Inquisition — Wikipédia

Inquisition

wannonce rencontres ad

La prison connaissait deux modes possibles: Au bas Moyen Âge , l'hérésie constitue une rupture du lien social. La pénitence était souvent réduite par la suite. La citation individuelle se faisait le plus souvent par le biais du curé. Bernard Gui précise que l'inquisiteur passe outre à tout privilège d'exemption et à l'appel. Le concile de Toulouse organise la première mise en place de l'Inquisition en Languedoc dans la recherche et la punition des hérétiques cathares suite à la croisade des albigeois. Ces premiers aveux spontanés, qui devaient être complets, permettaient aussi par leur témoignage d'identifier des hérétiques qui ne s'étaient pas présentés.

Menu de navigation

Le Tawhid est perçu comme une évidence cohérente en islam. Dans cette même logique, les notions de confrontation de témoin et de contre-interrogatoire étaient inconnues. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Pour les articles homonymes, voir Inquisition homonymie. Les condamnés étaient alors remis au bras séculier par une formule solennelle: En revanche, dans le Midi de la France et tout au nord du royaume d'Aragon, la liberté de culte est très répandue exemple: Inquisition de la présente encyclopédie.

En revanche, dans le Midi de la France et tout au nord du royaume d'Aragon, la liberté de culte est très répandue exemple: Cette implication des autorités laïques entre en conflit avec l'autorité de l'Église: Dès le début, l'Inquisition est donc fondée sur le principe de la collaboration et du partage des tâches entre l'Église et les autorités laïques, chacun intervenant dans son domaine et suivant sa responsabilité propre.

La lutte contre les hérésies n'est pas née avec l'Inquisition. La lutte anti-hérésies n'est pas du seul domaine de la papauté: Ils collaborent avec la papauté.

C'était le premier bûcher de l'histoire de la lutte contre l'hérésie en Occident. Faisant suite à l' accord de Vérone entre Lucius III et Frédéric Barberousse , la décrétale Ad abolendam fait ainsi de la répression de l'hérésie un élément constitutif du pouvoir de l'Empereur.

Ces dispositions bientôt ne suffisent plus: Dans ce cas, l'évêque ne peut réprimer que la partie qui est dans sa juridiction, ce qui est peu efficace. En outre, les évêques sont confrontés aux pressions locales: La doctrine cathare étant bien plus répandue et grandissante que les petites hérésies habituelles, le système des évêchés ne suffit plus. Quarante ans avant l'heure, ces deux légats sont les premiers inquisiteurs de l'Histoire, avec les mêmes droits et méthodes.

L'Église et les États recherchent donc de nouveaux moyens plus efficaces de lutte. D'abord, le IV e concile du Latran en évoque la possibilité d'un personnel spécialisé, mais restant dans le cadre diocésain.

Divers dispositifs sont ensuite essayés, suivant les nécessités locales, dans un effort pour dépasser les limitations de la juridiction ordinaire. Ainsi, dans une ville lombarde, l'évêque collabore à la fois avec le prince local et un légat pontifical pour faire appliquer des constitutions impériales, diffusées par la papauté. En France, le catharisme est combattu par la croisade des albigeois et les évêques appuyés par des légats.

Dominique de Guzman meurt en En , des dominicains appuyés par un commissaire pontifical, Conrad de Marbourg , parcourent la Rhénanie pour soutenir les commissions épiscopales: Apparaît ensuite la procédure dénonciatoire , fondée sur une simple dénonciation et non plus une plainte en bonne et due forme.

La procédure inquisitoire confère au juge l'initiative de la poursuite. Soit il trouve des accusateurs précis par le biais d'une enquête, générale ou individuelle, soit il se charge lui-même d'administrer la preuve. L'ensemble de la procédure fait une large place à l'acte écrit, au témoignage et à l'aveu.

La procédure inquisitoire est utilisée d'abord à des fins de discipline ecclésiastique: Cependant, elle se déploie très vite dans le champ de la lutte contre les hérésies. La législation en la matière est ébauchée avec les décrets du II e concile du Latran Le concile de Tours de , présidé par Alexandre II , autorise les princes toulousains et gascons, dans le cadre de la lutte contre les hérétiques, à recourir à la procédure inquisitoire. Elle est codifiée par une série de décrétales d' Innocent III , en particulier Licet Heli , complétée par Per tuas litteras.

La lutte contre les hérétiques puise dans de nombreuses traditions pour se définir: Ainsi, se fondant sur les punitions très dures de la loi carolingienne contre le sacrilège , Frédéric II choisit en , dans le statut accordé à la ville de Catane , d'appliquer la peine du feu aux hérétiques de Lombardie.

