Droit du mariage dans la tradition musulmane — Wikipédia

En mémoire de mon ami

rencontrer un homme musulman pour mariage

Il prohibe aussi le prêt à intérêt , interdisant aussi bien le fait de prêter que d'obtenir un tel prêt. Le texte coranique est la première source juridique sur laquelle se base le droit islamique [ 8 ]. Plusieurs écoles d'interprétation de la foi madhhab sont apparues selon les conceptions religieuses des penseurs musulmans. Au terme de cette consultation, le mufti émet une fatwa. Des efforts de modernisation ont été faits, dans certains pays Turquie , Égypte , Tunisie , etc. Parlez nous de vos envies, votre conseiller voyages effectuera des recherches et vous proposera les meilleures offres adaptées à vos rêves de vacances. Contrairement aux sources révélées que sont le Coran et la Sunna, il s'agit ici d'utiliser le raisonnement humain afin de comprendre la loi divine.

Les 5 Règles d'Or de nos Agences

Only alpha, numbers, hyphens, aphostrophes allowed. Une jurisprudence diverse s'est développé selon les régions, en fonction de quatre écoles juridiques madhhab principales pour le sunnisme , et deux autres pour le chiisme. La jurisprudence de ces tribunaux-là pouvait s'écarter nettement des règles du droit musulman [ 4 ]. Les hommes comme les femmes ont la possibilité de divorcer en islam. Selon la science du droit musulman, le système juridique du droit musulman est indépendant de tout autre système juridique. S'ils sont liés, le domaine juridique est cependant ainsi distingué de la vérité éthique et théologique [ 27 ] , [ 28 ]. Avec l' expansion de l'islam , qui s'étend bientôt de l'Espagne jusqu'à la Chine, le consensus entre les juristes devient difficile à obtenir, en l'absence d'autorité centrale [ 13 ].

Les pays arabes ont adopté dans leurs lois cette norme, à l'exception de la Tunisie. En Égypte , le code de Qadri Pacha dit: Une norme similaire se retrouve dans les codes de la famille du monde arabe. Ainsi, si un musulman répudie une chrétienne, et que cette dernière épouse un chrétien qui divorce à son tour, la femme ne devient pas pour autant licite au premier.

D'autre part, le deuxième mariage doit être valide pour que le mariage suivant le soit. Le mari, cependant, parvient à détourner cette norme en se mettant d'accord avec quelqu'un halal pour qu'il épouse sa femme et divorce sans consommer le mariage. Mahomet a maudit les deux. Le calife Omar disait: Les juristes classiques sont partagés sur la validité de ce mariage et du remariage.

Dans un cas pareil, l'intention du second mari Etays el musta'ar est forcément de répudier la femme au lendemain de son mariage soit parce que le mari de celle-ci s'est entendu avec lui soit c'est la femme ou un membre de sa famille s'est mis d'accord avec ce faux mari, dans les deux cas aucun imam ni aucun savant ou théologien ne peut dire que le mariage est valide même en l'absence de la connaissance des intentions de l'une des trois parties.

Les hanbalites sont très exigeants. Pour que le mari puisse reprendre sa femme, il faut que cette dernière ait épousé un homme qui veut la prendre comme épouse, et non pas pour la rendre licite à son ex-mari. Ce mariage consiste en un mariage qui a pour condition, entre autres, plusieurs témoins et un contrat.

L'époux ne doit pas toutes les obligations [non neutre] [Lesquelles? Il est originaire d' Égypte [réf. Le Nikâh al Misyar de l' arabe misyar , voyageur est une tradition de mariage sunnite contestée par la minorité chiite.

S'il est reconnu par de nombreux oulémas , il est contesté par les chiites qui le considèrent comme une bidah et par certains sunnites [Qui? Il permet aussi de cacher la prostitution. C'est un montage juridique basé sur le contrat de mariage islamique usuel, dans lequel la femme renonce à un certain nombre de droits tels que la cohabitation, le partage égal des nuitées du mari entre épouses, le domicile, l'entretien financier, etc.

Le mari peut voir sa femme à sa convenance et, selon certains [Qui? Ce type de mariage est en expansion dans des pays comme l' Arabie saoudite , le Koweït , les Émirats arabes unis , l' Égypte , etc.

