'OSM par les sionistes généraux. Dans les années , on constate la radicalisation d'une nouvelle droite nationaliste. Cette évolution est une traduction dans les milieux juifs d'une tendance à la radicalisation nationaliste dans beaucoup de partis de droite européens de l'époque.

Cette radicalisation est liée aux contestations des nouvelles frontières issues de la Première Guerre mondiale et au choc de la révolution bolchévique. En tant qu'idéologie d'origine européenne, le sionisme a toujours été influencé par les évolutions politiques de son milieu d'origine, on l'a vu pour les courants libéraux ou de gauche.

Il en va de même sur la droite de l'échiquier politique. Dans la Bible, certaines régions à l'Est du Jourdain sont le territoire de tribus d'Israël. Pour les nationalistes intransigeants d'ailleurs plutôt laïcs à l'époque , c'est donc une terre devant revenir aux Juifs. Mais à ce stade de la présence juive en Palestine , l'OSM et l'Agence juive estiment maladroit et prématuré d'aller plus loin.

Ainsi, en , le dix-septième congrès sioniste refuse encore de se positionner officiellement en faveur d'un État juif indépendant. Le parti révisionniste va alors se positionner comme le représentant d'une droite nationaliste intransigeante. Le parti révisionniste a une organisation de jeunesse, le Betar , encore plus radicale.

Ce dernier reprend certaines formes des mouvements fascistes: Rapidement, la haine domine les relations avec la gauche sioniste, marquées de part et d'autre par une incroyable violence verbale. De leur côté, les révisionnistes considèrent volontiers les travaillistes du Mapaï unifié en comme de dangereux communistes, et les membres du Betar font parfois le coup de poing dans les meetings de gauche.

En pratique, la gauche sioniste est engagée dans un processus de social-démocratisation assez rapide, bien loin du communisme. Le révisionnisme ne va pas de son côté jusqu'au fascisme. On peut cependant constater que chez les travaillistes, une aile gauche anti-capitaliste voire pro-soviétique existe, et que des sympathisants fascistes proclamés opèrent sur l'aile droite du parti révisionniste Brit Ha'birionim sous l'autorité de Abba Ahiméir. Tout en refusant de les suivre, Jabotinsky refuse aussi de rompre avec eux.

Cette sortie provoque par contre la fureur de Jabotinsky, très inquiet devant la montée du nazisme. En , les révisionnistes font un pas de plus dans leur critique des institutions sionistes, et décident de quitter l'OSM du fait du refus de celle-ci de revendiquer officiellement un État juif. Au-delà de la divergence idéologique bien réelle, les relations avec la gauche qui avait pris le contrôle de l'OSM en étaient devenues tellement mauvaises qu'une collaboration était très difficile.

En est créé l' Achdut Ha'avoda. En , il fusionne avec le Ha'poel Hatzaïr , le grand parti de la gauche non marxiste, pour former le parti travailliste Mapaï Parti ouvrier d'Eretz Israël. Cette fusion de la gauche modérée donne un poids politique particulièrement important à la gauche sioniste, qui est maintenant la fraction politique la plus importante au sein de la communauté juive en Palestine.

En , avec le soutien des libéraux de Haïm Weizmann , les travaillistes prennent le pouvoir au sein de l'OSM. L'homme clef de l'époque est David Ben Gourion. Il est le leader du Mapaï , le président de l' Agence juive l'exécutif sioniste en Palestine et le secrétaire général de la Histadrout jusqu'en La Histadrout Association générale des travailleurs d'Eretz Israël est bien plus qu'un syndicat.

Le pouvoir de Ben Gourion et de son parti est donc très important au sein du Yichouv et de l'OSM, ce qui lui vaut d'être traité de dictateur par Jabotinsky. À compter du début des années et jusqu'en , le parti travailliste sera le parti hégémonique de la vie politique du Yichouv puis d'Israël, restant au pouvoir de façon permanente. En et , il y a eu de nouvelles émeutes arabes contre la colonisation juive Juifs morts, plusieurs dizaines d'Arabes. Elles visent en pratique tous les Juifs, qu'ils appartiennent au nouveau Yichouv ou à l'ancien.