C'est la première décision systématique de ce genre. Le fonctionnement de l'Inquisition relève à la fois du domaine du droit et de celui de la religion. Pour le fonctionnement du droit canonique , les procès et jugements dans l'Église relèvent d'un tribunal ecclésiastique , administré sous l'autorité de l'ordinaire du lieu, le plus souvent l' évêque.

Rome n'intervient qu'en deuxième ligne, à la fois comme autorité d'appel, et comme garant du bon fonctionnement de l'ensemble. C'est un représentant à qui le pape délègue son autorité, pour juger toutes les questions relatives à la foi dans une région donnée.

L'inquisiteur est donc essentiellement le représentant du pape, et hérite de son autorité. Ils étaient choisis généralement parmi les franciscains ou les dominicains. Le tribunal inquisitoire possédait le plus souvent un siège fixe où étaient notamment conservées les archives très fournies [ réf. Les inquisiteurs étaient assistés d'un personnel nombreux: Au début de l'Inquisition, les inquisiteurs travaillaient par deux, avec des compétences égales. Dans les tribunaux de district espagnols, ces deux inquisiteurs-juges travaillaient systématiquement avec un procureur, deux greffiers, un trésorier, un préposé aux litiges financiers, des qualificateurs experts en théologie et du personnel subalterne [ 8 ].

Par la suite, [Quand? Une juridiction d'Inquisition tire son nom de sa capacité à avoir recours à la procédure inquisitoire , procédure extraordinaire et inconnue du droit romain.

Un tribunal classique ne peut pas évoquer spontanément une cause, il doit préalablement être saisi par un demandeur qui, en matière pénale , peut être une institution publique établie à cet effet.

Au contraire, un tribunal d'Inquisition peut examiner d'office au sens littéral: Ce pouvoir a été attribué pour permettre d'examiner vite et efficacement tout ce qui pouvait être soupçonné d'hérésie. Le pouvoir inquisitoire est un pouvoir exorbitant du droit commun, susceptible d'être employé abusivement [réf.

Il faut comprendre à quel point ce pouvoir est extraordinaire: L'inquisiteur cumulait les pouvoirs d'un juge d'instruction , d'un procureur , et avait la faculté de se saisir d'une affaire. Les procédures qui apparaissent aujourd'hui scandaleuses étaient globalement normales pour l'époque: Cependant, on peut souligner que les juridictions d'Inquisition ont globalement été progressistes, par rapport à ce qui se pratiquait à l'époque dans les procédures équivalentes de l'autorité civile.

Cette procédure est issue de la redécouverte du droit romain. La procédure était codifiée par des documents généraux voir les décrétales citées dans les sources latines , et par des instructions d'application promulguées par les inquisiteurs pour les procédures de leur ressort.

La procédure était entièrement écrite, un notaire transcrivait tous les débats. L'ensemble de la procédure se déroulait sous le contrôle de l'évêque du lieu, qui recevait copie de tous les documents. Les actes de la procédure étaient normalement rédigés en latin, langue officielle de l'Église, mais les interrogatoires étaient naturellement faits en langue vernaculaire.

L'accusé pouvait récuser un juge, ou faire appel à Rome. En cas d'appel à Rome, l'ensemble des documents était envoyé sous scellés, et la cause était examinée et jugée à Rome sur les pièces recueillies. La procédure de l'Inquisition a varié dans le temps, et selon les régions, mais ses grandes lignes sont données ci-après. L'enquête générale était proclamée dans une région entière.

Quand l'Inquisition procédait par secteur géographique, l'ouverture d'une enquête de l'Inquisition dans un secteur hérétique donné prenait en général la forme d'une prédication générale, où l'inquisiteur exposait la doctrine de l'Église et réfutait les thèses de l'hérésie. Il publiait ensuite un décret de grâce et un édit de foi , convoquant tous les habitants devant l'inquisiteur. Pendant une durée fixée par le décret de grâce typiquement de 15 à 30 jours , ceux qui se présentaient en temps et en heure et confessaient spontanément leurs fautes se voyaient imposer une pénitence religieuse typiquement un pèlerinage , mais échappaient aux sanctions du pouvoir civil.

Inversement, l'édit de foi donnait obligation de dénoncer les pratiques hérétiques. Ces premiers aveux spontanés, qui devaient être complets, permettaient aussi par leur témoignage d'identifier des hérétiques qui ne s'étaient pas présentés.