Le Coran en fait mention dans la Sourate 4 verset Dans ce mariage, plusieurs règles sont à considérer, par exemple, si la fille n'est pas mariée, elle peut se marier temporairement avec l'accord de son père. Selon la tradition sunnite, le mut'a a été abrogé par Ali: Les religieux duodécimains réfutent cette décision d'interdiction considérant qu'elle est inspirée d'un faux hadith. Mohamed Tahar Ben Achour défendrait le point de vue du faux hadith [réf.

On distingue le mariage nul nikâh bâtil du mariage irrégulier nikâh fâsid [ 13 ]. Les mariages entachés de vices du consentement entrent dans cette dernière catégorie [ 13 ]. L'erreur sur la personne physique n'est prise en compte que s'il s'agit de défauts cités par la loi; l'erreur sur les qualités morales de la personne n'est prise en compte que lorsque celles-ci ont été citées dans le contrat de mariage [ 13 ].

Les hommes comme les femmes ont la possibilité de divorcer en islam. L'islam connaît la répudiation des femmes par les hommes mais aussi, si les conditions requises sont remplies, le divorce demandé par la femme.

Le mariage n'est pas considéré comme un sacrement, mais comme un contrat conclu entre deux personnes consentantes; le divorce est donc rupture du contrat.

En général, ce contrat doit nécessairement avoir comme objectif, au moment de sa conclusion, de durer de façon indéfinie à l'exception du mut'a pour certains chiites. Le divorce, s'il est une chose possible, ne doit se produire qu'en dernier recours. Mahomet a ainsi voulu préserver le mariage en instaurant la nécessité de réitérer, par trois fois successives et non simultanées , la formule de répudiation qui met fin à la vie commune et fait entrer la femme en 'idda , période de retraite ou de continence, ou délai de viduité qui permet notamment d'éviter, au cas où la femme enfante, qu'on attribue cet enfant à un autre homme qu'au mari [ 14 ].

Pour les chiites, cette répudiation doit se faire devant deux témoins musulmans de la famille du couple. En outre, afin de préserver la femme contre des abus fréquents dans les temps pré-islamiques, le Prophète a ajouté que la troisième répudiation rendait celle-ci définitive, empêchant le mari de maintenir sa femme dans un état intermédiaire. Il y a ainsi deux répudiations, dites révocables radj'î , suivie d'une troisième, irrévocable bâ'in.

Toutefois, les populations contemporaines de Mahomet s'étant opposé à cette nécessité de réitérer la répudiation, l'usage a progressivement été admis d'une répudiation unique, en utilisant la triple formule simultanée. Cette jurisprudence a été entérinée dans tous les pays musulmans, bien que cette pratique coutumière soit, à la lettre, contraire au Coran et aux hâdith [ 15 ]. Les juristes n'y ont pas vu une règle d' idjmâ consensus savant , mais une bid'a innovation blamable , tout en l'acceptant [ 15 ].

De même, les cadis , s'ils déploraient cette pratique coutumière, l'ont entériné [ 15 ]. À la troisième répudiation, l'homme ne peut plus revivre avec sa femme. Selon le Coran, il ne peut la ré-épouser que si celle-ci a entre temps ré-épousé un autre homme, puis divorcé. À cette norme, la jurisprudence a ajouté l'obligation de consommer le mariage effectué dans l'intermède [ 16 ]. Ainsi, selon Joseph Schacht: L'appel aux coutumes, aux conventions et aux règlements du souverain ont permis d'adapter le droit musulman par des procédures externes au droit religieux strictement dit [ 4 ].

La charia classe en effet les actions humaines en cinq catégories [ 4 ]. Dès lors, les coutumes et les conventions privées permettent d'adapter le droit: La jurisprudence a pu ainsi conférer à l'époque le pouvoir de se répudier elle-même en fonction du contrat de mariage la Syrie a ainsi modifié considérablement les règles du mariage [ 4 ] ; de même, on a appliqué à Java le système de la coutume pour écarter le régime matrimonial de séparation des biens prévu par le Coran [ 4 ].

Outre la coutume et la convention, les juristes font aussi appel aux stratagèmes juridiques hiyâl et à des fictions pour écarter des règles archaïques ou non adaptées [ 4 ] , [ 17 ]. Diverses procédures permettent ainsi de décourager la polygamie et la répudiation de la femme par le mari en accordant par exemple de lourds dommages et intérêts à la femme [ 4 ] , ou de contourner l'interdiction du prêt à intérêt, du louage de terres ou de l'assurance [ 4 ].

