Matelem - Espace enseignant

Empire romain

rencontres romaines programme

Crise du troisième siècle. Sans désigner de successeur, l'empereur défunt favorise la montée de Caligula , fils de Germanicus , et de Tiberius Gemellus , son petit-fils [ m 24 ] , [ p 27 ]. Mais il doit faire face à de nombreuses usurpations, celle de Macrien et de Quiétus en Orient, de Régalien en Pannonie et de Postume en Gaule qui proclame l' Empire des Gaules. La guerre finale éclate en , à l'instigation de Constantin.

Menu de navigation

Ils doivent faire face aux incursions des Alamans et des Francs en Gaule et à l'offensive du souverain sassanide Sapor en Syrie. Il étend la citoyenneté romaine à beaucoup de provinces, dont la Gaule où il est né [ m 26 ] , [ p 34 ]. Il revêt le consulat pour la sixième fois, avec Vipsanius Agrippa , cette magistrature étant de nouveau légalement partagée [ p 1 ] , et sera renouvelé dans cette fonction jusqu'en 23 av. Les honestiores des provinces d'Occident et les dirigeants des peuples barbares voisins, acquièrent eux aussi la nobilitas qui les incorpore aux couches les plus élevées. C'est pourtant cette politique défensive et attentiste qui annonce les difficultés financières et militaires de l'Empire romain. Rapidement, ceux-ci obtiennent le ralliement de nombreux gouverneurs et de nobles, à l'instar de Timésithée , mais surtout du Sénat. Dioclétien établit la Tétrarchie.

Tibère, sur ordre d'Auguste, avait adopté son neveu Germanicus , jeune et populaire, contrairement à l'empereur [ m 23 ] , [ p 28 ]. Sa mort, suspecte, prive l'Empire d'un appui solide et Tibère d'un successeur possible [ m 23 ] , [ p 29 ].

Son principat est entaché par une impopularité croissante [ m 23 ] , [ p 29 ] , due à la préfecture de Séjan — pendant laquelle les procès [ m 23 ] , [ p 29 ] et les meurtres se multiplient, dont celui de Drusus [ p 29 ] , fils et successeur de Tibère —, à son caractère — il se renferme sur lui-même et ignore son impopularité croissante — et à son éloignement de Rome à la suite de la perte de son fils — à Capri où les rumeurs lui prêtent toute sorte de débauches [ m 24 ] , [ p 29 ].

Séjan élimine un à un tous ses rivaux potentiels à l'Empire, instaure dans Rome un climat de terreur, diminue les pouvoirs du Sénat mais le préfet du prétoire tombe à son tour, accusé par l'empereur de trahison [ m 24 ] , [ p 27 ]. L'empereur ne retourne cependant plus dans la capitale où il est haï jusqu'à sa mort en 37 , bien qu'il continue de mener l'Empire d'une main ferme et responsable [ p 27 ].

Sans désigner de successeur, l'empereur défunt favorise la montée de Caligula , fils de Germanicus , et de Tiberius Gemellus , son petit-fils [ m 24 ] , [ p 27 ]. Caligula est le seul à se présenter pour prendre le pouvoir à l'annonce de la mort de Tibère [ m 24 ] , [ p 30 ].

Pendant six mois, les Romains peuvent se féliciter d'un empereur juste, utile et libéral, qui leur fait oublier la sinistre fin du règne de Tibère [ m 25 ] , [ p 30 ]. Il adopte tout d'abord Tiberius Gemellus , avant de le faire assassiner pour trahison [ m 25 ]. Cependant, une grave maladie fait changer dramatiquement Caligula, dont les troubles mentaux ressurgissent, qui devient un tyran [ p 31 ]. Les conspirations se multiplient, l'empereur vide les caisses de l'État par ses nombreuses extravagances et fait preuve d'une extrême cruauté, gouvernant en monarque oriental [ m 25 ] , [ p 32 ].

Une énième conspiration a raison de lui en 41 [ m 25 ] , [ p 33 ]. Le règne de Tibère , qui laisse un mauvais souvenir aux Romains, suivi par l'autorité tyrannique de Caligula , ainsi que la disparition du dernier représentant direct des Iulii , aurait pu mettre à mal le nouveau régime. Mais le principat est ancré dans les esprits, surtout après le long et heureux règne d' Auguste.

À sa mort, il n'y a déjà plus personne qui a vécu sous une République stable et prospère. Ainsi, le nouvel empereur se doit d'être un membre de la famille impériale, celle qui a été choisie et protégée par les dieux [ m 25 ] , [ p 33 ]. Ainsi, c'est Claude , jugé inapte par Tibère quelques années plus tôt, qui lui succède, choisi par la garde prétorienne , alors qu'il se terrait par crainte d'être lui aussi assassiné. Frère de Germanicus , il a toujours été épargné et laissé de côté, jugeant son physique ingrat, ses capacités à gouverner limitées, et n'ayant jamais occupé aucune charge importante, hormis un consulat.