Le délai accordé par le décret de grâce permettait aussi de mener des enquêtes locales et, le cas échéant, de récolter des délations. Les fidèles suspectés d'hérésie qui ne s'étaient pas présentés pendant le délai de grâce faisaient l'objet d'une citation individuelle. La citation individuelle se faisait le plus souvent par le biais du curé. Ceux qui refusaient de comparaître se trouvaient excommuniés. Un suspect devait jurer sur les quatre évangiles de révéler tout ce qu'il savait sur l'hérésie.

Si le suspect reconnaissait ses erreurs tout de suite et librement, il se voyait infliger des pénitences comme précédemment, et les peines éventuelles étaient légères. Le serment était une arme redoutable entre les mains de l'inquisiteur. De nombreuses sectes proscrivaient le serment, et la violation ou le refus du serment était donc un indice sérieux d'hérésie.

D'autre part, la sanction contre les parjures était la prison à vie, très dissuasive. Les peines sérieuses ne concernaient que ceux qui refusaient de reconnaître leur erreur, même après avoir juré de dire la vérité, et malgré des témoignages permettant de douter sérieusement de leur sincérité. Pour ceux-là, la procédure inquisitoire s'engageait réellement. Le décès de l'accusé ne suspendait pas la procédure: Même en l'absence d'aveux, le suspect n'était pas nécessairement emprisonné.

Il pouvait rester en liberté sur parole, sur caution, ou présenter des personnes se portant garantes de sa comparution devant l'inquisiteur. L'incarcération pouvait être utilisée, mais le plus souvent ne s'étendait pas à toute la durée de la procédure. Des protections étaient accordées aux accusés, comme aux témoins. Ainsi l'identité des témoins à charge était tenue secrète, pratique courante de l'époque. Dans cette même logique, les notions de confrontation de témoin et de contre-interrogatoire étaient inconnues.

En revanche, dans les tribunaux de l'Inquisition, les accusés étaient autorisés à fournir une liste des personnes susceptibles de leur en vouloir, lesquelles étaient alors récusées comme témoins.

Les tribunaux de l'époque n'acceptaient pas de témoignages d'origine douteuse: Très vite, les tribunaux d'Inquisition se démarquent de cette règle, en ce qui concerne le témoignage d'hérétiques, pour des raisons pratiques évidentes: Cette pratique est officialisée en par Alexandre IV.

L'accusé bénéficiait d'une protection générale certaine dans la manière dont on punissait le faux témoignage: L'accusé a généralement droit à un défenseur, mais ce droit était le plus souvent théorique dans le cas de l'Inquisition, faute de volontaire.

Les avocats d'hérétiques risquaient d'être eux-mêmes accusés de complaisance avec l'hérésie poursuivie. En général, et pour la même raison, les accusés traduits devant un tribunal d'Inquisition ne bénéficiaient pas de la présence de témoins à décharge. En effet, juridiction religieuse, l'inquisition se préoccupe du rachat des âmes donc souhaite obtenir le repentir des accusés. Toute une procédure est alors mise en place pour obtenir leur témoignage, puis leurs aveux.

Pour aider les clercs à procéder aux interrogatoires, des manuels de l'inquisiteur sont rédigés dont les plus célèbres sont le Manuel de l'inquisiteur de Bernard Gui , le manuel d'Eymerich , et le manuel de Torquemada [ 10 ]. On y indique la procédure, les questions à poser, les pressions morales et les pressions physiques que l'on peut y faire subir.

Mais une des particularités de l'instruction inquisitoriale est le secret: La fréquence de l'usage de la torture, majoritairement reconnue durant les siècles précédents comme faisant quasi systématiquement partie de la procédure inquisitoriale, est remise en cause par des historiens contemporains.

Ensuite, ils revoient à la baisse les anciennes estimations. Trait singulier de la torture sous l'Inquisition, la noblesse ne bénéficiait pas de privilège particulier comme cela était le cas auprès des autres tribunaux [ 18 ].

Cependant, l'usage de la torture en particulier, et le nombre de victimes de l'inquisition en général, reste difficile à quantifier car la plupart des données statistiques sur la période avant ont disparu [ 19 ]. Les aveux obtenus sous la torture n'étant pas recevables, cette partie de la procédure ne faisait généralement pas l'objet d'un enregistrement écrit [réf. Bartolomé Bennassar, parlant de l'Inquisition espagnole, rappelle que la pratique de la torture y est très codifiée [ 20 ].