C'est ainsi que la vieille communauté juive de Hébron est chassée de sa ville. Ces émeutes sont le signe que la situation se tend de plus en plus. Les Arabes de Palestine ont de plus en plus peur d'être dépossédés de leurs terres. Elles marquent aussi la montée en puissance du mufti de Jérusalem et chef du conseil suprême musulman, Amin al-Husseini , qui se pose de plus en plus comme chef politique et religieux des Palestiniens intransigeants, tant à l'égard du sionisme que de l'occupant britannique.

En novembre a commencé, en Galilée , une petite guérilla menée au nom du jihad par un prédicateur musulman, Izz al-Din al-Qassam , rapidement tué par les Britanniques. Au début de , le Royaume-Uni abandonne, sous la pression sioniste, un projet d'assemblée législative représentant toute la population de Palestine, et dans laquelle les Arabes auraient forcément été majoritaires. Cet abandon et les événements de Galilée provoquent en avril une grève générale qui dure six mois et qui s'accompagne d'actions de guérilla contre les forces britanniques, mais aussi de violences contre les civils juifs.

Mais celle-ci, mal organisée, reste cependant peu centralisée. La violence vise les Britanniques assassinat du gouverneur de Galilée en septembre , les Juifs morts entre et et même des Arabes modérés. Même des modérés sont touchés, et la société arabe palestinienne sort durablement affaiblie de cette épreuve de force. La Haganah a soutenu les troupes britanniques, parfois dans une coopération étroite, et sort renforcée des événements.

Cependant, les Britanniques sont conscients que la solution ne peut être exclusivement militaire, d'autant que le nationalisme arabe grandit au Moyen-Orient et se sent solidaire des Arabes de Palestine. L' empire britannique a donc un intérêt, et pas seulement pour la Palestine , à trouver une solution acceptable par tous. De part et d'autre, de grosses réserves surgissent. Le manque d'enthousiasme de tous fera finalement échouer le projet novembre Mais le gouvernement britannique continue à chercher une solution.

Il s'agit d'un revirement en profondeur de la politique menée depuis consistant à appuyer le mouvement sioniste pour contrôler cette partie du Moyen-Orient. Manifestement, le gouvernement britannique est arrivé à la conclusion que cette politique crée plus de problèmes qu'elle n'en résout, et il se rapproche ainsi des nationalistes arabes. La Grande Révolte arabe parvient ainsi à provoquer la rupture entre le sionisme et le pouvoir britannique.

Les relations resteront dès lors tendues jusqu'à l'indépendance d' Israël , qui sera obtenue par une politique de confrontation avec l'empire britannique, et non plus par une politique de coopération.

Après les émeutes arabes de , un débat est apparu au sein de la Haganah et de sa direction politique l'Agence juive: La Haganah Beth puis Haganah nationale n'est pas une organisation de droite, même si les révisionnistes y sont nombreux.

Elle aura en pratique une activité assez faible. Après le déclenchement de la Grande Révolte arabe, certains de membres de l'organisation y compris le fondateur Avraham Tehomi , plutôt à gauche, décidèrent de rejoindre la Haganah pour former un front commun contre les Arabes.

Après le départ des militants de gauche, l'Irgoun est maintenant clairement l'organisation armée du parti révisionniste, même si elle est en pratique quasiment indépendante. Jabotinsky que les Britanniques ont expulsé de Palestine est reconnu comme responsable suprême. Mais il n'exerce pas de responsabilités opérationnelles.

L'Irgoun se spécialise dans des opérations de représailles contre les militants arabes, mais aussi de plus en plus contre des civils arabes pris au hasard. Elle utilise en pratique des méthodes similaires à celles des groupes armés arabes, qui ciblent aussi les civils juifs, ce qui lui vaut les critiques des instances officielles du Yichouv et le classement par les Britanniques comme organisation terroriste.