Le Sénat s'empresse de valider le choix des prétoriens [ m 25 ] , [ p 33 ]. Malgré son manque d'expérience politique, Claude se montre un administrateur capable et un grand bâtisseur public. Son règne voit l'Empire s'agrandir: Il étend la citoyenneté romaine à beaucoup de provinces, dont la Gaule où il est né [ m 26 ] , [ p 34 ]. Mais c'est un empereur faible, et il meurt empoisonné à l'instigation d' Agrippine en 54 , après avoir, sur les conseils de celle-ci, adopté son fils Néron , qui lui succède en lieu et place de Britannicus , le fils de Claude, qui meurt peu de temps après lui, dans des conditions troublantes [ m 27 ] , [ p 35 ].

Néron accède au pouvoir grâce à sa mère qui a fait pression sur Claude pour faire de Néron son successeur et non Britannicus qui est le fils biologique de Claude. Les premières années du règne de Néron , très jeune empereur de 17 ans, sont connues comme des exemples de bonne administration. Le préfet du prétoire Burrus et Sénèque lui font appliquer une politique modérée et populaire. Après la mort de Britannicus en 55 , Néron écarte sa mère, trop entreprenante, des affaires avant de la faire assassiner en Durant les huit premières années de son règne, l'empereur mène une politique commune avec le Sénat , laissant à l'assemblée d'importants pouvoirs.

Mais ses deux mentors disparaissent: Burrus meurt en 62 et Sénèque se retire [ m 27 ] , [ p 36 ]. Néron fonde alors sa nouvelle politique sur l'exploit artistique, prenant part à des spectacles, chantant et jouant la comédie et de la lyre.

Les premiers procès politiques de son règne commencent pour lèse-majesté dès De nombreux scandales éclatent, ainsi que le grand incendie de Rome , qui détruit la plus grande partie de la ville pendant près d'une semaine. Mal entouré, il prend de mauvaises décisions, se voit accusé par une partie de la population de l'incendie, et se met à craindre son entourage et les exploits de certains généraux. Sa popularité, excellente jusque là, tombe en flèche, des conspirations naissent et échouent, telle la conjuration de Pison , et les exécutions se multiplient, Néron poussant même Sénèque au suicide [ m 27 ] , [ p 37 ].

Néron ordonne un dernier suicide, celui d'un excellent général, Corbulo , ce qui provoque la rébellion de plusieurs militaires, dont Galba soutenu par Othon. Ce dernier s'enfuit et se suicide [ m 28 ] , [ p 38 ]. Néron meurt jeune, à peine trente ans, et sans descendance.

Aucun membre de la lignée des Julio-Claudiens n'est apte à prendre le pouvoir, et son règne, désastreux, ternit définitivement l'image de sa famille, qui n'est plus bénie et protégée par les Dieux.

C'est la fin des Julio-Claudiens , et pour la première fois, un problème de succession se pose: À la mort de Néron , l'Empire connaît une première crise. Des généraux, Galba , Othon et Vitellius sont tour à tour nommés empereurs par leurs troupes puis assassinés en Pendant près de deux ans, la guerre civile affecte tout l'Empire qui vit dans l'incertitude en attendant la prise de pouvoir du plus fort. Durant cette crise, le Sénat , qui a vu son pouvoir décliner sous les derniers Julio-Claudiens , se trouve impuissant.

C'est la garde prétorienne et les armées provinciales qui font et défont les empereurs [ m 28 ]. Lorsque Vespasien est proclamé empereur, et qu'il met fin au court règne sanglant de Vitellius , la population et le Sénat, lasses d'une nouvelle guerre civile meurtrière, accepte que ce soit la victoire militaire qui décide l'empereur entre deux dynasties.

C'est signe de capacités militaires et stratégiques importantes et de la protection des Dieux [ m 29 ]. C'est finalement le chef de l'armée d'Orient, Vespasien , un Italien, qui devient empereur. Par une loi, il reçoit tous les pouvoirs qu'ont détenus les Julio-Claudiens.

Cependant, contrairement à ces derniers, il n'est pas patricien et descend d'une famille de simples notables italiens. Il fonde immédiatement une dynastie, mettant ses deux fils en avant: Ils sont tous deux considérés comme étant protégés des Dieux à l'instar de Vespasien, et la nouvelle famille régnante se légitime, donnant ainsi naissance à la dynastie des Flaviens [ m 29 ] , [ p 39 ].

Il rétablit l'ordre et la paix à Rome ainsi que dans les provinces révoltées. Pour asseoir son pouvoir, l'empereur va s'inspirer du modèle augustéen en reprenant les grands thèmes de son règne ainsi qu'en monopolisant les magistratures supérieures. Cependant, le Sénat reste sceptique concernant ses origines, bien qu'appréciant ses décisions politiques.

De plus, la famille impériale règne en maître absolu, bien que faisant preuve de bonne volonté et gouvernant avec sagesse. Une opposition se forme et Vespasien réorganise le Sénat à l'avantage des élites italienne, narbonnaise et hispanique, d'où proviendront d'ailleurs les Antonins [ p 40 ]. À l'échelle de l'Empire, il mène une politique entre continuité et innovation.