Trois tortures sont préconisées: Bennassar considère pour preuve que la torture fut appliquée avec modération le fait que nombreux sont ceux qui y résistèrent [ 22 ]. L'usage de la torture posait un problème moral pour les inquisiteurs, qui, en tant que clercs, n'avaient pas le droit de verser le sang. Après un flou juridique initial, cette pratique est officiellement autorisée pour l'Inquisition en par la bulle Ad extirpenda , sous réserve de ne conduire ni à la mutilation ni à la mort, et en excluant les enfants, les femmes enceintes et les vieillards de son champ d'application [ 24 ].

De plus, il a souvent été exigé par le pape qu'elle ne puisse être donnée qu'avec le consentement de l'évêque du lieu.

Dans cette bulle, l'accusé bénéficie de deux protections: Une autre source disponible permettant de se faire une idée sur l'usage de la torture dans les procès de l'Inquisition sont les manuels et instructions des inquisiteurs. Dans les manuels, l'interdiction de soumettre plusieurs fois à la question semble ne pas avoir été prise au sérieux: La question était par exemple considérée comme formée de plusieurs étapes, la fin d'une étape n'impliquant pas la suspension de toute la procédure.

Un autre argument a été que la découverte de nouvelles charges justifiait à nouveau l'usage de la question spécifiquement contre cette charge. Enfin, l'interdiction ne concernait que l'accusé par rapport à son chef d'accusation, pas le cas des témoignages obtenus de la part d'autres témoins. En , l'inquisiteur général Fernando de Valdés fit preuve du même scepticisme [ 27 ].

Ce conseil est imposé et confirmé par les instructions du pape à partir de Son rôle ira croissant dans l'Inquisition, et sera étendu à d'autres juridictions pour finalement être à l'origine du jury moderne [ 30 ]. Après qu'ils ont prêté serment de s'exprimer en conscience, l'ensemble des actes du procès leur était transmis, mais de manière anonyme, censuré du nom de la personne accusée.

Ils transmettaient deux avis à l'inquisiteur: L'inquisiteur reste souverain et responsable de sa sentence, mais l'avis de ce conseil était le plus souvent suivi, et quand il ne l'était pas, c'était pour amoindrir les sanctions proposées. Les sentences de l'Inquisition étaient prononcées dans une cérémonie officielle, en présence des autorités civiles et religieuses.

Un jour ou deux avant le prononcé, les inculpés se voyaient lire à nouveau les charges retenues contre eux traduites en langue vernaculaire , et étaient convoqués pour entendre le verdict de l'inquisiteur, avec les autorités du lieu et le reste de la population.

Les autorités civiles prêtaient ensuite serment de fidélité à l'Église, et s'engageaient à prêter leur assistance dans sa lutte contre l'hérésie. Les pénitences de toutes nature dons, pèlerinages, mortifications, etc.

Venaient enfin les sanctions proprement dites, jusqu'aux plus sévères qu'étaient l'emprisonnement à vie ou la peine de mort. Les condamnés étaient alors remis au bras séculier par une formule solennelle: Sur ce, la cérémonie s'achevait.

L'inquisiteur avait achevé son rôle, l'Église s'était prononcée sur l'hérésie. Contrairement aux pénitences religieuses, ces peines étaient en effet définies par le pouvoir temporel. Elles sanctionnaient les crimes commis contre la foi et l'Église, toutes deux officiellement protégées par l'État. C'était la flagellation publique au cours de la messe , les visites aux églises, les pèlerinages , l'entretien d'un pauvre, le port de la croix sur les vêtements, etc.

La pénitence était souvent réduite par la suite. Les archives de l'Inquisition montrent de nombreux exemples de pénitences atténuées ou levées pour des motifs variés, parfois sur simple demande. Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent: Pourquoi ne croirions-nous pas en Allah et à ce qui nous est parvenu de la vérité.

Pourquoi ne convoitions-nous pas que notre Seigneur nous fasse entrer en la compagnie des gens vertueux? Le sens littéral du mot Hanîf est celui qui s'écarte vers quelque chose. Le Hanifisme a été mentionné plusieurs fois dans le Coran notamment dans la sourate La famille d'Imran: Il était entièrement soumis à Dieu hanîf muslim. Ibn Taymiyya ou Mouhammad ibn Abd al-Wahhab ont distingué trois dimensions indissociables dont la connaissance permet d'éviter de tomber dans les différentes formes de shirk polythéisme.

Ces trois dimensions sont:. Invoquez-le par ces noms, et éloignez-vous de ceux qui les appliquent à tort. Tawhid al'Asma wa as-Sifat représente la croyance en ces Noms et Attributs de Dieu sans en nier aucun, ni les déformer, et surtout sans établir d'analogies entre le Créateur et la créature telles que l' anthropomorphisme:.