Les règlements du souverain ont aussi une influence importante. Plusieurs écoles d'interprétation de la foi madhhab sont apparues selon les conceptions religieuses des penseurs musulmans. Aux premiers temps de l' islam , les plus importantes étaient celles de Kufa , Médine , Bassorah et La Mecque. Par compétition, ces écoles ont peu à peu laissé place à certains courants de pensée inspirés par un grand juriste et son école et ne sont plus cantonnées à un emplacement géographique.

On dénombre de nos jours plusieurs courants s'inspirant des écoles majeures, et autant de déclinaisons de la charia , ou loi musulmane. Il en existe quatre majeures pour le sunnisme et deux pour le chiisme. De fait elles rejettent les autres y compris les écoles chiites. Le motif profond de cette décision résulte dans la volonté de conserver un droit à vocation universel, conformément à une religion elle-même universelle [ 4 ].

Cette stabilisation de la science du droit s'est accentué avec la prise de Bagdad par les Mongols en et la fin du califat abbasside [ 4 ]. Certains juristes contemporains veulent aujourd'hui rouvrir cette porte, mais cela risquerait d'hypothéquer l'unité de la doctrine du droit musulman, en raison de la grande diversité des pays où celle-ci peut avoir une influence [ 4 ]. Aussi, on préfère en général adapter le droit en utilisant d'autres procédés, extérieurs au droit musulman lui-même, tels la coutume, la convention et les règlements du souverain [ 4 ].

Il existe par ailleurs deux écoles chiites principales, ainsi que l' ibadisme présent aujourd'hui à Oman , à Djerba en Tunisie, à Mzab en Algérie, etc.

Plusieurs points de divergences séparent ces écoles, bien que parmi les écoles sunnites, il y a consensus autour des principes généraux [ 19 ]. Il y a désaccord, par exemple, à propos de la différence de traitement des versets du Coran abrogeants et abrogés, la pondération relative des diverses sources de savoir, ou, de façon importante, sur l'application de la sharia. Les quatre rites sunnites admettent l' idjmâ' accord ou consensus en tant que source du droit ; le malékisme reconnaît l' idjmâ' des Compagnons et des Suivants de Médine , ville du Prophète, alors que le hanbalisme ne reconnaît que celui des Compagnons [ 20 ].

De plus, les juristes peuvent changer d'école [ 4 ] , et peuvent aussi, pour un cas donné, emprunter à une école rivale [ 4 ]. Le souverain peut aussi prescrire aux juges d'appliquer des règles provenant d'une autre école que celle qui est majoritaire dans le pays [ 4 ]. Certaines tentatives de rapprochement et de synthèse entre ces écoles ont été faites [ 4 ] , tandis que la codification effectuée par les législateurs utilise souvent une méthode éclectique faisant appel à toutes les écoles [ 4 ].

Selon la science du droit musulman, le système juridique du droit musulman est indépendant de tout autre système juridique. Toute ressemblance, sur des points précis, avec d'autres systèmes juridiques, est théoriquement considérée comme ne formant que des coïncidences. Le droit musulman couvre l'ensemble des domaines du droit, bien qu'il ait été souvent réduit, depuis la colonisation européenne , au droit des personnes droit de la famille en particulier, disputes de terrain et au droit pénal , lequel est lui aussi tombé en désuétude.

Ce secteur comprend les obligations religieuses proprement dites, en particulier les règles régissant la prière ou la nourriture. Le statut personnel musulman est appliqué d'une façon ou d'une autre dans 52 États à majorité musulmane [ 23 ]. Il régit particulièrement le mariage , le divorce ,la filiation et l' héritage. Il se distingue d'autres formes de droit par l'importance qu'il apporte à la filiation paternelle, socle de la famille, elle-même considérée comme fondement de la société.

C'est dans cette optique que l'islam prohibe l' adoption , a laquelle il substitue la kafala , mesure de recueil légal qui n'altère pas la filiation de l'enfant. L'adoption au sens strict existe toutefois en Turquie , en Tunisie et en Indonésie [ 24 ] , [ 25 ]. Par rapport à la période préislamique dite jahiliya en arabe , dominée par le patriarcat , les prescriptions du Coran ont rééquilibré les rapports hommes-femmes , en accordant notamment à la femme mariée une personnalité juridique distincte et séparée, et en la dotant d'un patrimoine propre qu'elle est libre d'administrer il n'y a pas de communauté de biens, mêmes meubles , dans le mariage musulman [ 26 ].