Tout comme ses prédécesseurs, il multiplie les dépenses publiques, notamment le Colisée qu'il entreprend, la reconstruction du Capitole et la création d'un nouveau forum à Rome. Il n'oublie pas les provinces où il prend de très nombreuses décisions. Il ne lésine pas sur l'entretien des frontières et fait bâtir de nouvelles voies romaines [ p 41 ]. D'autre part, il recourt à de véritables innovations dans le domaine financier.

Les biens de la dynastie julio-claudienne sont versés dans le domaine public, l'empereur ordonne de nombreux cens et cadastre pour lutter contre les fraudes et pour que chacun paie son dû. Le trésor, vidé par le règne de Néron et lors de la guerre civile, accumule à nouveau des fonds [ p 42 ].

Titus succède à son père sans heurt, tel que c'est prévu, lui qui a joué un grand rôle au côté de Vespasien. Jeune général compétent, il est mis en avant par son père, faisant quasiment office de coempereur, occupant le poste de préfet du prétoire pendant huit années et multipliant les consulats [ m 30 ] , [ p 43 ].

Lors de sa mort prématurée, il est salué comme l'un des meilleurs empereurs que Rome ait connu, bon et respectueux. Le deuxième fils de Vespasien devient alors à son tour empereur, alors que la succession de Titus n'est pas préparée. Il est reconnu sans problème par les prétoriens le soir même du décès de l'empereur, puis le Sénat , qui ne remettent pas en cause le caractère familial de la fonction impériale.

Domitien n'a pas été réellement écarté du pouvoir par son père et son frère pendant leurs règnes, mais il n'a pas un rôle majeur, bien qu'il soit membre de tous les collèges religieux et plusieurs fois consul [ m 30 ] , [ p 44 ]. Contrairement à ses deux prédécesseurs, il ne cache pas ses prétentions au despotisme. Au début du règne Domitien se montre libéral et juste.

Il est loué pour son sens de la justice, de la religion, et suit de près la politique initiée par Vespasien , faisant preuve d'une bonne administration de l'Empire [ p 45 ]. La conquête de la Bretagne par Agricola se poursuit avec brio et Domitien lance une offensive surprise contre le peuple germain du Rhin le plus puissant à l'époque, les Chattes , qu'il vainc.

La présence romaine en Bretagne et en Germanie est sérieusement renforcée. Il abandonne la politique augustéenne des états-clients et préfère l'annexion pure et simple [ p 46 ]. Mais très vite la situation se dégrade sur le Danube. Les Daces viennent de s'unir et Domitien intervient en personne avec la garde prétorienne pour les chasser. Finalement, après des revers de généraux romains, Domitien préfère traiter et fait la paix avec le roi dace, Décébale , qui devient un roi client et perçoit des subsides [ p 47 ].

Cependant le naturel inquiet de Domitien, sa tendance à voir des complots partout, sa violence et son autoritarisme assombrissent la fin de son règne. Il connaît une opposition inexpiable dès le début de son règne, et se met à dos les sénateurs, pourtant nommés en majorité par son père.

Cela le rend impitoyable, lui qui a toujours été écarté du pouvoir réel, ne supporte pas l'opposition, et les procès et les exécutions sommaires se multiplient, à l'instar de la fin de règne de Néron. Il est assassiné en 96 par une conspiration de palais [ p 48 ]. Après la pacification des provinces conquises, les citoyens romains et les soldats ayant fini leur service véterans s'installent dans les villes subjuguées et, bénéficiant de plusieurs privilèges en tant que citoyens romains, développent l'agriculture et le commerce.

Ainsi commença l'essor économique et culturel dans les provinces occidentales de l'empire [réf. Nerva donne naissance à la dynastie des Antonins. Cinq empereurs remarquables sur six choisissent, de leur vivant leur successeur car ils n'ont pas de fils, toutefois le choix se porte toujours sur de proches parents.

Les règnes de Trajan et de son successeur Hadrien correspondent à l'apogée de l'Empire romain. Nerva , 65 ans, le princeps senatus , qui a une carrière exemplaire et paraît l'antithèse de Domitien [ m 31 ]. La question de la succession demeure alors ouverte mais une guerre civile marquant la fin de la dynastie des Flaviens est évitée, contrairement à la fin de la dynastie Julio-claudienne.

Nerva, dont le pouvoir est fragilisé par les prétoriens et qui manque de renom militaire, adopte alors solennellement Trajan le 28 octobre 97 [ m 31 ]. Trajan est le premier empereur romain issu d'une famille établie dans une province, mais celle-ci est en fait originaire d' Italie et s'est installée en Bétique en tant que colons. Sa conquête de la Dacie enrichit considérablement l'Empire, la nouvelle province possédant plusieurs mines de métal de grande valeur.