Adore-le et persévère dans son adoration. En connais-tu quelque autre du même nom? Ceci apparaît dans plusieurs versets:. Le Coran indique également quelles parties de la bible ont été altérées.

Malgré ces altérations, le Coran et la Bible s'accordent sur l'unicité de Dieu. Dans le judaïsme le peuple juif n'a qu'un seul Dieu, mais cela se situe à une époque où chaque nation à son propre Dieu, ce qui laisse les autres peuples responsables de leurs propres croyances.

Dans le Coran il est affirmé qu'il n'existe qu'un seul Dieu, sans que celui-ci ne soit rattaché à un peuple, ce qui lui donne une universalité potentielle que le judaïsme rabbinique ne desire pas avoir. Dans le christianisme il n'existe qu'un seul Dieu, mais certains livres contiennent l'expression Fils de Dieu dont le sens pose question. Dans le Coran il est aussi affirmé qu'il n'existe qu'un seul Dieu; par contre l'Islam banni l'expression Fils de Dieu.

En effet, le Coran affirme Sourate 4, verset Croyez donc en Allah et en Ses messagers. Ce sera meilleur pour vous. Allah n'est qu'un Dieu unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant. C'est à Lui qu'appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre et Allah suffit comme protecteur.

De leur côté les chrétiens ayant le terme Fils de Dieu dans leur livre ont été conduits à concilier différentes compréhensions des textes ayant notamment conduit au concept de la Trinité chrétienne. Du point de vue du dogme, le Coran s'est clairement démarqué au Symbole de Nicée-Constantinople tel qu'adopté à la suite du Premier concile de Nicée de , dont la traduction officielle en français utilisée dans la liturgie catholique est la suivante:.

Engendré, non pas créé, de même nature que le Père, et par lui tout a été fait. Crucifié pour nous sous Ponce Pilate, il souffrit sa passion et fut mis au tombeau. Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts; et son règne n'aura pas de fin.

Je crois en l'Église, une, sainte, catholique et apostolique. Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés. J'attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir. Le Coran précise à de multiples reprises la nature humaine de Jésus, fils de Marie , indissociable dans les textes coraniques de sa mère Maryam Marie [ 29 ]. À ce titre, le Coran affirme dans plusieurs sourates et notamment dans la sourate 5 La Table Servie la réfutation du dogme trinitaire par Jésus lui-même:.

Rappelle-leur le moment où Allah dira: Il ne m'appartient pas de déclarer ce que je n'ai pas le droit de dire! Si je l'avais dit, Tu l'aurais su, certes. Tu sais ce qu'il y a en moi, et je ne sais pas ce qu'il y a en Toi. Tu es, en vérité, le grand connaisseur de tout ce qui est inconnu. Je ne leur ai dit que ce que Tu m'avais commandé, à savoir: Et je fus témoin contre eux aussi longtemps que je fus parmi eux.

Puis quand Tu m'as rappelé, c'est Toi qui fus leur observateur attentif. Et Tu es témoin de toute chose. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires mai Larousse Paris Date d'édition: Institut catholique de Paris.

Auteur du texte Éditeur: Institut catholique Paris Date d'édition: Père Anthime Caron] Auteur: Le blog de Hocine kerzazi — blogs. Saint-Point, Valentine de Directeur de publication gallica. Faculté de droit Éditeur:

Imsges: wannonce rencontres ad

wannonce rencontres ad

Le Coran centre son message sur le Tawhid.

wannonce rencontres ad

Le Tawhid est considéré comme le premier pilier de la Foi musulmane Al-Îmâne arabe:

wannonce rencontres ad

Ibn Taymiyya ou Mouhammad ibn Abd al-Wahhab ont distingué trois dimensions indissociables dont rencontre plongeur celibataire connaissance permet d'éviter de tomber dans les différentes formes de shirk polythéisme. Espaces de noms Article Discussion. Larousse Paris Date d'édition: Tu sais ce qu'il y a en moi, et je ne sais pas ce qu'il y a en Toi. Le Tawhid est perçu comme une évidence cohérente en wannonce rencontres ad. Les chrétiens doivent y faire face à partir d'une culture historique plus solide. Cependant, l'usage de la torture en particulier, et le nombre de victimes de l'inquisition en général, reste difficile à quantifier wannonce rencontres ad la plupart rencontres 59310 données statistiques sur la période avant ont disparu [ 19 ].