On estime qu'environ à civils arabes seront tués dans des opérations de l'Irgoun pendant cette période. Une des plus grandes campagnes de l'Irgoun est menée en , après l'exécution par les Britanniques d'un membre de l'Irgoun Ben Yosef.

Le bilan des représailles est lourd [ 44 ]:. En terme sécuritaire, on note que la campagne d'attentats de a augmenté les représailles arabes, et le nombre de Juifs tués pendant cette période augmente spectaculairement: Le bilan politique de ces actions semble finalement plutôt négatif.

L'utilisation de la violence contre les civils arabes est largement condamnée par le Yichouv, et isole la droite nationaliste, l'Irgoun et Jabotinsky. La Seconde Guerre mondiale commence en septembre , et se termine avec la défaite de l' Allemagne nazie en mai et du Japon en août À compter de et plus encore de , l'Allemagne nazie s'empare de vastes territoires peuplés de millions de Juifs.

À partir de commence un génocide qui verra la mort de 5 à 6 millions de Juifs [ 46 ]. La Grande Révolte arabe avait décapité le mouvement nationaliste arabe en Palestine, et contraint le Mufti à l'exil. Privé de sa base palestinienne, il se cherche des alliés.

Réfugié en Allemagne nazie, il va lancer des appels sans grand succès aux musulmans du Moyen-Orient pour que ceux-ci se rallient à l'Allemagne contre l'occupant britannique. Elle ne bouge pas. L'Irgoun conclut un accord avec les Britanniques pour participer à des actions offensives, en particulier dans le domaine du sabotage, et son chef David Ratziel sera tué au combat en Jabotinsky a approuvé l'accord. Il meurt d'une crise cardiaque aux É.

Avec lui disparaît le chef charismatique de la droite nationaliste sioniste. Le choix de la direction de l'Irgoun ne fait pas l'unanimité. Le Stern est finalement démantelé fin - début , et entre en sommeil.

Les responsables sont morts Stern ou en prison Shamir. Le Yichouv dans son ensemble approuve le choix de l' Irgoun et de l' Agence juive de participer à l'effort de guerre contre l' Allemagne nazi. Et ce, tant par solidarité avec les Juifs européens que par peur d'une arrivée des troupes nazies en Palestine en cas de victoire de l'Allemagne.

De nombreux Juifs du Yichouv vont donc s'engager dans les troupes britanniques. Mais dans le même temps, l'inquiétude sur le projet britannique d'un État palestinien à majorité arabe continue à mobiliser fortement les dirigeants sionistes. Ceux-ci regardent de plus en plus vers les États-Unis, et durcissent le ton vis-à-vis des Britanniques. En , lors du congrès sioniste de Biltmore, aux États-Unis , le mouvement sioniste annonce officiellement qu'il revendique un État juif sur l'ensemble de la Palestine.

Les Arabes y seraient citoyens, mais minoritaires grâce à une immigration juive de masse. À compter de , les dirigeants emprisonnés du Lehi s'évadent et réorganisent le groupe. Celui-ci regroupe dorénavant diverses factions ultra-nationalistes partisanes de la lutte armée.

Le groupe reprend rapidement ses actions anti-britanniques, mais est largement condamné par le Yichouv. Les deux jeunes militants cananéens qui ont commis l'attentat sont condamnés à mort et exécutés par la justice égyptienne. Il reprend à son tour les actions armées à l'encontre des Britanniques.

L'Irgoun a aussi un nouveau chef depuis Menahem Begin , venu de Pologne. Après la mort de Vladimir Jabotinsky en , il s'est imposé progressivement comme le leader naturel de la droite nationaliste.

Après la défaite de l'Allemagne nazie, deux questions deviennent prioritaires pour le mouvement sioniste:.

L'exécutif sioniste entre dans l'affrontement avec les Britanniques entre et Il utilise aussi la Haganah , mais il privilégie l'action légale manifestations, grèves , et limite ses actions armées à des sabotages qui se veulent non meurtriers. Mais globalement, le caractère sanglant de leurs actions est condamné.