En parallèle de cette politique expansionniste, Trajan mène de grands travaux de construction et engage une politique de mesures sociales d'une ampleur inédite. Il est surtout connu pour son vaste programme de construction publique qui a remodelé la ville de Rome et laissé plusieurs monuments durables tels que les thermes , le forum et les marchés de Trajan ainsi que la colonne Trajane.

L'empereur Hadrien s'attache à mener une politique plus défensive. Sous son règne, dans plusieurs régions frontières, en Afrique et en Bretagne notamment, des fortifications importantes se développent, souvent appelées limes. Par ailleurs Hadrien s'attèle à améliorer le fonctionnement de l'Empire. Dans la continuité d'un effort commencé par d'autres empereurs, il s'attache à favoriser l'intégration des provinciaux, notamment par la création de colonies honoraires: Le règne d' Antonin le Pieux n'est pas marqué de conquêtes, mais plutôt par une volonté de consolidation de l'état actuel.

C'est traditionnellement durant son règne qu'on considère que l'Empire romain est à son apogée, du fait de l'absence de guerre et de révolte majeure en province. C'est pourtant cette politique défensive et attentiste qui annonce les difficultés financières et militaires de l'Empire romain. Les conquêtes récentes par la dynastie des Julio-Claudiens affaiblissent et éparpillent les légions romaines autour du bassin méditerranéen. La dernière grande phase d'expansion se déroule entre et , pendant le règne de Trajan , avec l'ajout de la Dacie et celle très éphémère de Mésopotamie à l'Empire [réf.

Marc Aurèle et Lucius Verus succèdent à Antonin. Le second meurt au bout de 8 ans de règne, sans grand acte. Le premier est connu pour être un empereur-philosophe stoïcien. Il passe 15 ans sur le front du Danube à lutter contre les Barbares. L'Empire entre en effet dans une période bien moins propice: Marc Aurèle choisit son fils, Commode comme successeur. L'assassinat de celui-ci, qui s'est comporté en tyran durant une grande partie de son règne, met fin à la dynastie des Antonins.

Son assassinat en décembre ouvre une crise politique comme à la fin de la dynastie des Julio-Claudiens. La garde prétorienne assassine le nouvel empereur Pertinax et porte au pouvoir Didius Julianus.

C'est finalement le général de l'armée du Danube , l'Africain Septime Sévère qui prend le pouvoir. Il comble de bienfaits l'armée dont il augmente les effectifs et renforce le pouvoir impérial. Les prétoriens qui ont fait et défait tant d'empereurs sont recrutées parmi les légions du Danube fidèles à Septime Sévère. Il sauve un temps l'Empire de l'anarchie et entame d'importantes réformes politiques, militaires, économiques et sociales. Le brassage culturel qu'apporte l'Empire s'accroît, les religions venues d'Orient deviennent plus populaires dans l'Empire, en particulier le culte de Mithra parmi les militaires.

Cet aspect a parfois été exagéré par les historiens qui ont décrit les Sévères comme une dynastie orientale, jugement considérablement relativisé aujourd'hui. Il nomme ses deux fils Auguste mais à sa mort, Caracalla s'empresse de tuer son jeune frère Geta.

Il est connu pour avoir publié en , le célèbre édit qui porte son nom donnant à tous les hommes libres de l'Empire la citoyenneté romaine.

Il meurt assassiné sur le front parthe sur ordre du préfet du prétoire Macrin qui ne réussit à prendre sa place que peu de temps. Il nomme son propre fils Diaduménien César puis Auguste en , mais sont tous deux assassinés. Le cousin de Caracalla, Élagabal devient ensuite empereur mais tout occupé au culte du dieu du même nom il laisse le gouvernement à sa grand-mère, Julia Maesa.

Il est tué par les prétoriens et son cousin Sévère Alexandre lui succède pour un règne de 13 ans. Certaines causes extérieures à l'Empire peuvent l'expliquer.

Cet empire puissant, bien structuré et agressif fait peser une pression constante sur les provinces d'Asie. Au nord-est de l'Europe, les Germains orientaux qui vivent dans les régions de la mer Baltique entament une lente migration vers le Sud et le Sud-Est européen.

Ce faisant, ils chassent les autres tribus qui se trouvent sur les territoires qu'ils traversent. Celles-ci cherchent à trouver refuge dans l'Empire romain en espérant y trouver de nouvelles terres et un riche butin [ 5 ]. Leurs incursions mettent en évidence la faiblesse de la stratégie défensive romaine. En effet, les légions sont massées aux frontières et une fois qu'elles sont franchies, les barbares peuvent ravager les provinces sans pratiquement aucune entrave.

Le dispositif militaire romain, et l'organisation du pouvoir impérial sont aussi très peu adaptés à une guerre simultanée sur deux fronts, en Orient et sur l'ensemble Rhin - Danube. Les difficultés internes sont dues à l'éloignement de plus en plus grand des militaires prêts à imposer de lourds sacrifices aux civils pour protéger l'Empire des menaces d'invasions et de la classe possédante qui accepte difficilement l'accroissement de ses charges fiscales.