Dans la période préislamique, au décès de son mari, la femme passait à son héritier le plus proche, qui pouvait se marier avec elle ou la marier avec un autre Coran , IV [ 26 ].

En Algérie , c'est le Code de la famille de , récemment réformé, qui est en vigueur. Les Codes civils de l'Égypte , de la Syrie , de l' Irak et de l' Algérie exigent des juges qu'ils comblent les lacunes de la loi en se référant aux principes du droit musulman [ 4 ]. Tout d'abord en interdisant les activités commerciales fondées sur des activités interdites par d'autres branches du droit musulman: Il prohibe aussi le prêt à intérêt , interdisant aussi bien le fait de prêter que d'obtenir un tel prêt.

Toutefois, de nombreuses méthodes mettent à profit d'autres obligations pour construire un système financier viable. Il est par exemple permis de prêter de l'argent contre rémunération si celui-ci sera employé pour l'établissement d'une entreprise au sens large.

Si la Libye a réintroduit plusieurs peines issus de la shariah en , et , de même que le Pakistan en avril sous la direction du général Zia-ul-Haq , l'application de ces peines est restée très limitée dans ce dernier pays [ 6 ].

La procédure juridique du cadi était fondée principalement sur l' aveu , le flagrant délit et les témoignages , et ce dès le départ. La vérité juridique peut ainsi entrer en conflit avec la vérité religieuse: S'ils sont liés, le domaine juridique est cependant ainsi distingué de la vérité éthique et théologique [ 27 ] , [ 28 ].

Il n'existe pas d'avocats dans le système du droit musulman, pas plus qu'il n'existe de procureur. Certains juristes l'ont admises par la suite, au moment où les rôles politiques et administratifs des cadis augmentaient [ 28 ].

Les califes de Bagdad s'en servent pour nommer et destituer les juges des provinces et contrôler leur jurisprudence [ 28 ]. Tandis que les Abbassides vont favoriser tour à tour telle école juridique madhhab , les Mamelouks vont accorder à chacune un poste de qadi al-qudat afin de souligner leur égalité [ 28 ]. D'autres organisations juridictionnelles ont cependant existé, de façon concurrente, par exemple celles du chef de la police le sahib as-sulta , en tant que wali al-djara'im ou responsable de la lutte contre les crimes , des autorités de marché le muhtasib , des mazalim instances d'appel contre les décisions de l'administration ou des militaires, exercée par le prince ou ses délégués , etc.

Le mufti, ou mollah pour les chiites, est une personne connaissant le droit musulman à qui le requérant personne physique ou morale demande de rendre un avis sur un problème juridique ou pratique, une demande de conformités aux préceptes du droit musulman. Il s'agit d'un jurisconsulte.

Au terme de cette consultation, le mufti émet une fatwa. Le premier mufti est Dieu Allah , parlant par l'intermédiaire de Mahomet. À la disparition de celui-ci, la fonction de mufti est endossée par les califes, puis par des personnes spécialisées oulémas et muftis.

Imsges: rencontrer un homme musulman pour mariage

rencontrer un homme musulman pour mariage

Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements Développeurs Déclaration sur les témoins cookies Version mobile. Les califes de Bagdad s'en servent pour nommer et destituer les juges des provinces et contrôler leur jurisprudence [ 28 ].

rencontrer un homme musulman pour mariage

L'époux ne doit pas toutes les obligations [non neutre] [Lesquelles? En l'absence de mufti pour le conseiller, un musulman ne sera en théorie pas tenu responsable de ses actions s'il commet une erreur, quoi qu'il ferait: Voir la page Mabrouka -

rencontrer un homme musulman pour mariage

La coutume 'urf et la loi rencontrer un homme musulman pour mariage sont pas officiellement sources de droit, mais ont permis d'adapter le droit d'origine religieuse à la diversité des pays et des cas. En principe, le droit musulman ne s'applique qu'aux musulmans. La République islamique d'Iran fait hlmme, depuisd'exception, avec l'institution des tribunaux civils spéciaux et des tribunaux révolutionnaires [ 4 ]. Composant site de rencontre joomla a number musulmman sponsored initiatives to identify innovations with measurable results to suit unique needs of individuals and campuses, these include: La femme a cinq obligations [ 7 ]:.