Dans le même temps, des contacts politiques se maintiennent. En , le Royaume-Uni décide de remettre le mandat qu'il tenait de la SDN aux Nations unies, qui en sont le successeur. Il semble que le gouvernement britannique espérait obtenir un plus grand soutien international pour son rôle en Palestine, mais l' ONU décide de mettre fin au mandat.

Jérusalem devient une zone internationale. Les Arabes palestiniens ont globalement refusé le partage il y a des exceptions, en particulier chez les communistes. Les Juifs l'ont globalement accepté sauf l'Irgoun et le Stern, ceux-ci continuant même à revendiquer la Transjordanie. Le plan est voté en novembre grâce à la conjonction entre un soutien attendu des occidentaux et le soutien plus surprenant de l' Union soviétique. Staline a toujours montré une grande hostilité au sionisme, voire aux Juifs.

Mais il estime que ce projet chassera les Britanniques hors de Palestine. De plus, il existe des factions pro-soviétiques au sein de la gauche sioniste qui est à l'époque dominante. Après le partage, une période de 6 mois s'étend jusqu'au retrait britannique, en mai Pendant cette période, les Britanniques sont censés maintenir l'ordre, mais ils se cantonnent en fait dans une neutralité passive.

Dès le vote du partage par l' ONU novembre , des incidents se produisent, qui se transforment vite en guerre civile.

Les Arabes attaquent les Juifs. La Haganah se maintient au départ dans une attitude défensive, mais le Stern et l'Irgoun, qui avaient cessé les attaques anti-arabes depuis , reprennent les attentats contre les civils, sans obtenir de résultat politique ou militaire notable.

L' Organisation sioniste mondiale est créée en sous l'impulsion de Theodor Herzl. La Palestine est alors placée sous mandat britannique: Voir aussi le chapitre de Histoire du sionisme: Pour , Henry Laurens , cite 66 Juifs en Palestine [ 22 ] et Nadine Picaudou indique 55 Juifs sur le territoire palestinien [ 23 ]. Cet antisémitisme culminera avec la Shoah. Pendant cette période, l' Agence juive favorise l'immigration juive par tous les moyens: Dès la seconde moitié des années , après les restrictions sur les certificats d'immigration délivrés par les Britanniques, elle organise l'immigration clandestine.

Durant la même période, la conscience nationaliste palestinienne se développe et la population arabe de Palestine s'oppose au sionisme, à l'immigration juive et au mandat britannique, parfois dans la violence. Elle doit alors faire face à la résurgence d'une lutte armée et à l'activisme d'organisations sionistes. À travers le Mouvement de Rébellion hébraïque , l' Irgoun ira jusqu'à mener des actions de sabotage et terroristes comme l' attentat de l'hôtel King David faisant 91 victimes et détruisant de nombreux documents d'enquête britanniques sur le conflit.

Les Britanniques décident en février de remettre leur mandat à l' Organisation des Nations unies. Le plan est accueilli avec allégresse par l'Agence juive et le Yichouv mais il est rejeté par les Arabes palestiniens, par les États arabes et par les factions sionistes de droite.

Les Britanniques, qui se sont abstenus lors du vote, annoncent qu'ils ne collaboreront pas à sa mise en place. Dès le lendemain, la violence débute, opposant les forces paramilitaires de chaque camp et faisant de nombreuses victimes civiles. L'État d'Israël est proclamé le 14 mai , dernier jour du mandat. La Ligue arabe déclare l'état de guerre [ 25 ] , [ 26 ] et la Transjordanie , l' Égypte , la Syrie et l' Irak prennent part au conflit.

La guerre entraîne un bouleversement démographique: La majorité s'installent en Israël. L'objectif principal du sionisme, la création d'un État juif, Israël , est réalisé et le pays entre à l'ONU la même année. Fin des années , elle voit l'afflux de nombreux Russes qui forment aujourd'hui la plus grande communauté du pays. C'est le pays qui compte le plus de Juifs au monde. Après la guerre de , un débat éclot sur le devenir des territoires occupés après la guerre de par Israël: Tous ont en commun la volonté de créer un État juif.