Sur le plan politique, cela se traduit par la montée de l'ordre équestre, titulaire des grandes préfectures et de plus en plus présente dans les provinces comme gouverneur à la place de la classe sénatoriale [ 6 ]. De plus à partir de , l'Empire romain est touché par des épidémies qui entraînent, au moins régionalement, une dépopulation et une crise économique dont souffrent principalement l'Occident déjà ravagé par les incursions germaniques. L'état le plus récent de la recherche relativise cependant le caractère général et continu de la crise.

Mais l'accent est désormais aussi mis sur la diversité des situations régionales, le maintien d'une prospérité en Afrique, sur l'existence de périodes de redressement ou sur les capacités de relèvement et de résistance, induisant plus une période de mutation qu'une crise et un déclin continus.

La période comprise entre et est assez mal connue. Seize empereurs se sont succédé, faits et défaits par le sort des armes. Les empereurs sont créés par un nouveau groupe, l'État-major de l'armée. Il choisit le nouvel empereur, qui est ensuite avalisé par le Sénat. Le rang impérial est devenu, aux yeux des militaires, le grade le plus élevé dans la hiérarchie des officiers.

Ainsi Maximin I er le Thrace est le premier militaire de carrière à devenir empereur par la volonté seule de ses soldats. Il déploie une grande énergie pour sécuriser la frontière face aux Daces et aux Sarmates. Il exige de la classe sénatoriale et des provinces de lourds impôts pour faire face aux dépenses militaires. Cette pression fiscale provoque la révolte des grands propriétaires de la province d'Afrique qui portent officieusement à la tête de l'Empire Gordien I er , lequel associe au pouvoir son fils Gordien II en Rapidement, ceux-ci obtiennent le ralliement de nombreux gouverneurs et de nobles, à l'instar de Timésithée , mais surtout du Sénat.

Ils sont battus par le gouverneur, resté loyal à Maximin, de la province voisine de Maurétanie. Maximin, ayant eu vent de l'appui accordé par le Sénat aux deux Gordiens, est tué devant Aquilée par les troupes de Pupien , choisi avec Balbin comme nouvel Auguste. En portant deux empereurs à la tête de l'État, les sénateurs cherchent à recréer les conditions de la République, où le rôle du Sénat était plus important et sur laquelle régnait deux Consuls aux pouvoirs égaux. Alors que l'Empire subit sur ses frontières septentrionales des pressions barbares, l'empereur sassanide du moment attaque entre et et à plusieurs reprises des villes et des camps romains basées en Mésopotamie, en Syrie et en Arménie.

En , Gordien III, accompagné de son beau-père préfet du prétoire et véritable décisionnaire des affaires de l'empire Timésithée , attaque l'Empire sassanide de Shapur Ier. Il périt des suites de ses blessures après la défaite de l'armée romaine marchant sur Ctesiphon. Timésithée étant lui aussi décédé de maladie , il est remplacé par Philippe l'Arabe qui remplace ensuite Gordien à la tête de l'empire. Contrairement aux dire de certains historiens, la thèse de l'assassinat de Gordien par Philippe celui-ci ayant remplacé le préfet du prétoire puis l'empereur, tous deux décédés à peu de temps d'intervalle est aujourd'hui le plus souvent écartée.

Philippe doit éliminer plusieurs concurrents avant d'être tué en affrontant Dèce. Dèce est le premier empereur tué par des barbares, lors de la lourde défaite d' Abrittus face aux Goths en Trébonien Galle et Émilien se succèdent à un rythme rapproché.

Ce dernier ne règne que quatre-vingt-huit jours. La légitimité impériale qui reposait sur la victoire est soumise à rude épreuve: Valérien règne associé à son fils Gallien. Celui-ci est le dernier aristocrate à parvenir à l'Empire [ 8 ]. Ils doivent faire face aux incursions des Alamans et des Francs en Gaule et à l'offensive du souverain sassanide Sapor en Syrie.

En , Valérien est même fait prisonnier par les Perses et finit ses jours comme esclave en Iran. Gallien resté seul empereur parvient à stopper une invasion des Alamans en les battant en Italie du Nord. Il abandonne la Dacie conquise par Trajan qui est devenue trop difficile à défendre et fixe la frontière de l'Empire sur le Danube.

Mais il doit faire face à de nombreuses usurpations, celle de Macrien et de Quiétus en Orient, de Régalien en Pannonie et de Postume en Gaule qui proclame l' Empire des Gaules.

Les successeurs de Gallien sont tous des militaires à qui l'armée a donné une grande rigueur et la foi en l'éternité de l'Empire romain. L'Empire est devenu militaire. À partir de réformes entamées sous Gallien — exclusion des sénateurs du commandement militaire — les empereurs illyriens font face à la crise et réorganisent la défense de l'Empire.

Aurélien réunifie l'Empire en mettant un terme aux sécessions palmyrénienne et gauloise et fortifie Rome. Gallien - entame une mutation profonde de la stratégie militaire.

Il répartit plus en profondeur les moyens de défense, en plaçant des détachements vexillationes des légions frontalières à l'intérieur du territoire romain — à Milan ou Aquilée en Italie , ou Sirmium ou Siscia en Illyrie [ p 50 ]. Il constitue une importante cavalerie, techniquement différente de la cavalerie légionnaire, qu'il place sous le commandement autonome d'un magister equitum [ p 50 ]. Il exclut les sénateurs , souvent incompétents, des emplois militaires et les remplace par des chevaliers , issus de la troupe [ p 51 ].

L'armée absorbe une part toujours plus grande des ressources de l'État. Un impôt spécial, l'annone militaire, est prélevé pour son entretien.

Les fonctions de général en chef et de chef de guerre victorieux que tient traditionnellement l'empereur sont renforcées dans ces périodes de guerres incessantes, et la fonction impériale devient progressivement le sommet de la carrière militaire [ 10 ]. La victoire et l'armée deviennent la source de la légitimité des empereurs [ 11 ]. Les empereurs essaient cependant de trouver une légitimité plus grande en s'appuyant sur la religion. Dèce , à partir de [ p 53 ] puis Valérien [ p 54 ] renouvellent l'obligation de sacrifices, ce qui entraine des persécutions envers les réfractaires.

En , son fils Gallien publie un édit de tolérance maintenu par ses successeurs pendant quarante ans [ p 55 ]. L'opposition entre la nobilitas et l'homme nouveau est plus vivace que jamais. L'Empire passe entre les mains de familles n'ayant jamais exercé la fonction impériale.

Les empereurs novi laissent à leur famille la noblesse en héritage. Les honestiores des provinces d'Occident et les dirigeants des peuples barbares voisins, acquièrent eux aussi la nobilitas qui les incorpore aux couches les plus élevées.

En ce qui concerne la noblesse romaine, elle garde un immense prestige social mais perd presque toute son autorité politique. C'est une période complexe où l'Empire est profondément réformé et transformé devant les périls intérieurs et extérieurs qui le menacent, au prix d'une mobilisation toujours plus importante et lourde de la société.

Dans le même temps, le christianisme , d'abord persécuté, est progressivement accepté, encouragé, avant de devenir, en , la religion officielle et unique du monde romain par l' édit de Thessalonique. Le 20 novembre , Dioclétien , suivant l'habitude de l'époque, est proclamé auguste par une des armées régionales, celle d'Orient, à Nicomédie , après qu'il a tué l'assassin de l' empereur Numérien [ p 56 ].

L'empereur légitime, Carin , refuse de le reconnaître [ 14 ] , et l'affronte sur la Morava. Il gagne la bataille, mais est assassiné peu après, et Dioclétien devient ainsi le seul empereur du monde romain [ p 57 ]. L'époque est alors troublée: Quelques mois après son arrivée au pouvoir, Dioclétien comprend qu'il ne peut diriger seul l'Empire et confie à Maximien le soin de s'occuper de la Gaule et de la Germanie en tant que césar puis, l'année suivante, d' auguste [ p 56 ].

En , devant l'échec face à Carausius , Dioclétien renforce la division des tâches: Dioclétien reste cependant au sommet [ 16 ]. Il faut également se souvenir que c'est Dioclétien qui a choisi ses collègues, présentés par lui à l'armée — et leur dies imperii jour anniversaire de leur arrivée au pouvoir est le jour de leur désignation [ p 59 ].

Grâce à la collaboration de ces quatre hommes, la défense de l'Empire est assurée avec efficacité. Les Bagaudes sont vaincus en ou , Allectus , successeur de Carausius , est vaincu en par Constance Chlore , les peuplades germaniques vaincues également soumission du roi des Francs , Gennobaud, victoire sur les Alamans à Vindonissa vers [ p 60 ]. En Afrique , Maximien Hercule rétablit le calme et la sécurité en et [ p 61 ] , et il fortifie la frontière, abandonnant peut-être certaines portions du territoire romain, en Maurétanie Tingitane notamment [ 18 ].

En - , depuis Sirmium , Dioclétien défend le Danube , contre les Iazyges notamment, et construit de nouveaux forts pour solidifier la frontière [ p 61 ]. En , Galère mène une importante campagne contre les Carpes et les Bastarnes sur le Bas-Danube, et les vainc, rétablissant la tranquillité dans la région pour une dizaine d'années [ p 61 ]. En Égypte , province en proie à une grande agitation intérieure renforcée par une réforme fiscale sévère en , Dioclétien combat l'usurpateur Domitius Domitianus en - [ p 61 ].

Il fortifie ensuite le pays contre les Blemmyes , renforce les garnisons pour garantir la paix civile et réforme l'administration provinciale division en trois provinces , nomination de commandants militaires distincts des gouverneurs civils [ 19 ] , [ p 62 ].

À l'automne ou en , la guerre contre les Perses reprend à l'initiative du roi Narseh [ 19 ]. En , Galère , accouru du Bas-Danube, est vaincu en Mésopotamie durant le printemps [ 19 ].