Mais ils se sont historiquement divisés sur trois questions fondamentales:. À l'époque actuelle, ces différentes thématiques se regroupent en trois grands ensembles au sein de la société israélienne:.

Ces deux partis ont été créés avant la Première Guerre mondiale. Le premier se réclame du marxisme , et le second du socialisme populiste russe, avec une forte influence anarchiste.

Avant , ils ont même envisagé un État mixte judéo-arabe. Ce sont l' Achdut Ha'avoda issu du Poale Sion et le Hapoel Hatzaïr , qui donneront naissance en au parti socialiste Mapaï , renommé ensuite parti travailliste.

Le premier se réclame du marxisme, et le second du socialisme populiste russe. Les deux partis d'extrême gauche précédemment cités sont leurs dissidences respectives. Révolutionnaires à leurs origines, ils évoluent après la Première Guerre mondiale vers le réformisme.

Ils veulent une société social-démocrate. Cette souplesse même a entraîné des évolutions et des débats internes importants sur les questions territoriales:. Le dirigeant le plus connu de la gauche réformiste est David Ben Gourion.

On peut aussi citer Shimon Peres ou Yitzhak Rabin. Ce sont surtout les Sionistes généraux. Theodor Herzl en était proche. Ils ne s'organisent comme parti qu'en Les sionistes généraux seront le second groupe fondateur en importance électorale du Likoud , en Ils sont partisans du libéralisme économique. Ce sera le principal groupe fondateur du Likoud, en Le dirigeant historique est Vladimir Jabotinsky , auquel succédera Menahem Begin.

Les révisionnistes sont partisans du libéralisme économique. Cette dernière thématique a été progressivement abandonnée. Depuis la fin des années , ce courant a dû faire face à la croissance démographique arabe et au soulèvement palestinien Intifada. Les plus modérés se sont ralliés au parti Kadima fin , derrière Ariel Sharon et Ehoud Olmert , les plus nationalistes sont restés au Likoud derrière Benyamin Netanyahou. Ils acceptent cependant la démocratie. Sur le plan nationaliste, ils ont longtemps été modérés.

Mais après la victoire de occupation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza , ils ont durci leur position, surtout après On ne peut donc y renoncer. Ils sont particulièrement actifs dans les colonies israéliennes. Il s'agit de donner certaines parties du territoire israélien dans ses frontières de aux Palestiniens: Lieberman a même proposé de quitter certains quartiers arabes de Jérusalem, pour des raisons démographiques.

Cette position est donc proche de celle d' Ariel Sharon et du parti Kadima , mais en plus affirmée: Cette position est en totale rupture avec l'histoire politique de la droite sioniste. Mais preuve de l'évolution de l'extrême-droite, les élections de mars ont apporté onze sièges sur à Israël Beiteinu , soit plus que les neuf sièges de l' Union nationale qui regroupe l'extrême droite religieuse et laïque.

Imsges: rencontre sioniste

rencontre sioniste

Fin des années , elle voit l'afflux de nombreux Russes qui forment aujourd'hui la plus grande communauté du pays. How could this be? Cependant, jusqu'en , le Royaume-Uni continuera à autoriser une large immigration juive.

rencontre sioniste

Imperial financing in Palestine", Journal of Israeli History: Par extension, la Torah désigne sous ce nom la population supposée descendre d'Israël, désignée fréquemment comme Bnei Yisrael: À ce titre, il entend en faire une langue moderne.

rencontre sioniste

Toutefois, avec le temps, des rabbins orthodoxes développe une interprétation s'opposant en pratique à la recréation d'un royaume juif, seul le Messie pouvant le recréer [ rencontre sioniste ]. Bien qu'on se trouve ici dans la partie consacrée aux partis politiques sionistes, les libéraux ne formeront un vrai parti qu'en Lors du sites de rencontres gratuites pour seniors congrès, enle lancement de la Banque coloniale juive est décidé. Rencontre sioniste que les Britanniques ont expulsé de Palestine est reconnu rencontre sioniste responsable suprême. Le dirigeant le plus connu de la gauche réformiste est David Ben Gourion.