Quelques mois plus tard, une campagne bien mieux préparée permet au césar de remporter une victoire sur l' Araxe contre Narseh , de prendre Nisibe et de pousser jusqu'à Ctésiphon [ p 63 ]. La paix est signée avec les Sassanides en à Nisibe , en présence de Dioclétien: La frontière en Syrie est consolidée par la construction de la Strata diocletiana [ N 5 ] , [ p 64 ]. Le régime tétrarchique a ainsi montré son efficacité — il a rétabli l'ordre aux frontières, compromis depuis un demi-siècle — et sa souplesse — les augustes n'hésitant pas à prendre en charge le ressort territorial des césars si nécessaire [ 20 ].

À partir de l'année , la paix est assurée aux frontières, et Dioclétien se concentre alors sur les réformes intérieures [ p 64 ]. Elles portent principalement sur l'organisation administrative de l'Empire, sur l'armée et sur la fiscalité. Sur le plan administratif, Dioclétien multiplie les provinces pour rapprocher le gouverneur des cités, renforcer le contrôle sur ces dernières [ 21 ] et affaiblir les gouverneurs [ 22 ] — on passe ainsi d'une quarantaine de provinces en à une centaine en Les gouverneurs sont ainsi dépouillés le plus souvent du commandement des troupes stationnées dans leur province — ce qui a aussi pour but de rendre les sécessions plus difficiles à mener [ 23 ].

Tous les chefs militaires, gouverneurs et vicaires sont nommés par l' empereur , et souvent pris dans l' ordre équestre , dont les membres doivent leurs privilèges à l'empereur [ 23 ].

Les troupes les aguerries — c'est-à-dire les légions — sont placées sous le commandement d'un duc dux , indépendant du pouvoir civil, et dont la zone d'action s'étend bien souvent à plusieurs provinces [ 24 ]. L'institution des vicaires responsables des diocèses permet d'affaiblir également les préfets du prétoire , qu'ils remplacent dans leur zone géographique [ p 65 ].

Il met également en place un nouveau système de recrutement pour l'armée, original, qui assimile la fourniture d'une recrue à un impôt [ 27 ].

Le principe est de fournir soit une ou plusieurs recrues c'est la praebitio tironicum selon le taux d'imposition, soit payer une somme en espèce l' aurum tironicum qui permet à l'État d'acheter des recrues [ 28 ] , [ pi 1 ]. Cette mesure de limitation des prix est toutefois un échec [ 29 ]. Sur le plan militaire, Dioclétien revient à la stratégie du Haut-Empire de la défense aux frontières: L'instauration de la Tétrarchie , avec ses quatre dirigeants, permet une décentralisation du commandement [ 30 ].

La période tétrarchique est marquée par un grand nombre de constructions militaires dans tout l'Empire [ 32 ]: Pour certains historiens, comme Paul Petit , Dioclétien constitue auprès de chaque tétrarque une petite force d'accompagnement comitatus , sans commune mesure avec la réserve qu'avait créée Gallien [ p 68 ] , pour d'autres, à l'instar de René Rémondon , une telle armée de campagne n'a été réunie qu'exceptionnellement, pour des opérations militaires précises [ 24 ].

Quoi qu'il en soit, cette force d'accompagnement des empereurs est faite avec les prétoriens renforcés par des détachements vexillationes des troupes frontalières, et elle est appelée comitatus [ N 7 ]. La plupart des historiens Theodor Mommsen , A. Jones , André Piganiol notamment penchent pour une augmentation des effectifs sous Dioclétien [ 33 ].

Ils ne deviennent fils de dieux et ne sont inspirés par la grâce divine qu'à partir du jour de leur investiture le dies natalis [ 37 ] , et perdent cette filiation après leur abdication: La filiation divine est renforcée par la sacralisation de l' empereur dans la vie de tous les jours. Celui-ci porte un diadème [ N 9 ] orné de pierres précieuses qui symbolise son pouvoir, et baiser le bas du grand manteau pourpre qui couvre l'empereur rite de l' adoratio est un honneur pour ses sujets [ pi 2 ].

Le vocabulaire change également: Il ne faut pas pour autant voir Dioclétien comme un homme bouleversant la mentalité romaine. À bien des égards, il est plus romain que certains de ces prédécesseurs: Le 20 novembre , pour la célébration des vingt ans de règne vicennalia du premier auguste , Dioclétien , le collège impérial tout entier se réunit — pour la seule fois de son histoire — et se rend à Rome [ 40 ].

Galère est rappelé sur le Danube , mais les quatre hommes ont eu le temps de se concerter en Italie du Nord. C'est peut-être à cette occasion que Dioclétien fait promettre à Maximien d'abdiquer conjointement avec lui en , après avoir accompli ses propres vingt ans de règne [ p 70 ].

Cette hypothèse est contestée, mais il demeure qu'en , les deux augustes abdiquent le même jour 1 er mai pour laisser la place à leurs Césars , Galère Orient et Constance Chlore Occident , qui deviennent à leur tour augustes [ p 71 ].

Les raisons profondes qui ont conduit les empereurs à abdiquer sont inconnues. Dioclétien écarte ainsi de la succession les fils naturels de ses césars , Constantin — fils de Constance Chlore — et Maxence — fils de Maximien [ p 72 ]. Le principe de l'hérédité, qui conserve toujours les faveurs des armées, est donc balayé [ 42 ].

Le territoire impérial semble à cette occasion divisé d'une manière plus arrêtée. Après l'abdication des deux augustes le 1 er mai , le régime fonctionne bien jusqu'au 25 juillet , jusqu'à ce que meure Constance Chlore , et que soit proclamé empereur par ses troupes son fils, Constantin, le futur Constantin I er.

La crise ouverte à cette date dure près de vingt ans, et ne prend fin qu'avec la réunion de tout l'Empire sous le pouvoir de Constantin. Les causes de l'échec de la deuxième Tétrarchie sont multiples. La rivalité entre Galère et Constance Chlore en est une, la déception des fils naturels des anciens césars en est une autre [ p 71 ].

Roger Rémondon analyse également la faillite du système dioclétianien par l'incompatibilité des deux règles sur lesquels il était fixé [ 41 ]: Le mode de transmission du pouvoir ne saurait donc être stable. De même, le pouvoir impérial, légitimé par la religion la filiation divine des augustes , s'en trouve paradoxalement affaibli [ 44 ]: Ainsi, l'équilibre précaire établi en lors de l'avènement de la deuxième Tétrarchie est compromis par un événement imprévu dès Le même jour, les soldats présents sur place, sans doute soudoyés par Constantin fils du défunt , proclament ce dernier empereur [ p 71 ].

C'est le retour du principe héréditaire et du choix des armées, comme durant l' Anarchie militaire. Galère, hostile à cette usurpation, s'y résout car il est trop loin pour la combattre: Maxence , fils de l'ancien auguste Maximien , jaloux de la réussite de Constantin, prend le pouvoir à Rome le 26 octobre grâce à l'appui des prétoriens et de la plèbe mécontente des impôts, en tant que princeps seulement.

Son père Maximien revient à ses côtés et reprend son titre d' auguste. L' empereur légitime, Sévère , envoyé contre les usurpateurs par Galère , est tué par ses soldats — qui avaient servi sous Maximien — en septembre Galère marche à son tour contre les rebelles mais, craignant de connaître le même sort, fait machine arrière [ p 73 ]. La même année , Maximien se fait reconnaître auguste par Constantin , et son fils Maxence se proclame auguste également [ p 73 ].

La Tétrarchie est ruinée: En le vicaire d' Afrique , Domitius Alexander , se révolte contre Maxence , mettant en péril le ravitaillement de l' Italie [ p 74 ]. Pour résoudre cette situation, Galère fait appel à Dioclétien. Human Resources at ACE. Provides membership services and information for eligible and member colleges and presidents Membership is open to presidents of degree-granting institutions that are approved by a CHEA-recognized accrediting agency.

Provides guidance to service members, civilians, military education centers, and colleges and universities interpreting military transcripts and documents. Addresses legal issues arising out of the activities of ACE, including advising all departments on legal matters and representing ACE in any legal actions. The office works closely with Government Relations on matters involving legislative and regulatory activities, and supports ACE members through these advocacy efforts and the submission of amicus briefs.

The office of the president of ACE. Works collaboratively with ACE staff to oversee publishing strategies and create informed content for the higher education community. Turn on more accessible mode. Turn off more accessible mode. Skip to main content. Only alpha, numbers, hyphens, aphostrophes allowed. Looking for someone specific?

Imsges: rencontres romaines programme

rencontres romaines programme

Son décès rétablit un pouvoir à quatre: At the American Council on Education, we are driven to make these beliefs a reality with cutting-edge programs and research, unfaltering advocacy and passion to excel as an organization.

rencontres romaines programme

Les fonctions de général en chef et de chef de guerre victorieux que tient traditionnellement l'empereur sont renforcées dans ces périodes de guerres incessantes, et la fonction impériale devient progressivement le sommet de la carrière militaire [ 10 ]. Mais très vite la situation se dégrade sur le Danube.

rencontres romaines programme

Celui-ci est le dernier aristocrate à parvenir à l'Empire [ 8 ]. À l'échelle de l'Empire, il mène une politique entre continuité et innovation. Par ce règlement constitutionnel, le rencontres romaines programme personnel, régime d'exception jusque-là, rencontres romaines programme dans sa site de rencontre pour blanc et noir organique [ p 3 ][ m 5 ]. Arbogast fait proclamer auguste un professeur de rhétorique, Eugène [ N 19 ][ p 94 ]. Cette mesure de limitation des prix est toutefois un pgogramme [ 29 ]. En effet, les légions sont massées aux frontières et une fois qu'elles sont franchies, les barbares peuvent rdncontres les provinces sans pratiquement aucune entrave.